Sneakers Basket

Nike PG3 x NASA : cette fois c’est annoncé, Paulo part à la conquête de l’espace

Nike PG3

Il est tellement polyvalent que ça ne nous choquerait même pas.

Source image : Nike
  • Nike PG3
  • unnamed (1)
  • unnamed (2)
  • unnamed (3)
  • unnamed (4)
  • unnamed
  • Nike PG3
  • unnamed (1)
  • unnamed (2)
  • unnamed (3)
  • unnamed (4)
  • unnamed

Actuellement auteur de sa meilleure saison en carrière et meilleur scoreur du Thunder, Paul George a quand même trouvé le temps de nous pondre un nouveau modèle de signature shoes bien propre. Les PG3 de Nike sont les dernières venues d’une série déjà devenue incontournable pour les sneakerheads.

Maintenant que les déclinaisons des PG 2 et PG2.5 ont déjà pas mal tourné, la marque à la virgule s’est dit qu’il était temps de passer à la vitesse supérieure en dévoilant le prochain bijou qui viendra chausser Playoffs P. Ce terme n’a pas été choisi au hasard puisque la principale volonté de Tony Hardman, le designer de la chaussure, était d’enlever tout le superflu pour ne conserver que l’essentiel et permettre au joueur de laisser encore moins de chance à ses vis-à-vis de le surpasser des deux côtés du terrain. Pour cela, la PG3 a fait le choix d’une mousse plus légère dans la semelle intermédiaire tout en intégrant la languette au collier. L’utilisation de mailles dans la partie supérieure a également entraîné un gain de poids important sans jamais renoncer au profil de la paire dévoilé dans un coloris en partenariat avec la NASA pour cette grande première. En effet, tandis que la PG1 et la PG2 faisaient plutôt référence à l’amour de Paulo pour les jeux vidéo, celle-ci met en valeur sa ville natale de Palmdale en Californie avec un coloris qui nous envoie dans l’espace pour faire référence à l’une des citations préférées du nouveau bro de Russell Westbrook à OKC et qui apparaît sur le talon de la chaussure : « Ne me dites pas que le ciel est la limite quand il y a des traces de pas sur la Lune. » En plus de ces couleurs orangées et bleues, c’est toute l’histoire de Georgie qui est présente sur la paire avec des chiffres pour retracer son passé (date d’anniversaire, différents numéros portés tout au long de sa carrière et nombre de tatouages) à l’intérieur de la traction circulaire.

Niveau timing, difficile de faire mieux puisque le two-way player est au sommet de son art, lui qui est arrivé à l’âge fatidique des 28 ans considéré comme le prime de tout joueur NBA. La déroute face au Jazz a désormais l’air lointaine et Nike nous en met plein la vue avec l’un de ses produits phares depuis quelques années. Le prix et la date de sortie officielle de la PG3 n’ont pas encore été communiqués mais on sait d’ores et déjà qu’elle sera lancée au côté d’un pack NASA en édition limité qui devrait s’arracher comme des petits pains. On vous laisse admirer.

On aime :

  • On veut partir dans l’espace avec ces fringues.

On aime moins :

  • On veut être les premiers à marcher sur Mars, déso Paulo.

 

Source texte : Nike

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top