Grizzlies

Les Grizzlies vont se débarrasser de Chandler Parsons : comme quoi même les meilleur sketchs ont une fin

Chandler Parsons

Une photo bientôt collector, dans toutes vos salles d’attente.

Source image : Youtube

La parodie Chandler Parsons va enfin prendre fin du côté de Memphis puisque les Grizzlies sont en train de négocier le départ de leur ailier à un an et demi de la fin de son contrat. Avis aux amateurs, il y a une star des injuries report à récupérer à moindre coût. 

Après Luol Deng et Joakim Noah c’est un nouveau « crazy contract » de 2016 qui va prendre fin d’ici peu avec le départ de Chandler Parsons de Memphis, une franchise qui avait pourtant investi massivement pour se construire son propre Big Three : un désastre complet. Soixante-treize rencontres à 7 points, 2 rebonds et 2 passes de moyenne, le tout en étant payé au max, voilà la trace que laissera le joueur dans les livres d’histoire à Memphis. Débarqué en 2016 avec la hausse du salary cap pour un montant de 94 millions sur quatre ans, le joueur devait bâtir l’avenir de la franchise en compagnie des deux grognards Conley et Gasol, on a vu ce que ça a donné. Cent trente rencontres manquées en deux ans et demi et un coût au match qui risque de faire grincer des dents. Si on imagine un contrat racheté à hauteur de 30 millions (sur les 49 restants à percevoir), ce qui est loin d’être fait, alors Parsons aura touché près de 75 millions en deux ans et demi à Memphis. Soixante-treize matchs, 75 millions, on vous la fait rapide, cela fait plus d’un million au match : à côté de lui, même CP3 passe pour une bonne affaire.

Les Grizzlies ont encore espoir de ne pas en arriver là en trouvant un partenaire pour un trade mais on voit mal qui pourrait vouloir d’un joueur blessé les trois-quarts du temps et dont l’apport sur le terrain est vraiment minime. C’est pourtant la solution qui a été avancée par Adrian Wojnarowski et Tim MacMahon d’ESPN.

« Selon les sources, les deux parties cherchent à mettre en place un transfert pour Parsons. Les Grizzlies ne veulent pas inclure un premier tour de draft pour se débarrasser du contrat de Parsons mais ils sont ouverts à l’idée de récupérer un long contrat en échange. L’équipe croit encore qu’il aura de la valeur en tant que contrat expirant [en 2020, ndlr] même s’il faut attendre la fin de la saison pour monter un échange. »

Dans les faits, le timing est étrange puisqu’on sait depuis belle lurette que Parsons n’apportera plus rien ou presque à son équipe et comme l’ont dit Woj et MacMahon, le joueur serait plus facilement « refourguable » à un an de la fin de son contrat, probablement dans une équipe en reconstruction. Pourquoi alors presser les choses ? Il semblerait que les relations entre les deux parties se soient très nettement détériorées récemment après que le joueur ait été invité à aller jouer en G-League.

 « Le dernier désaccord qui a amené Parsons à vouloir quitter l’équipe et la ville, peut-être de manière définitive, tourne autour des circonstances qui ont accompagné son affectation à l’équipe de G-League. » […]

« Le joueur était disposé à disputer des matchs avec l’équipe affiliée mais voulait que cela s’inscrive dans un plan clair avec un calendrier précis qui le verrait revenir dans le roster des Grizzlies. La mise à disposition d’un vétéran auprès de l’équipe G-League s’inscrit généralement dans des situations de remise en forme pas pour des essais. »

Si les Oursons ne souhaitent pas échanger leur ailier dans l’immédiat et que celui-ci refuse la G-League, il risque de rejoindre ce bon Gérard dans la catégorie des joueurs plus présents sur Twitter que sur un parquet dans les prochains mois. Une issue malheureuse quand on se souvient des belles qualités offensives de l’ancien Choletais…

On se rapproche de la fin pour Chandler Parsons aux Grizzlies et c’est pas trop tôt. Plus vite le joueur partira, plus vite il aura une chance de sauver ce qu’il reste de sa carrière. A 30 ans, et avec un passif de blessures sérieuses, c’est un contrat de dix jours ou la Chine qui l’attend.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top