Pistons

Le best-of des Pistons 2017-18 : le duo Griffin / Drummond a de beaux jours devant lui, elle va être cool cette huitième place

Blake Griffin

Un peu Motor City, un peu Lob City, bienvenue à Molob City.

Source image : YouTube

En attendant le 16 octobre et la reprise des hostilités, TrashTalk vous offre chaque jour le best-of 2017-18 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du mois d’août, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights.

On se rapproche de la mi-parcours, et qui dit mi-parcours dit Detroit Pistons. Bah ouais, depuis quelques années les Pistons se sont transformés en un espèce de Stade Rennais de la NBA, un espèce de Richard Gasquet du circuit ATP. Bien trop forts pour être mauvais, bien trop mauvais pour être très fort, voilà comment on se retrouve dans un ventre aussi mou que celui de votre rédacteur préféré. Malgré tout l’espoir est permis pour 2019, notamment depuis l’arrivée l’année dernière de Blake Griffin, aussi efficace pour son équipe que bon client pour les Top 10 matinaux. Parce qu’il fallait bien trouver une transition avec le paragraphe suivant.

Car dans ce papier on parle uniquement de highlights, et dans ce cas bien précis Blake Griffin est plus que votre homme. Son arrivée à Motown a évidemment coïncidé avec un surplus de spectacle, entre les passes à la François Trinh-Duc, les crêpes sur Montrezl Harrell et les nombreux posters désormais disponibles dans le Michigan. Andre Drummond s’est également mis à tutoyer les étoiles depuis l’arrivée de son nouveau bff, en attestent ses coast-to-coasts dignes d’un Skills Challenge et sa défense devenue aussi efficace que spectaculaire. Reggie Jackson nous offre pour sa part une leçon de slalom en zone amicalo-Lakers, Ish Smith nous prouve qu’il est peut-être le meilleur meneur de la franchise et Boban Marjanovic nous rappelle que 100% des basketteurs serbes sont des génies, même avec la tronche de Shrek après une embuscade. Luke Kennard, Henry Hellenson et Jon Leuer représentent quand à eux le White and Red Squad, alors que Monsieur Anthony Tolliver laisse un cadeau d’adieu à sa fanbase. Allez, assez palabré, il est l’heure d’envoyer les images. Ici les studios, à vous Boulogne.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top