Pistons

Preview Pistons – Rockets : la vengeance est un plat qui se mange bien chaud pour Blake Griffin

Blake Griffin Andre Drummond

Tout le monde se retrouve dans le Michigan pour le match retour deux jours plus tard, on parie même que certains ont passé Thanksgiving ensemble.

Source Image : Dailymotion / NBA Extra

Pistons – Rockets. Non, nous ne faisons aucun doublon avec le match de mercredi, les deux équipes se retrouvent bien dès ce soir, à Detroit cette fois-ci. On ne serait pas surpris qu’ils aient pris l’avion ensemble pour rester bien bouillants après leur première opposition il y a deux jours. Début des hostilités à 1 heure du matin, au Little Caesars Palace.

La première rencontre entre les deux équipes, passée un peu inaperçu, la faute au retour du King dans l’Ohio, au choc entre Bucks et Blazers et au duel entre Embiid et Davis, avait abouti sur une rencontre épique conclue avec un écart de seulement deux points. Les Pistons étaient même passés à deux doigts du hold-up (126-124) au terme d’un quatrième quart-temps de haute volée, bien portés par Blake Griffin qui avait décidé de faire du Stephen Curry. Sans doute encore vexés par cet échec, les joueurs du Michigan auront sûrement à cœur de prendre leur revanche le plus vite possible et vu que le hasard fait bien les choses, voilà que débarquent les Rockets au pays d’Eminem. Une rivalité pourrait-elle débuter entre ces deux équipes ? Le fait qu’elles ne se croisent que deux fois dans l’année empêche l’intensité de monter d’un niveau mais on a aucun doute que Chris Paul et Blake Griffin ont dû se dire tout le mal qu’ils pensaient l’un de l’autre. Il ne manquerait plus qu’une prise de tête, une double expulsion et ce match deviendrait un classique. En attendant, il nous faut constater que la première manche a démontré que l’écart entre les deux équipes s’est clairement rétréci depuis la saison dernière. Dwane Casey a pris la direction de Motor City et l’équipe qui végétait entre la huitième et la dixième place s’est relevée pour être aujourd’hui cinquième. A l’inverse, Houston qui dominait la Ligue la saison dernière, avec une utilisation maximale du trois points et une défense de fer, a connu un début de saison catastrophique. La faute peut-être, à Daryl Morey, qui a oublié que sur un terrain de basket, il y a deux côtés. En laissant partir Ariza et Mbah a Moute, qui étaient les clés de voûte de l’équipe, obligeant leur gourou défensif à revenir. Le tout, en filant le max à Chris Paul qui va bloquer financièrement la franchise jusqu’à sa retraite ou presque. Quant à Carmelo Anthony, on a probablement déjà tout dit sur sa situation et sur le partage des responsabilités quant à son échec.

S’agissant du match en lui-même, plusieurs duels nous semblent fondamentaux pour en décider l’issue. En premier lieu, qui va réussir à éteindre les bouillonnants Harden et Griffin, respectivement auteurs de 43 et 37 points au Toyota Center ? P.J. Tucker, côté Rockets a plus le profil selon nous que l’arrière des Pistons, Reggie Bullock, surtout que Blake était dans un grand soir à trois points et que ça ne peut pas tomber dedans à chaque fois. Pas pour un joueur qui tourne à 33,4% en carrière. Et puis disons le, on a plus de chance de défendre bien un joueur quand on ne se fait pas éjecter du terrain pour deux techniques vis-à-vis du corps arbitral… The Quake s’est donc retrouvé sans garde du corps attitré pendant tout le money time. Le MVP 2018, quant à lui, a su se montrer agressif comme toujours en attaque et obtenir sa dose de lancers-francs habituelle, qu’il s’est fait un plaisir de convertir réussissant par la même un sans-faute sur la ligne. La barbe n’a même pas frissonné. L’autre gros duel à suivre, parce que bon on ne va pas commencer à comparer Reggie Jackson à Chris Paul, c’est la bataille dans la peinture et au rebond. Andre Drummond, malgré une copie propre avec 20 points et 11 rebonds, s’est fait dominer par Clint Capela. L’intérieur des Rockets a fait découvrir la Suisse à son adversaire du soir, 27 points, à 12/14, 15 rebonds et 4 contres. Des chiffres que ne doit pas autoriser un intérieur comme Drummond et surtout pas à domicile. On s’attend donc à ce qu’il envoie une réponse « this is my city » lors du prochain affrontement. Si ce n’est pas le cas, il pourra toujours demander à son ami Griffin de lui monter dessus. On vous recommande la claquette dunk de l’ailier-fort sur la truffe du Suisse. A savourer sans modération, mais avec sans doute moins d’émotion qu’en voyant l’action de Vince « à 100 piges je pourrais encore dunker » Carter.

Les matchs à Detroit sont toujours très disputés et les Rockets ont clairement leurs chances sur un terrain qui leur réussit plutôt bien. Sur les neuf dernières confrontations, le bilan est de 5-4 pour les Texans. La saison dernière, les Pistons l’avaient emporté dans un match avec plus d’absents que de présents. Harden était out, tout comme Drummond et Blake Griffin se croyait encore un Clipper à vie. Oups.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top