Knicks

NBA Flashback 2017-18 #7 : quand Frank Ntilikina osait défier LeBron James, hashtag passation de pouvoir

Frank Ntilikina

C’est qui le King bordel.

Source image : NBA League Pass

Les anciens en ont pris l’habitude et les petits nouveaux vont le découvrir, les deux mois d’été sur TrashTalk sont chaque année l’occasion de dormir un peu de vous faire revivre le meilleur de la saison écoulée. Perfs individuelles, séries de Playoffs, posters de cannibale, game winners ou patates de forain, il y en aura pour tous les goûts et ce jusqu’au 31 août prochain. Allez, mode rétroviseur enclenché, parce qu’elle était vraiment pas mal cette saison 2017-18…

13 novembre 2017, et la France s’enjaille timidement au rythme des rares exploits de Frank Ntilikina. Un début de saison très timide, l’impression parfois de voir beaucoup de tension en lui, et forcément une organisation pas réputée pour faire de ses rookies des All-Stars dès la première saison. C’est dans ce contexte que LeBron James débarque au Madison, quelques semaines après avoir fait l’éloge de Dennis Smith Jr., montrant entre les lignes une forme de dédain envers notre frenchie. T’aurais pas dû frère.

Un crime de lèse-majesté, mais qu’est-ce qu’on a kiffé

Il reste moins d’une minute dans un match qui, ô surprise, ne déchaîne absolument pas les passions. Les Knicks mènent d’un petit point et LeBron part au drive, paye ton pléonasme. Le King enfonce Enes Kanter mais bute sur le cercle, avant de profiter d’un oubli défensif du pivot pour inscrire deux points faciles, paye ton pléonasme. Et là tout s’enchaîne. LeBron lâche le ballon et veut repartir en défense, mais sur son chemin se trouve une crevette nommée Frank Ntilikina. Pourquoi faire le tour, il a qu’à se bouger nomeho. Oui mais non, Franky ne bouge pas d’un poil, ou plutôt il montre à LeBron qu’il ne bougera pas après avoir pris un bump qui nous tuerait tous. Assez étonné de la réaction d’un joueur d’une Ligue dont il pensait qu’elle lui appartenait, LeBron décide à son tour de jouer les bonhommes et empêche l’ancien strasbourgeois d’aller effectuer la remise en jeu, et Franky… le pousse à son tour, ce à quoi LeBron riposte par un twerk pulmonaire digne de David Charvet dans Alerte à Malibu.

Soldat Enes en renfort, toujours dans les bons coups celui-là

Le Madison est en pleine extase, Courtney Lee est mort de rire et vient féliciter son jeune teammate, et c’est sans surprise Enes Kanter qui va se charger d’envenimer un peu les débats. Pas touche aux copains, et si c’est LeBron le méchant c’est encore pire. Kanter sprinte et vient susurrer quelques mots doux à l’oreille du King, qui va alors s’empresser de sortir – un peu – de ses gonds et d’aller causer… à l’arbitre. Chacun son  sport. Deux ou trois fautes techniques plus tard tout le monde repart au combat mais c’est désormais officiel, Frank Ntilikina s’est affranchi et a conquis le Madison à défaut d’avoir conquis les statisticiens.

Huit mois plus tard le souvenir est encore bien chaud, celui de toute une french communauté debout dans son salon à chanter la Marseillaise en serrant les dents. Cette première saison aura peut-être été un peu longue pour tout le clan français, mais elle aura au mois eu le don de nous offrir le genre de scène dont on rêve tous secrètement. Allez, camembert.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top