Kings

Les Kings accélèrent encore et toujours : quatrième quart à 200 à l’heure, victoire face aux Pels, et joyeux Noël

KIngs

Ça ? Ça veut dire qu’ils sont clutchs.

Source image : NBA League Pass

Les nuits passent et se ressemblent à Sacramento et, pour la première fois depuis l’âge de pierre, c’est du positif qui ressort de cet adage. Trois matchs, c’est ce qu’il reste aux Kings pour terminer 2018 avec un bilan au moins à l’équilibre, le genre de phrase que l’on n’aurait même pas pu écrire sous acide il y a deux mois.

Ils sont tout bonnement incroyables ces gamins. Pleins de ressources. La plupart des observateurs annonçaient la fin de la Dolce Vita après avoir vu les Kings prendre deux fessées l’une après l’autre en début de semaine ? Bouge pas Tonton, on va remettre les pendules à l’heure à la manière comtoise. Un comeback monstrueux face aux Grizzlies le vendredi soir, un autre le lendemain (cette nuit donc) face à des Pels beaucoup trop naïfs, et voici donc les joueurs de Dave Joerger à 17-15 en cette veille de Noël et, on se répète, celle-là on l’avait vraiment pas vu venir.

Ls raisons sont multiples pour que les Kings soient là où ils en sont aujourd’hui, et s’ils le doivent peut-être à deux équipes qui ont fait péter en avance leur cadeau de Noël ces deux derniers jours…  ils ne doivent surtout rien à personne. Raillés en octobre, posés vulgairement à la quinzième place à l’ouest par à peu près tous les parieurs du dimanche dont nous faisons partie, les gamins de Sacto ne font aujourd’hui plus rire personne. Cette nuit ? Le défi principal était dans les mains de De’Aaron Fox, pour une confrontation directe avec le plus gros suceur de sang de meneurs de toute la Ligue : Jrue Holiday. Résultat des courses ? 5/15 au tir pour le renardeau le plus rapide des Bois de Quat’Sous mais 8/11 sur la ligne et surtout 11 passes décisives délivrées à ses intérieurs, histoire de varier les plaisirs. Propre, et on en connait un paquet qui n’ont pas aussi bien trouvé la sortie face au meneur sangsue des Pelicans. Des passes arrivées notamment à Willie Cauley-Stein, le pivot se refaisant tranquillement la cerise depuis quelques matchs après le trou d’air observé dans son cerveau ces dernières semaines. 22 points et surtout 17 rebonds cette nuit, plutôt pas mal face à Anthony Davis et Julius Randle. Un autre Roi qui se régale cette saison ? Bogdan Bogdanovic. Débarqué sur le tard après un début de saison passé à l’infirmovic, BogBog n’est passé depuis sous la barre des 10 points qu’à une seule reprise et régale par ses flèches décochées tel Jude Law dans Stalingrad. 24 points en sortie de banc cette nuit, on appelle ça un remplaçant solide. Et comment ne pas parler de celui qui est actuellement l’un des joueurs les plus chauds de tout le pays : Buddy Hield. Finie l’époque lors de laquelle Buddy était obnubilé par l’idée de rater tous ses tirs, aujourd’hui Buddy est obnubilé par l’idée de tous les rentrer et le fieffé fifou (c’est dur à prononcer en mangeant de la batavia) s’en sort plutôt pas mal. 23,5 points de moyenne en décembre à des pourcentages Curryesques, et l’ancien… Pelican frappe désormais de grands coups à la porte du bureau dans lequel est entreposé le trophée de MIP. 28 points à 11/18 au tir dont 6/11 du parking cette nuit, une journée de plus au bureau.

Mais au delà des stats et de la performance rarissime d’avoir réussi à limiter Anthony Davis à la portion congrue, c’est en fait le scénario du match qui peut ce matin enjailler les Kings fans. 36 points au dernier quart, un déficit de plus de dix points à sept minutes du buzzer qui fond à vitesse grand V grâce à Fox, WCS ou Justin Jackson, et la confirmation que cette équipe de gamins est donc celle qui marque… le plus de points au dernier quart-temps de toute la Ligue. Un mot pour décrire ça non, en cinq lettres s’il-vous plaît. C…l…u…t…c…h, clutch, pas cher payé au Scrabble mais beaucoup plus au basket, puisque c’est quasiment 30 points de moyenne que le squad de Joerger plante dans le dernier quart, et la plupart du temps pour aller chercher de la grosse victoire comme ce soir.

On peut bien dire que les Pels se sont écroulés hein, on peut bien dire que finalement les Pels c’est pas la Champion’s League, mais tout ce que l’on sait c’est que ces Kings sont donc à 17-15 et regardent l’intégralité de la NBA dans les yeux cette saison. Et vous savez quoi, bah c’est ultra kiffant, tout comme écrire un papier entier sans aucune méchanceté sur eux. Allez, douche froide, parce que ça fait quand même bizarre.

stats pelicans stats kings

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top