Knicks

David Fizdale préfère les fondations aux victoires : attention, Phil Jackson avait eu le même discours en 2014

David Fizdale

Tiens, tiens, un projet à New York…

Source image : youtube

Les Knicks sont-ils enfin entre de bonnes mains ? Exit Phil Jackson depuis une bonne année, exit Jeff Hornacek, il est enfin temps de démarrer un nouveau chapitre. Scott Perry et David Fizdale sont aux commandes, ce qui nous rend tout de même un peu optimiste. Mais attention, optimisme et Knicks dans la même phrase, bonjour les dégâts. On s’attend tous à une saison très compliquée, mais on ne va pas spécialement regarder le nombre de victoires à New York : le plus important sera le développement. 

Quand l’équipe que tu supportes indique clairement que le nombre de victoires cette saison importe peu, tu sais déjà que tu vas passer une très longue année. On pourrait même dire que si tu supportes les Knicks, tu sais à l’avance que la saison va être longue, mais passons. Scott Perry a choisi pour la première fois son coach, il est temps de tourner définitivement la page de ce feuilleton Phil Jackson. Qui dit aller de l’avant ne signifie pas succès immédiat, on ne vous apprend rien. Et la saison 2018/2019 s’annonce plus que compliquée, mais on n’ira pas taper sur Fizdale et Perry si les résultats sont catastrophiques. Pas besoin de se voiler la face en annonçant vouloir être compétitif, gagner des matchs, bla, bla, bla. New York ne reverra Porzigod qu’en 2019, voire pas du tout de la saison. Derrière, tu as des jeunes à développer qui doivent prouver qu’ils peuvent faire partis des pièces maîtresses de la reconstruction. Contrairement à certains, les Knicks ont leur pick de draft 2019 (désolé les Kings, cette pique vous est destinée), alors lâchons les chevaux au Garden pour récupérer le plus haut choix possible. New York a besoin de talent, seul Porzingis est une certitude pour l’avenir (et encore, on peut avoir des doutes à cause de sa blessure). Cette saison est une vraie saison de transition comme on les aime à New York, et c’est le moment pour David Fizdale de mettre sa patte sur cette équipe pour les années à venir, ce qu’il a d’ailleurs très bien dit lors de sa première conférence de presse.

« Culture et responsabilité. Je vais mettre ces mots sur les murs de toutes les pièces. C’est vrai que c’est un peu cliché, mais j’ai appris par expérience que j’ai pu vivre avec ces mots, échouer avec ces mots, mais aussi réaliser de grandes choses avec ces mots, et j’espère pouvoir communiquer et partager cela avec mon groupe. C’est si difficile de gagner dans cette ligue, et si une personne est absente, tout s’effondre. »

On ne le critiquera pas en cas de résultats inexistants, mais on pourra le faire si ce qui est proposé sur le terrain est en-dessous des attentes. Certes il n’y aura pas de grands joueurs avec le maillot des Knicks cette année, mais ça n’empêche pas le coach d’inculquer ses valeurs à ses protégés. Finis les errements défensifs incroyables à New York, Fizdale est là pour amener de la cohérence et un esprit collectif. L’année va être dure, va être longue, mais est déterminante pour l’avenir de la franchise. Notre French Prince joue gros, il est temps de s’installer dans le cinq de départ; l’année de rookie de Knox sera également à suivre de très près surtout quand on regarde la grosse concurrence sur son poste (Hezonja et Lance Thomas, que du lourd). L’objectif de la saison est donc clair pour la direction, mais on espère que notre bon vieux James Dolan lui laissera le temps, et connaissant le bonhomme, on sait tous qu’il n’est pas vraiment réputé pour cela. On a enfin l’impression que les Knicks ont décidé d’arrêter de sauter les étapes, ce que Phil Jackson avait très vite oublié contrairement à ce qu’il avait déclaré lors de son arrivée. Amis fans new-yorkais, il va falloir souffrir encore un petit peu, mais on commence à avoir un peu d’espoir pour cette franchise maudite depuis bien trop longtemps.

On se fiche des victoires, on veut poser les fondations des futurs Knicks. Pas de Kristaps, ok, mais il y a un pick de draft à aller chercher et surtout de jeunes talents à développer. Fizdale va apporter son esprit de combattant, son fort caractère qui va changer cette franchise de New York. Il n’est pas le plus grand tacticien, mais il est un vrai meneur d’homme. Le virage risque d’être très important à Big Apple, à voir s’il mènera la franchise sur la bonne route. 

Source texte : NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top