Bulls

Kris Dunn épate le staff des Bulls avant le début de la saison : une approche pro de son boulot

Kris Dunn
Source image : NBA League Pass

Nombreux sont les kids qui seront attendus de pied ferme à Chicago cette saison, mais peu de monde est applaudi à l’unanimité comme Kris Dunn. Le meneur des Bulls n’est plus là pour tenter d’épater la galerie.

Une première grosse saison sous le maillot des taureaux, maintenant il faut confirmer. Voilà l’approche de Dunn à quelques jours de la reprise, avant une campagne qui s’annonce déterminant pour son dossier comme pour celui de son équipe. Rappelons le parcours, avant tout, pour comprendre ce qui se cache derrière une telle affirmation. Récupéré l’an dernier dans le cadre du trade de Jimmy Butler, Kris débarque à la tête de jeunes Bulls et il doit s’imposer comme le prospect dont beaucoup de monde parlait lors de sa Draft en 2016. Long, athlétique, doué, compétitif, Dunn a du talent mais il n’a pas pu trop le montrer lors de sa première année chez les Wolves. Sauf que là, dans l’Illinois, tout change. Avec Fred Hoiberg comme coach et peu de concurrence à son poste, le dragster explose ses moyennes et c’est tout Chicago qui se frotte les mains : plus de 13 points, 4 rebonds et 6 passes de moyenne en moins de 30 minutes, c’est propre. Suffisamment propre pour que le staff chicagoan accepte de remettre définitivement les clés du camtar entre les mains de Dunn, en lui demandant tout de même de passer l’été à bosser l’intégralité de son jeu. Le technique, le physique, mais aussi le vocal. Car si Kris est capable de briller en solo, il doit apprendre à diriger une équipe NBA et c’est justement cet aspect qui a impressionné son entraîneur sur cette rentrée 2018-19. Le garçon est devenu un homme, c’est acté.

« Kris doit avoir une approche agressive chaque soir. Lorsqu’il joue ainsi, ses coéquipiers vont le suivre et en bénéficier car il va forcer la défense adverse à s’ajuster, surtout quand il rentre dans la raquette. Je trouve qu’on a fait un gros travail là-dessus lors du premier match, pas trop sur le second. Mais quand je regarde la façon dont Kris a géré son boulot à plein temps depuis qu’il est retourné à Chicago en septembre, il a été phénoménal. Il s’est ramené chaque jour pour bosser avec la meilleure approche possible, et on adore ce qu’on a vu jusqu’ici venant de lui en pré-saison. »

Pas besoin d’augmenter ses stats pour montrer qu’on joue globalement mieux, c’est aussi une question de confiance montrée sur le terrain, d’aisance balle en main. Et, oui, même si ce n’est que de la pré-saison, Kris Dunn montre un niveau de sérénité qui est plus marqué que par le passé. Peut-être l’assurance des pleins pouvoirs donné cet été, peut-être le boulot réalisé qui paye enfin. Ce qui est sûr, c’est que les Bulls vont devoir compter sur lui car la profondeur d’effectif n’est pas énorme, surtout à la mène. Il sera aussi important pour Dunn de continuer à monter en puissance, s’il veut s’offrir un joli chèque à Chicago. En fin de troisième année, Kris pourra tout à fait se présenter dans le bureau de ses supérieurs et signer une potentielle prolongation, si les génies de l’Illinois le considèrent comme leur meneur du présent et du futur. La seule chose qu’on peut regretter, c’est de ne pas pouvoir observer le duo entre Dunn et Lauri Markkanen, l’intérieur étant blessé pour ce début de saison. L’occasion pour le meneur de peut-être augmenter son apport statistique, et montrer qu’il a bien les épaules assez larges pour assumer davantage de demandes.

En voilà, des bonnes nouvelles pour les Bulls. Sans être ultra-dominant, Kris Dunn est en train de se transformer en point guard solide en NBA, en attendant de peut-être le voir accéder au level supérieur cette saison.

Source : Daily Herald

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top