Warriors

Stephen Curry sanctionné pour avoir réalisé un « Harden step-back » : faut-il porter le numéro 13 pour passer inaperçu ?

Stephen Curry

La réaction de Steph, quand les arbitres ont décidé de siffler marcher…

Source image : NBA League Pass

Dans la victoire des Warriors cette nuit à Sacramento, on a eu droit à une séquence assez épique dans le quatrième quart-temps. Déjà, les arbitres ont sifflé un marcher à une superstar NBA, ce qui est suffisamment rare pour être souligné, mais c’est surtout la suite qui est intéressante…

Nous sommes à six minutes de la fin du match. Golden State mène de trois points dans la salle des Kings et chaque possession devient cruciale. Les Warriors possèdent la gonfle, Stephen Curry se retrouve face à De’Aaron Fox. Le sniper des Warriors, en feu dans cette rencontre et particulièrement dans le quatrième quart-temps, fait mine de pénétrer avant de réaliser un step-back afin de prendre un tir à trois points. Un step-back ? Plutôt deux, ce qu’on appelle aussi dans le jargon un « Harden step-back » pour rendre hommage au légendaire créateur de ce nouveau move basketballistique. Sauf que Steph se fait choper par la patrouille. Parce que oui, il faut rappeler qu’enchaîner les petits pas de la sorte pour se démarquer d’un défenseur est illégal, même en NBA. Les arbitres sifflent logiquement marcher, rien de scandaleux donc. Mais derrière, les choses s’emballent un peu. Frustré par la décision arbitrale, Curry tient à faire passer un message aux officiels. Avec ses doigts, il mime le numéro 13, qui est évidemment celui de James Harden.

Vous l’avez compris, c’est une petite dédicace au traitement qui est réservé à l’arrière des Rockets de la part les arbitres. Est-ce qu’il faut avoir une barbe de trois mètres de long et porter le numéro 13 pour passer inaperçu ou comment ça se passe ? C’est probablement la question que se pose Steph. On le sait, l’arbitrage autour de James Harden représente un sujet très sensible dans l’univers actuel de la NBA, en particulier depuis qu’il a commencé son incroyable festival offensif au milieu du mois de décembre. Durant cette série de folie, il a notamment bénéficié de 19 lancers francs contre les Lakers, 18 contre Miami, 17 face à Boston puis 27 (!) face à Memphis. Forcément, ça frustre les équipes adverses ainsi que de nombreux fans, qui n’en peuvent plus de voir le MVP en titre bénéficier d’autant de coups de sifflet. Et l’une des séquences les plus symboliques, c’est ce fameux double step-back réalisé par le barbu contre le Jazz le 17 décembre dernier. Non seulement les arbitres ferment les yeux et ne sifflent pas marcher, mais en plus ils accordent trois lancers francs à Harden pour une faute de Ricky Rubio. De quoi péter logiquement un câble.

Evidemment, la réaction de Stephen Curry ne va pas arranger les choses. Au contraire, cela met de l’huile sur le feu dans ce débat déjà explosif. On peut comprendre la frustration du meneur de Golden State, surtout après la défaite des Warriors face aux Rockets d’un James Harden tout simplement immense. Mais le fond du problème, ce n’est évidemment pas ce marcher sifflé étant donné que l’arbitre a pris la bonne décision, mais le manque de cohérence global sur ce type d’actions pourtant flagrantes. On utilise volontairement le mot « global » car ce n’est pas un problème qui est lié uniquement au barbu de Houston. Disons qu’Harden est celui qui arrive le mieux à mettre ses arbitres dans sa poche et qu’il représente donc la figure du joueur protégé par excellence. Mais il y a quelques jours, Kyrie Irving a réalisé exactement le même move que Stephen Curry, qui plus est en un-contre-un face à… James Harden. Les arbitres n’ont pas bronché, et Uncle Drew a ainsi pu inscrire un trois points dans la tête du numéro 13 texan. Au calme.

Le fait qu’il y ait une polémique aujourd’hui suite à ce coup de sifflet légitime contre Stephen Curry montre à quel point la NBA possède un souci au niveau de l’arbitrage. On n’est pas là pour jeter la pierre aux officiels, qui possèdent un boulot très difficile au quotidien. Le basket, c’est clairement l’un des sports collectifs les plus difficiles à arbitrer, notamment aujourd’hui où les règles sont plus strictes et où le rythme de jeu est très élevé. Il faut regarder les contacts, il faut faire gaffe au nombre de pas, il faut surveiller tout ce qui se passe sans ballon, il y a l’horloge des 24 secondes… bref, c’est vraiment compliqué et on se doit d’avoir un peu d’indulgence envers ces arbitres qui doivent prendre des décisions très rapides et qui ne peuvent pas juger chaque action comme nous grâce à de multiples ralentis sous différents angles. Mais là, on est face à des actions relativement flagrantes qui ne devraient pas créer le moindre débat, et c’est pour cela qu’on en parle.

Si Stephen Curry ne peut donc pas contester le coup de sifflet de l’arbitre étant donné qu’il est justifié d’après les règles du basket-ball, sa réaction est à la fois priceless et compréhensible. Et quelque part, James Harden doit bien se marrer…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top