Cavaliers

Les Cavs tapent Milwaukee grâce à leur vrai Big Three : gros LeBron, énorme Kevin Love, immense Gérard

Cavs - pari
Source image : montage youtube

Après avoir gagné dans le Wisconsin en début de saison, les Cavs accueillaient cette fois Giannis et compagnie pour répondre à cette question : égalité ou bis repetita ? Kevin Love et ses potes ont fait le doublé (124-119).

L’intérieur barbu était d’ailleurs au centre des opérations, pour guider les siens vers la victoire. Proche du néant face aux Hawks, de l’implosion et de l’épuisement physique puisqu’il était consulté par le staff de la franchise ce dimanche, Kéké savait qu’il allait être attendu sur cette rencontre. Déjà car les Cavs avaient besoin d’une victoire ce mardi, mais ensuite car le secteur intérieur de Milwaukee tendait ses bras à l’amour. Et en faisant écho à ce que Dwyane Wade avait souligné ce lundi, l’équipe de Cleveland démarrait son match de la bonne façon. Une petite dizaine de points d’avance au bout du premier quart ? Stupéfaction dans les rangs de la Quicken Loans Arena, les fans étant habitués à voir les visiteurs se balader d’entrée. On change les rôles, cette fois ce sont les Cavs qui ont claqué un carton offensif, mais hélas réduit en miettes par un trio Giannis – Middleton – Teletovic qui permettait aux Bucks de recoller aux scores. Tous ces efforts du premier quart, envoyés à la poubelle à cause des 39 points encaissés dans le second, dur dur de construire du positif là-dessus. Sauf qu’en ayant enfin décidé de faire de l’effort collectif un vrai trait à suivre sur cette rencontre, les hommes de Tyronn Lue décidaient d’imposer un beau troisième quart histoire de creuser un vrai écart. Et si Antetokounmpo était injouable, et si Brogdon le suivait dans son projet, les Cavs avaient cependant plus d’options à envoyer, comme un Gérard étincelant comme à son habitude puisqu’il envoya 20 précieux points à 5/7 du parking. Volontaire, agressif, Smith contribuait à la bonne passe des siens.

Alors, évidemment, LeBron ne remplissait pas des feuilles de Sudoku pendant ce temps-là. Conscient qu’il allait devoir y aller doucement mais sûrement avec les siens pour l’emporter, James ajoutait ses petites touches ici ou là, sans vampiriser le jeu des Cavs. Gérard et Love étant chauds, pourquoi les stopper ? Au lieu de ça, LBJ choisit bien ses tirs et les rentra quand ce fût demandé, histoire de définitivement maintenir la distance avec Milwaukee jusqu’au finish. Pendant un bon moment, on a cru à un écroulement de Cleveland suivi par un run des visiteurs, mais ce n’était pas le cas ce lundi. Grâce aux 52 points du duo Smith-Love, les Cavs se permettait de jouer au jeu de celui qui score le plus. Pas de quoi régler de nombreux soucis défensifs existant pendant encore quelques temps, mais une méthode qui a fait ses preuves et qui se prouve avec ce type de résultat. Peut-être qu’on est pas jojo en défense, par contre en attaque démerde-toi pour nous contenir. Voilà un peu la façon avec laquelle Cleveland a vécu cette rencontre, ajouté à une notion de légèreté dans le jeu et l’absence de prise de tête qui faisait forcément plaisir à voir. Dans leur coin, solidement, Korver et Dwyane mettaient leurs mains dans la boue, ce qui permettait aux Cavs de repartir vainqueurs et contents cette nuit. Prochain adversaire ? Houston, ce jeudi dans le Texas.

Et là, difficile de savoir quel visage sera proposé par Tyronn Lue et sa bande. Ce qui est sûr, c’est qu’on doit continuer à croire en ce groupe qui veut trouver des solutions rapidement, et qui a pu en avoir cette nuit, même s’il faut y aller babystps. D’abord la gagne, puis les cadres, puis le banc, puis la défense. Doucement. 

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top