Raptors

Kawhi Leonard lance 2019 en beauté : 45 points, record en carrière, avant d’aller à San Antonio…!

Kawhi Leonard
Source image : NBA League Pass

Il y a ceux qui démarrent bien une nouvelle année, et puis il y a Kawhi Leonard. L’ailier des Raptors n’a pas perdu de temps avec 2019, premier match et nouveau record personnel au scoring : le Jazz n’a rien pu faire.

Pourtant, c’est peu dire s’il a tenu, le Jazz. En déplacement du côté de Toronto, après avoir probablement passé une bonne petite nuit de réveillon dans une des villes les plus festives de toute la Ligue, la bande à Rudy Gobert aurait très bien pu se vautrer et ne pas jouer le jeu. Fatigue, alcool, drogue, sexe, notoriété, on connaît la chanson. Mais sérieux comme ils sont, les hommes de Quin Snyder ont tenu. Un gros Jae Crowder, un bon Derrick Favors, une abnégation collective intéressante… mais pas assez de réussite de la part du backcourt. Plutôt à l’image de leur saison, Ricky Rubio et Donovan Mitchell ont été à la fois motivés et maladroits (13/40 au tir). Ce n’était pas assez pour tenir face à l’armada canadienne, qui devait faire sans Kyle Lowry et Jonas Valanciunas mais a pu compter sur deux énormes têtes et un squad toujours aussi collectivement soudé. Pascal Siakam, en premier, a servi de parfait lieutenant en sortant sa meilleure perf lui aussi en carrière (28 points, 10 rebonds, 9/15 au tir). Toujours aussi bien placé dans la course au titre de Meilleure progression de l’année, l’homme de l’ombre des Raptors voulait lui aussi démarrer 2019 avec la manière. Toujours la même intensité, toujours la même défense, le genre de performance overall qui écoeure et va marquer les votants vers le mois d’avril. Changement d’année ou pas, Spicy P reste une tornade incontrôlable. Mais alors à ses côtés…

Comment dire. Comment dire autre chose que cette performance était, offensivement, la meilleure en carrière de Kawhi Leonard ? Les chiffres, au premier abord, sont déjà impressionnants (45 points, 6 rebonds, 1 passe à 16/22 au tir, 13/17 sur la ligne), mais la manière. La manière les enfants, la manière. Déjà qu’il était bouillant en première mi-temps, Leonard va monter d’un cran dans le troisième quart (juste 19 pions à 7/7 au shoot), continuer à provoquer des lancers, abuser des défenseurs adverses et taper son plus haut total personnel en carrière. Et tout ça, s’il-vous-plaît, sans le moindre tir à trois-points rentré. On parle de 45 points plantés avec que des 1 et des 2 points, en mode NBA des années 60. Tout y est passé, du up and under spectaculaire au and one en passant par la feinte suivi du tir à mi-distance, le move au poste qui va bien, le hook d’une rare propreté, écoeurant. Le Jazz avait tout fait pour rester dans le match, mais en face l’homme était en mission. Et dire que Kawhi jouera son prochain match à San Antonio, le premier depuis son transfert cet été. Quel meilleur timing ? Difficile de savoir ce que va nous réserver l’animal sur place. Difficile déjà de savoir s’il jouera, ou pas. On ne sait plus avec lui, même si le staff de Toronto a garanti que les matchs d’absence deviendraient rarissimes avec le passage à la nouvelle année. Il n’empêche que pour n’importe quel fan des Spurs regardant la performance de ce soir, il devait y avoir une pincée de nostalgie. Un teaser de ce qui sera ressenti ce jeudi. Car quand Leonard joue ainsi, des deux côtés du terrain, c’est un podium des meilleurs joueurs au monde qui doit lui être réservé.

D’ailleurs, c’est bien le genre de l’animal. Gardé un peu trop longtemps éloigné de la course au MVP, Kawhi Leonard tape du poing sur la table en lançant la nouvelle année. Qui en veut ? Les Spurs ? You’re next.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top