Shaqtin a Fool

Shaqtin’ A Fool : Gérard a fait des émules, plus personne ne veut shooter quand LeBron est dans les parages

Si tout est permis le vendredi, ça n’est absolument pas grâce à Arthur ni Claudia Tagbo mais bien évidemment grâce à Shaquille O’Neal. Son Shaqtin’ A Fool hebdomadaire est désormais attendu de pied ferme par toute une communauté voulant se taper des barres avant le week-end et, bonne nouvelle d’ailleurs, le week-end pointera bientôt le bout de son nez. Alors keep cool, on s’occupe de votre premier cadeau.

C’est parti pour la barre de rire de la semaine, avec le toujours aussi attendu résumé de la semaine by le gros Shaq. Jordan Bell qui se prend subitement pour le franchise player des Warriors mais dont on peine à imaginer qu’il pourrait être celui d’une franchise… de G-League, ça c’est pour l’intro. La suite ? On monte doucement en régime avec Meyers Leonard, qui nous offre un espèce de crossover entre la NBA et le Kamasutra. Pas sûr que Patty Mills n’ait apprécié de se retrouver dans la position passive, on lui demandera si on le croise au bar à chicha. Les deux derniers, parce qu’on va regrouper les génies, nous viennent donc de Los Angeles. Évidemment. Le marché de l’été nous avait teasé une saison légendaire de Shaqtin et on part donc sur les chapeaux de roue, puisque Lance Stephenson nous offre la passe la plus précise de la semaine (comment peut-il savoir où sont ses coéquipiers alors qu’il ne sait pas où il est lui-même…) alors que Lonzo Ball s’inspire du plus grand joueur de l’histoire du basket en fuyant le panier comme si une grenade venait d’y être dégoupillée. Légendaire, et on en place une pour le pauvre LeBron qui doit parfois se demander où il a mis les pieds.

Allez, c’est tout pour cette semaine et c’est déjà pas mal, vous pouvez reprendre une activité normale, comme manger du Nutella avec les doigts.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top