Rockets

Lakers, Sixers et Hornets sur Carmelo Anthony : l’intérêt reste limité, ça va être compliqué…

Rockets carmelo anthony
Source image : NBA League Pass

Hein ? Qui ? Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Réveillez-vous doucement, ce n’est rien de grave. On a simplement obtenu des nouvelles concernant un certain Carmelo Anthony, qui doit vous dire quelque chose. Youhou.

Car oui, pour ceux qui auraient définitivement oublié son existence, Melo est bien encore en NBA. Certes, d’un pur point de vue sportif on peut malheureusement affirmer qu’il est actuellement mort, mais le vétéran fait toujours partie de l’effectif des Rockets et cela alimente donc les rumeurs à l’approche de l’année 2019. Pour rappel, voilà ce qui s’était passé à Houston en tout début de saison? Dix matchs, un test, quelques galères, un bilan dégueulasse, des interrogation, et paf. Paf ? Paf. Melo et les Rockets se séparent au bout de 10 petits matchs. Enfin, séparent, c’est difficile à dire. Disons simplement qu’à partir de cette date, le coaching staff de Houston ne va plus avoir Anthony dans l’équipe et c’est un véritable divorce qui va être acté… verbalement. L’écrit, c’est une toute autre chose, sachant que Melo touche 2,4 millions de la part de la franchise texane cette saison. Cela paraît pas grand chose comme ça, mais quand vous avez dépensé le PIB de l’Amérique Centrale sur Chris Paul et celui de l’Océanie sur Clint Capela, chaque petite dépense en moins n’est pas à mettre de côté. On est donc, administrativement parlant, dans une situation où Melo est bien encore membre des Rockets. Il est simplement fantomatique, à la recherche d’une nouvelle équipe, qui pourrait accepter de réaliser un transfert pour le récupérer. Car tant que Houston a ses droits et n’opte pas pour un buy-out, il n’y a qu’un procès ou de la patience qui pourront être servis dans l’assiette du sniper. La dernière update vient de Marc Stein, tout droit du New York Times.

L’ancien joueur des Knicks ne fait plus partie des plans des Rockets depuis le 15 novembre dernier, et Carmelo Anthony continue à chercher une équipe qui souhaiterait lui redonner une chance.

Melo, comme Trevor Ariza, est devenu disponible sur le marché des transferts ce weekend. Et Houston a bien raison de le garder pour tenter de le transférer (plutôt que de le couper), puisque les 2,4 millions de dollars d’Anthony dans son contrat résulteront en 2,6 millions de dollars sauvés dans la luxury tax, en cas de transfert.

Malheureusement, les équipes les plus intéressées jusqu’ici, les Sixers et les Lakers de LeBron James, n’ont pas été emballées à l’idée de réaliser un transfert afin de le récupérer, pour le moment. Charlotte semble également avoir tourné la page, malgré des rumeurs qui insinuaient que les Hornets tenteraient leur chance, connaissant la relation long-terme qu’entretien Anthony avec Michael Jordan, via la marque Jordan Brand.

C’est bien maigre, tout ça. Et c’est pas pour faire une mauvaise blague en parlant de Melo, on vous voit venir avec vos brochettes sauce piquante. Plus sérieusement, trois équipes seulement seraient en position pour récupérer Anthony, et le niveau d’agressivité semble quand même assez bas pour réaliser l’opération. Les Hornets ? Un deal intéressant pour eux, s’ils récupèrent Carmelo, dans le sens où les ambitions de la franchise sont connues pour cette saison : retrouver les Playoffs, retrouver les Playoffs, retrouver les Playoffs. En ajoutant un vétéran comme l’ailier en sortie de banc, difficile de dire que Charlotte ne serait pas une meilleure équipe en vue du mois d’avril. Les Lakers ? Déjà beaucoup de mouvements depuis le début de saison, et comme on l’a vu récemment, pour des joueurs qui vont fit avec le modèle en place. Du shooting, mais aussi de la défense, de l’envie, de l’énergie et une belle capacité à se défoncer pour ses coéquipiers. En gros, y’a qu’une case cochée par Melo, et on vous laisse deviner laquelle. Enfin, les Sixers ? Après avoir perdu pas mal de force sur son banc, Philly veut se renforcer, mais qui lâcher en échange à Houston ? Les options sont minces, fines, promis on arrête. Lâcher des pièces dans un deal qui pourrait surtout ressembler à un emprunt de quelques mois, pas sûr que cela fasse kiffer le management de la cité de l’amour fraternel.

On aimerait avoir de meilleures nouvelles pour Carmelo Anthony (quoique, c’est bientôt Noël donc y’a un bouton de pantalon qui va exploser entre samedi et mercredi), mais hélas c’est trop tendu d’un point de vue basket. Allez, chaque chose en son temps : défoncage de bide en règle, et on reparle de sport après le dessert. Burp.

Source : New York Times

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top