Rockets

Chris Paul devrait être de retour d’ici « 2 à 3 semaines » : pas sûr que les Rockets soient pressés…

Source image : YouTube

Absent des parquets depuis le 20 décembre dernier, Chris Paul compte ses dollars sur le banc des Rockets mais il faudra bientôt retourner au boulot : cela tombe bien, une nouvelle update est tombée aujourd’hui.

Deux à trois semaines. Donc en gros, partons sur début-février. Voilà les mots tenus par Mike D’Antoni, le lendemain de la victoire des siens face aux Nuggets à domicile. Premier à surveiller l’avancée de son meneur, le coach de Houston s’est exprimé devant les médias locaux et a donné de bonnes nouvelles concernant CP3. La blessure, pour rappel, avait eu lieu à Miami juste avant Noël. Alors qu’il commençait à retrouver un peu son adresse au shoot, Chris s’était claqué la jambe et avait dû quitter les siens en tapant une drôle de grimace. Le genre d’absence qui aurait dû flinguer la fin d’année civile des Rockets, mais comme on l’a vu par la suite, tout le contraire s’est passé. Hormis une défaite à Portland, Clint Capela et ses potes n’ont pas perdu un seul match depuis le déplacement à Miami, ce qui fait des Rockets une des équipes les plus chaudes de toute la Ligue. Bien évidemment, comme on va le développer ci-dessous, il est un peu facile d’associer l’absence de CP3 avec le bon jeu de Houston. Pas besoin d’avoir maté des années de basket pour comprendre que cette équipe texane est meilleure avec le vétéran à bord que sans. On l’a vu par le passé, un Harden en sur-régime n’est jamais une bonne chose au moment où les Playoffs arrivent, sauf si l’objectif local est de se défoncer sur la saison régulière. On devrait donc retrouver Chris Paul sur les parquets lors du passage au mois de février, avec sa vista, son salaire, son QI basket et tout ce qui va avec. Désolé, fallait qu’on en place une dernière sur le deal signé cet été.

Le coach des Rockets, Mike D’Antoni, a dit qu’il restera encore 2 à 3 semaines avant que Chris Paul ne retourne dans l’équipe après sa blessure à la jambe. Il a également ajouté qu’il prendra de nombreuses précautions afin de ne pas le remettre trop vite dans le bain.

La dernière partie est très intéressante, car elle va montrer le niveau d’adaptation et d’ajustement de ces Rockets dans un sens inversé. En effet, sans Chris Paul, Houston a su changer et élever son niveau de jeu pour devenir une armée indéfendable sur tout-terrain. Mais ces récentes victoires sont aussi le fruit d’un rassemblement collectif, qui crée de forts liens et se base sur une mentalité back against the walls. Cela ne pourra durer éternellement, les Rockets le savent. Il faudra donc réintégrer CP3 doucement mais sûrement dans l’équipe, en essayant de ne pas brusquer la production all-time de James Harden, ni celle de Clint Capela, ni celle des autres loustics comme P.J Tucker ou Gerald Green, actuellement en pleine confiance. D’ailleurs, pour faire taire les mauvaises langues et contrer la tendance qui voit Houston assurer sans son meneur-vétéran, on rappelle qu’avant cette blessure les Rockets étaient à 4 défaites en 4 matchs lorsque l’intéressé était absent des terrains. Et on l’a vu en mai dernier, la franchise texane n’est jamais aussi dangereuse qu’avec un backcourt au sommet de sa forme. Là sera la plus grande des missions, pour le staff de H-Town. Faire en sorte que, petit à petit, Chris Paul retrouve son rythme, ne tire pas trop sur la machine, et atteigne son pic au moment idéal, c’est-à-dire à l’arrivée du printemps. S’ils y arrivent, les Rockets pourront aborder les Playoffs en se frottant les mains.

Vous savez donc pendant encore combien de temps James Harden va tourner en 40-5-10. Chris Paul de retour en février, prenez votre popcorn et prévenez les arbitres : on en a encore pour deux à trois semaines de performances écoeurantes de la part du barbu.

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top