Equipes

Le Thunder passe un cap : défense de fer et marge de progression offensive, OKC a de quoi faire flipper

westbrook thunder paul george

Finies les conneries !

Source image : youtube

Le Thunder aurait-il enfin compris ? Est-ce quelque chose que Billy Donovan tentait de mettre en place ces deux dernières années mais sans succès ? Le groupe aurait-il eu une prise de conscience collective qui lui permet actuellement de dégager une toute autre impression sur le parquet ? Peu importe en fait… Ce qui est sûr c’est qu’après quinze matchs joués, l’escouade d’Oklahoma City semble être enfin capable de passer un vrai cap en s’appuyant sur une grosse défense et un jeu offensif qui donne quelques bons signes. 

Après avoir démarré la saison de manière catastrophique en enfilant quatre défaites consécutives, le Thunder vient de remporter 10 de ses 11 dernières rencontres et est installé à la troisième place de l’Ouest avec un bilan de 10 victoires pour 5 revers. Pourtant, Russell Westbrook n’a participé qu’à sept de ces 15 matchs d’OKC. Le bestiau au numéro zéro n’a commencé sa saison qu’à la troisième sortie de siens et n’a pas joué sur les six dernières. Mais, avec ou sans Westbrook, ça joue du côté du Thunder et ça c’est nouveau. C’est nouveau et c’est logique quand on regarde évoluer OKC car on voit de la bonne grosse défense, un groupe qui a l’air soudé, des lieutenants qui font le boulot et des jeunes qui s’intègrent bien. Pour l’ami Russell, c’est un vrai confort puisque cela signifie qu’il peut prendre son temps, bien se remettre sur pied et profiter de ses nouvelles petites jumelles avant de revenir sur les parquets.

OKC avec une vraie défense… On en avait vu quelques bribes la saison dernière dans certains gros matchs mais pas du tout de manière régulière ou ne serait-ce qu’aussi sérieuse sur une dizaine de matchs comme cela vient d’être le cas. Le Thunder présente un ratio défensif de 104,4, le troisième meilleur de la Ligue juste derrière les Celtics et les Pacers. Les hommes de Billy Donovan sont, de loin, ceux qui interceptent le plus de ballons par soir (11,3) et présentent une activité incessante au rebond des deux côté du terrain : 47,1 prises sous les cercles en moyenne par match (7ème) et surtout 13,2 rebonds offensifs (1er). Mais une grosse activité à coups d’interceptions et de rebonds ne suffit pas à expliquer un aussi bon rendement défensif et une aussi belle impression visuelle quand on regarde le Thunder défendre. L’adversaire galère et ce n’est pas qu’une impression, c’est un fait que les stats appuient. On constate par exemple que les équipes qui ont croisé le Thunder depuis le début de saison n’ont mis que 32,8% de leurs tentatives à 3-points. La mobilité et les qualités athlétiques des joueurs quel que soit leur poste n’est pas une surprise, ce qui l’est déjà plus c’est de les voir aussi impliqués dans les rotations, les switch et les close-out dans le périmètre. Et soyons clair tout de suite, c’est une très mauvaise nouvelle pour tous les shooteurs qui auront à jouer les pensionnaires de la Chesapeake.

Et qu’on ne vienne pas nous dire que Westbrook va briser cette belle osmose défensive quand il va revenir. Les chiffres et les images disent clairement le contraire puisque le meneur a la meilleure Defensive Box Plus Minus (+4,5) parmi les titulaires et que, sur les sept matchs auxquels il a participé, ce bon Russell a vraiment fait le taf sur son adversaire direct. Il va probablement falloir s’y faire mais, contre OKC, pour trouver un spot bien ouvert et avoir à peu près le temps d’armer son tir, il faut que le ballon circule vite, que les écrans soient bien francs et que les décisions soient impeccables. Tout en faisant bien attention de ne pas perdre la balle car le Thunder est deuxième de la Ligue cette saison quand il s’agit de pousser l’adversaire à l’erreur. Il faut dire que le cinq majeur est long, mobile et athlétique. Westbrook (ou Dennis Schröder) avec Terrance Ferguson à ses côtés, Paul George et Jerami Grant pour les postes 3 et 4, puis Steven Adams au pivot. Sur le banc, les gars comme Abrines, Diallo, Patrick Patterson, Nerlens Noel ou Raymond Felton sont toujours prêts à bondir et ils font les efforts pour s’inscrire dans la lignée des titulaires : défendre dur pour ensuite pouvoir courir en transition et obtenir des paniers faciles. Et dire qu’Andre Roberson est toujours en convalescence et n’a pas encore joué le moindre match. Le swingman, spécialiste de la défense, s’inscrira parfaitement dans la philosophie qui se développe actuellement.

Cependant, il ne pourra peut-être pas peser sur l’amélioration du jeu offensif qui va être nécessaire mais qui parait de plus en plus possible ! Le Thunder a une vraie marge de progression. Ils ont le onzième ratio offensif de la Ligue (109,7) avec un pourcentage d’efficacité au tir (efficiency fieldgoal percentage, EFG%) vraiment pas terrible à hauteur de 50,2 (22ème) et surtout une réussite à 3-points qui rendrait malade certains coachs (31,4% – 29ème de la Ligue) et un nombre de passes décisives qui ne fait pas du tout rêver (21,3 – 25ème). L’attaque du Thunder repose beaucoup sur le talent de gars comme Westbrook ou Paul George, sur les pick-and-roll organisés autour de Steven Adams mais pas encore sur un jeu collectif et un mouvement de ballon qui permet d’ouvrir des tirs à tout le monde. OKC attaque le cercle dès que possible, provoque beaucoup de lancers mais n’en rentre que 71,4%. Là aussi, il y a une marge de progression évidente. Car le Thunder peut jouer à toutes les vitesses. Il peut tenir tête physiquement et athlétiquement à n’importe quelle équipe de NBA. Il possède en Russell Westbrook et Paul George deux stars capables de bonifier le boulot d’un groupe. Donc s’il se met à défendre très dur et à progresser en attaque, attention, le danger est réel pour tout le monde.

Prochain rendez-vous cette nuit à Sacramento puis à Golden State deux jours plus tard avant de recevoir les Hornets, les Nuggets et les Cavs. Mais surveillons ce Thunder car toutes les équipes qui franchissent un cap le font après avoir eu un déclic, et une prise de conscience défensive peut tout à fait en être un…

1 Comment

1 Comment

  1. jerome ringana

    19 novembre 2018 à 18 h 34 min at 18 h 34 min

    OKC Baby !! Tous les « bons » sortent de OKC 😬😬😬

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top