Los Angeles Clippers

Doc Rivers tacle son boss sans le vouloir : le coach des Clippers croyait déjà en Joe Ingles à l’été 2014

Doc Rivers coach

C’est courageux d’afficher son proprio dans la presse comme ça.

Source image : NBA League Pass

Doc Rivers ne s’estime pas responsable du départ de Joe Ingles à l’été 2014 et il se défausse en rejetant la faute sur le proprio de l’époque. Seul problème… c’est le même qu’aujourd’hui.

Pendant plusieurs années, Doc Rivers a occupé en même temps les fonctions de coach et président des opérations basket des Clippers avant d’être remis à plein temps sur son rôle d’entraîneur la saison dernière. Comme toute personne ayant occupé une telle position au sein d’une organisation, il a parfois pris de bonnes décisions et d’autres fois des plus mauvaises. Le fait de ne pas avoir conservé le contrat non garanti de Joe Ingles durant l’intersaison 2014 fait clairement partie de la deuxième catégorie et le Doc dit d’ailleurs le regretter en permanence. Interrogé sur le dossier par Mike Sorensen de Deseret News, il a chargé le propriétaire de l’époque qui serait selon lui responsable de cette erreur.

« Je l’ai dit le jour où nous l’avons libéré que c’était une mauvaise décision et que nous allions le regretter. Malheureusement je travaillais pour quelqu’un qui disait que nous ne pouvions pas absorber ce contrat. Nous étions en train de supplier de le faire et ils ont dit que ça n’arriverait jamais et que nous devions le laisser partir. »

On imagine avec émotion le Doc en train de supplier son vilain patron, visiblement assez radin, pour que le contrat de Joe Ingles soit conservé. Il fait ici référence à Donald Sterling, personnage bien peu apprécié au sein de la ligue notamment en raison de propos racistes qu’il avait tenu et après lesquels il avait été forcé de céder sa franchise sous la pression des autres propriétaires. Le genre de coupable idéal sur lequel se défausser en toute tranquillité sans risquer de voir quelqu’un prendre sa défense. Sauf que manque de pot, c’était le propriétaire actuel Steve Ballmer qui était aux affaires lorsque Ingles a été libéré. En cherchant à se dédouaner, l’ancien coach des Celtics a envoyé bien malgré lui un joli tacle à son boss qui a certainement dû apprécier. D’autant que la version du Docteur Rivières semble assez contestable puisque le management des Clippers avait fait le choix de garantir le contrat de Jared Cunningham plutôt que celui de Joe Ingles pour compléter le roster. Visiblement pas une question d’argent mais bien un choix sportif effectué par la direction de l’époque et cette fois-ci pas d’erreur, c’était bien Doc Rivers qui était aux commandes à ce moment-là.

On pardonnera au papa d’Austin Rivers de ne pas avoir conservé Joe Ingles car on aurait certainement fait pareil en voyant la dégaine de l’actuel joueur du Jazz. Avec le recul et derrière notre écran, il serait assez lâche de pointer du doigt un homme pour l’accuser d’avoir commis des erreurs dans le cadre d’une fonction qu’il n’occupe plus aujourd’hui. N’est-ce-pas Doc ?

Sources texte : NBC Sports, Deseret News

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top