Lakers

Christmas Day 2004 : flashback sur les retrouvailles de Kobe et Shaq, aka les meilleurs amis du monde, enfin presque

Chaque année, la tradition veut que la NBA offre aux fans des affiches exceptionnelles le soir de Noël, histoire de nous faire passer un moment inoubliable en plein cœur des fêtes. Il peut s’agir d’un remake des finales précédentes, un match pour faire honneur aux grandes rivalités de la NBA ou des retrouvailles pour un joueur qui aurait quitté sa franchise pour une autre. Aujourd’hui, on a décidé de remonter dans le temps pour présenter un duel qui avait marqué les esprits lors du Christmas Day 2004 : les retrouvailles entre Kobe Bryant et Shaquille O’Neal. 

S’il y a bien un match à se remémorer lors de la saison 2004-2005 en NBA, c’est celui-ci. Le premier duel entre Kobe et Shaq, au Staples Center, pour ce qui est peut-être le meilleur match de Noël de l’histoire. Pour vraiment comprendre comment on est arrivé à un tel niveau de hype, il faut sans doute remonter encore un plus loin dans le passé des deux joueurs.

1996 : deux joueurs débarquent aux Lakers, l’un par la Draft l’autre par la free agency. Kobe Bryant n’est alors qu’un lycéen doté d’une cote folle, arraché aux Bobcats dans l’échange avec Vlade Divac, alors que Shaquille O’Neal est déjà un All-Star, finaliste avec Orlando en 1995 et superstar en devenir (déjà ?) de la ligue. Les deux joueurs ont été recrutés par la légende Jerry West, toujours là dans les bons coups, pour incarner l’avenir des Purple and Gold et remporter de nouveau un titre qui échappe à la franchise depuis 1987, l’époque bénie du Showtime. Si les débuts des deux compères ne donnent pas de grands résultats, l’arrivée du mythique coach des Bulls Phil Jackson aux commandes en 1999 propulse immédiatement la franchise au sommet de la ligue. L’équipe réalise le three-peat entre 2000 et 2002 derrière un duo inarrêtable, injouable, trop puissant et trop complémentaire. C’est un nouvel âge d’or pour les Lakers enfin … c’est ce qu’on se dit. Car si, sur le terrain, les deux stars se trouvent les yeux fermés et alternent les grosses performances pour atomiser tous leurs adversaires, en dehors, la relation entre les deux hommes est tendue, froide, voire carrément violente. Les succès acquis permettent de cacher la guerre d’égos qui mine le vestiaire mais lorsque les premiers contretemps arrivent, les bouches commencent à s’ouvrir. Kobe reproche à Shaq son excès de poids au camp d’entraînement, Shaq annonce aux journalistes que l’équipe est au complet alors que Kobe est au Colorado pour son procès. Les autres joueurs doivent carrément s’allier à l’un des deux au sein même du groupe : on apprendra plus tard que les extérieurs suivaient Kobe alors que les intérieurs étaient avec Shaq.  La goutte d’eau intervient en 2004, lorsque les Lakers, malgré l’apport de Karl Malone et Gary Payton, se prennent une leçon de basket par les Detroit Pistons, bien plus solidaires et concernés.

L’équipe ne sera plus jamais la même. Durant l’été, Kobe se retrouve free agent et tente de partir à Chicago, sauf que Shaq le prend de vitesse et demande son transfert, épuisé par une lutte interne qui dure depuis des années. Il est envoyé à Miami pour rejoindre un autre arrière survitaminé, le jeune Dwyane Wade. Kobe, lui, prolongera le lendemain aux Lakers. Le roi désormais, c’est lui. Aussi, lorsque la NBA décide que l’affiche de Noël serait ce Lakers – Heat, tous les micros se dirigent vers les deux stars qui vont s’affronter pour la première fois après huit années de cohabitation : et Shaq est le premier à dégainer pour ESPN.

« Lorsqu’une corvette rentre dans un mur de briques, vous savez ce qui arrive. Il [Kobe Bryant, ndlr] est une corvette et je suis un mur de briques, alors vous savez ce qui va arriver. »

Ce qui nous amène donc à ce 25 décembre 2004 sous forme de O.K. Corral entre les deux stars de la ligue. Et ils ne mettent pas longtemps à se croiser puisqu’au bout de quinze secondes de jeu, le Shaq sort ses grosses paluches pour bâcher le premier tir de Bryant. Mima-miam, la soirée est lancée. La rencontre est digne d’une soirée de Noël et se termine en prolongation par une victoire du Heat. Si le Black Mamba remporte le duel aux points avec 42 unités (12/30 au tir) contre les 24 du Big Cactus (en plus de 11 rebonds), il manque le shoot de la gagne au buzzer qui aurait conclu cette soirée en apothéose, pour le plus grand plaisir du pivot.

« Je savais que le tir n’allait pas entrer. C’est ce qu’on appelle le destin de Shaq O’Neal. »

Si cette rencontre a marqué la vraie séparation de l’un des tandems les plus dominants de l’histoire, elle a aussi annoncé la nouvelle dynamique des deux Hall Of Famers. Le Shaq sera désormais en retrait, au service de Dwyane Wade (29 points ce soir-là) pour aller chercher une nouvelle bague, alors que Kobe commencera son prime et ses meilleures années au scoring dans une équipe… de plus en plus bancale. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top