Blazers

Les Blazers ont ouvert leur banc pour ouvrir les Raptors : le réveil de Kawhi Leonard fut trop tardif, grosse victoire de Portland !

Blazers

Ces deux fifous, là ? 29 points, à 11/16.

Source image : NBA League Pass

On annonçait les Pionniers un peu crotteux dans notre preview ? Disons que les Raptors leur auront servi de paillasson. En sortie de grosse victoire à l’Oracle les Dinos avaient un petit droit à l’erreur, un « joker défaite » à utiliser, et les hommes de Nick Nurse l’ont posé sur la table, sans occulter pour autant la grosse perf collective des Blazers, et surtout de leur banc.

On les avait beaucoup tancé pour ça, pour cette propension à un peu trop compter sur leur backcourt, aussi talentueux soit-il. « La saison passée était un feu de paille », « les Blazers ont bénéficié d’un concours de circonstance », « la logique leur est revenu en pleine poire en Playoffs », on en a dit et entendu des conneries tiens. Résultat les Blazous sont tout chafouin et nous prouvent en ce début de saison que l’on s’était bien gouré, et même si les résultats sont cahin-caha les problèmes ne sont plus les mêmes que la saison passée. L’une des principales forces de Terry Stotts depuis le 16 octobre (fameuse date à laquelle l’auteur de cet article démarra sa TTFL avec une raclette en live et un magnifique 1) ? Le… banc. Bah oui, celui-là même qui n’arrivait pas à assurer la saison passée est devenu un atout majeur dans les victoires de Portland, et le match de cette nuit face à la meilleure équipe de la Ligue, please, en est l’exemple parfait.

Et que ce doit être rassurant pour Stotts, son staff et tous les fans de Rip City. Damian Lillard qui attend trois quart-temps pour chauffer un minimum ? C.J. McCollum dans un mauvais jour ? Jusuf Nurkic brouillon et maladroit dessous ? Pani probleme, le second unit est là pour gérer le bizz. Pas forcément les plus talentueux sur le papier, mais alors dans la famille des on a quelque chose à prouver venez les chercher. Nik Stauskas et Seth Curry en pistoleros (ce dernier battant cette nuit son season high), Evan Turner qui joue enfin juste, Meyers Leonard et Zach Collins pour jouer les effrontés dessous et même de loin… qu’ils sont beaux ces remplaçants. La soirée était parfaite pour envoyer un message face à un banc considéré à juste titre (un peu moins cette année ?) comme l’un des meilleurs de la Ligue, et ces messieurs ne nous ont donc pas déçu. 58-26 pour le Blazers Bench, de l’adresse, du hustle, et une contribution telle que c’est carrément tout le banc qui était sur le parquet au quatrième quart, au moment où les locaux ont pris un avantage définitif au tableau d’affichage. Fait assez comique, les Raptors reviendront d’ailleurs souffler dans les bronches de Portland dans les dernières minutes, alors que les titulaires étaient pourtant revenus sur le terrain. Le monde à l’envers, n’en déplaise à Kyrie Irving, on croirait marcher sur la lune, n’en déplaise à Stephen Curry.

Le match en lui-même ? Une victoire donc des Blazers, de celles qui font du bien en période de vache maigre, face à des Raptors privés de Kyle Lowry et même de Kawhi Leonard durant les trois premiers quart-temps, tant le MVP des Finales 2014 a été en difficulté pendant une grande partie du match. Un énorme dernier quart n’y fera rien, il était trop tard pour venir braquer le butin d’un Terry Stotts magnifique de gestion avec dix joueurs entre 19 et 29 minutes, alors que l’on nous souffle dans l’oreillette que Tom Thibodeau vient de faire un AVC en lisant cette phrase. On regrettera d’ailleurs de ne pas avoir vu à l’œuvre Chris Boucher, l’homme qui porte si bien son nom en G League, revenu dans le groupe afin de pallier l’absence de Jonas Valanciunas mais laissé cette nuit sur le banc au profit de cette grosse baleine de Greg Monroe. Oups, pardon.

Une victoire qui replace les Blazers dans la zone de confort à l’Ouest, alors que les Raptors sont surtout heureux d’avoir bouclé cette semaine avec une victoire à l’Oracle. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la Blazère, et pas sûr que tout ça n’ait bien empêché Nick Nurse de dormir. Portland était plus fort ce soir, son banc était fantastique, mais la saison est longue.

stats Raptors stats Blazers

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top