Celtics

Les Celtics se paient encore les Sixers : 121-114, une prolongation et un père Noël nommé Kyrie Irving

Kyrie Irving Celtics 3

Boston est son jardin.
Le Garden est à lui.

Source : NBA League Pass

108-106 pour les Sixers après un très gros tir de Wilson Chandler. Il reste moins de 40 secondes sur l’horloge. Kyrie Irving est bien trop en feu pour laisser ses Celtics perdre ainsi. Isolation pour Uncle Drew. Jimmy Butler se tient face à lui et l’ailier est bien décidé à ne rien lâcher. Kyrie tente de driver, Butler est sur lui, dans son short même. Mais le meneur vert se crée un peu d’espace, juste ce qu’il faut. Il arme un shoot, il lui donne une trajectoire très arquée, qui passe au-dessus de son défenseur et finit au fond des filets après deux rebonds sur le cercle. Prolongation, pour le plus grand bonheur de toutes celles et ceux qui sont devant ce très gros match. 

Cet overtime sera très disputé. Les Sixers le démarreront pied au plancher et feront très vite un écart de 5 unités. Sauf qu’à partir de là, ils vont aussi se mettre à rater des lay-ups, à tenter des tirs compliqués et à perdre des ballons. Les Celtics vont tout de suite en profiter pour recoller grâce à Jayson Tatum puis Gordon Hayward. Après un lancer réussi sur deux de la part de Ben Simmons, Philadelphie est encore devant de deux points (114-112). Il reste deux minutes et c’est ce moment que Kyrie choisit pour poser définitivement ses baloches sur le match. Il donne un point puis quatre points d’avance aux siens en l’espace de 30 secondes. 118-114 pour les Celtics. Le Garden vert est debout, il rugit. Il reste 1’30 à jouer. Irving vient d’inscrire ses quatrième et cinquième tirs primés de la rencontre. Il a 40 points au compteur et les Sixers ne vont pas se remettre du coup de massue que vient de leur être asséné. Joel Embiid perd une balle. S’en suit une phase de « jeu » de plus de 40 secondes sans panier jusqu’à cette contre-attaque de Simmons qui se finit par une brique affreuse, pour ensuite voir Tatum subir une faute à l’autre bout du terrain et planter ses deux lancers. 120-114. Butler rate un trois points, rebond Celtics. Le match est terminé et Kyrie Irving peut sortir les bras levé, sous les applaudissements de son public.

Les Sixers eux, peuvent avoir les boules. Ils avaient tout en main pour enfin repartir de Boston avec le sourire. Après avoir souvent été derrière tout au long de la rencontre, ils se sont montrés accrocheurs. Ils n’ont rien lâché et avaient même 7 unités d’avance au moment d’entrer dans les 8 dernières minutes (98-91). Wilson Chandler (encore lui) venait de marquer de loin, Jaylen Brown avait raté dans la foulée avant que le jeune Korkmaz ne vienne rajouter un autre trois points dans la besace de Philly. Tout était possible à cet instant. Tout a été possible pendant ce match pour les Sixers. Car même si Irving a envoyé des boules de feu du début à la fin, Joel Embiid a lui aussi été assez monstrueux. 34 points (à 10/17 au tir) et 16 rebonds pour le bestiau au numéro 21. Al Horford nous a gratifié de quelques bonnes défenses sur Jojo mais, dans l’ensemble, les intérieurs des Celtics ont pris très cher. En témoignent les 12 lancers-francs rentrés par Embiid. En attendant, on peut clairement regretter de ne pas avoir vu Philadelphie nourrir plus abondamment son pivot pendant les 5 minutes supplémentaires. Cela aurait été plus malin que de prendre de qualité moyenne dans le périmètre. Embeast a été intenable. Trop grand, trop costaud, trop technique. Il aurait probablement pu donner une autre issue à cette rencontre. Mais les Sixers sont jeunes et cela s’est vu sur cette fin de match. Ils reviendront.

Et ce ne sera pas pour nous déplaire tant ces deux équipes sont capables de nous offrir d’excellentes oppositions basketballistiques. Différences de styles de jeu, différences de leadership, différences dans le coaching. On en veut bien 7 comme celui-ci en Playoffs au printemps 2019. D’ici là, Ben Simmons aura peut-être trouvé un moyen de manger du vert au moins une fois dans sa vie. Car si le rookie de l’année 2018 est à deux passes décisives de finir en triple-double, on n’a pas eu la sensation qu’il a pesé sur ce match. Jimmy Butler s’est donné et on a vu quelques phases défensives où le trio qu’il forme avec mister Jojo et mister Benjamin peut devenir un cauchemar pour les attaquants adverses une fois que ce sera un peu mieux rodé. Pour le moment, Marcus Morris peut encore se balader sur les extérieurs et poser 23 points à 8/13 au tir pendant que Tatum le sophomore envoie un bon double-double (23 points et 10 rebonds).

Les Sixers quittent le Massachussets la tête basse une nouvelle fois. Boston connait son bienfaiteur de Noël. Ce n’est pas un papa, c’est un oncle, l’oncle Drew. Il est venu avec sa hotte pleine de tricks, de tour de magie et de smoothitude nous émerveiller en ce soir de Christmas Games. 

boxscore sixers

boxscore Celtics

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top