Bulls

Les Young Bulls viennent à bout du Thunder : des jeunes pleins de talent… et un Westbrook en quadruple-double de l’horreur

Lauri Markkanen

Un Lauri dans ta vie, et tout va tout de suite beaucoup de mieux.

Source image : NBA League Pass

Ce n’était pas forcément le match que l’on attendait le plus, puisqu’il opposait quand même l’une des meilleures équipes de toute la Ligue à l’une de celles pour qui chaque défaite est une victoire. Mais de temps en temps, gagner ça fait du bien. Et ça s’est d’ailleurs bien vu sur les visage de Jim Boylen et ses kids, bien heureux de pouvoir enfin montrer au peuple de Chicago qu’il y a vraiment du talent dans cette équipe. Rafraichissant comme un brossage de dents en sortie de nuit NBA, en attendant la suite.

Ils en avaient besoin, car les efforts consentis depuis le début de saison méritaient une petite récompense, ne serait-ce pour accueillir Jim Boylen comme il se doit. On n’est pas en train de parler des Suns et de leurs horribles prestations là, ça joue un minimum à Chicago et on se laisserait presque tenter par un petit come-back au classement dans les prochaines semaines. Mais ne mettons pas la charrue avant les taureaux et concentrons-nous plutôt sur ce que l’on a vu cette nuit dans l’Illinois. Un groupe soudé, dont les sourires font plaisir à voir en fin de match, preuve que malgré une course au tanking toujours plus dégueulasse… gagner un match continue de procurer de vraies émotions à ses acteurs. Jim Boylen était d’ailleurs comme un gosse, freiné par ses assistants car il ne faudrait pas non plus manifester trop de joie pour un simple match de basket. Il y avait pourtant de quoi. Wendell Carter Jr. qui nous fait une tentative virile de suicide en montant au contre sur un Russell Westbrook lancé à toute berzingue, un Lauri Markkanen déjà très en forme deux matchs seulement après son retour aux affaires, un Ryan Ardiciacono toujours aussi surprenant en chef d’orchestre de substitution, un Justin Holiday qui joue libérou et pas Bridou, un Jabari Parker à l’aise en sortie de banc et surtout un Zach LaVine en mode patron, ça en fait des raisons d’être heureux non ? Un match équilibré du début à la fin, finalement remporté grâce à une dernière possession gérée parfaitement par un grand finlandais sûr de ses forces.

Une victoire rassurante donc pour les Bulls et leurs fans, et une défaite rageante pour le squad de Billy Donovan, qui aura raté le braquage de très peu. Steven Adams avait commencé son entreprise de démolition très tôt, Russell Westbrook avait décidé de commencer son match par une collection de rebonds (7 au premier quart), Paul George et Dennis Schroder s’occupaient du scoring, et le Thunder faisait le minimum pour rester en vie, notamment dans un troisième quart qui les verra appuyer un peu sur la pédale. Le seul problème finalement cette nuit ? Russell Westbrook avait décidé de marcher sur les traces de Nate Thurmond, Hakeem Olajuwon ou David Robinson, en allant chercher un quadruple-double historique. A l’arrivée ? 24 points, 17 rebonds, 13 passes 4 steals et 10… ballons perdus, avouez que vous l’avez cru. 24/17/13/10 donc, ouh que c’est à la fois beau et moche, mais surtout moche puisque ses dix turnovers coïncident finalement avec la défaite de son équipe. A trop vouloir en faire ? On se perd, et cette nuit Russell Westbrook s’est pointé dans un ranch mais n’a jamais trouvé la sortie.

Victoire rafraichissante pour les Bulls, défaite rageante mais sans trop de dommages pour le Thunder, et un match que l’on attendait pas aussi intéressant. Finalement on aura bien fait de zapper, et on zappera probablement très vite de nouveau sur un match des Bulls. parce qu’être à 6-20 avec un roster aussi talentueux… y’a une tâche quelque part.

stats Thunder stats bulls

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top