News NBA

Jimmer Fredette et les Sharks de Shanghaï, l’histoire continue : quand t’as un record à 73 points ça aide un peu

Jimmer Fredette

28 ans et déjà trois carrières au compteur pour Jimmer. Et la troisième a l’air d’être la bonne.

source image : youtube

Y’a pas que la NBA dans la vie, y’a la CBA aussi. Une lettre et un univers d’écart, mais pas un problème pour notre héros Jimmer Fredette, qui se dirige donc vers une carrière de superstar au pays de Yao Ming à défaut d’avoir réussi à mettre plus de trois tirs consécutifs sur les parquets de NBA.

A seulement 28 ans, Jimmer Fredette a pour particularité de disputer sa… troisième carrière. Déjà. Immense star en NCAA pour commencer, le sniper avait ainsi mis le sport universitaire américain à genou en 2010 et en 2011 sous le jersey de BYU (Brigham Young University). Des saillies offensives exceptionnelles, un nombre d’awards à faire pâlir Meryl Streep et un avenir qui s’annonçait alors monstrueux au pays de la balle orange. Lol. Après une saison de rookie ponctuée par des chiffres… de rookie (7,6 points avec les Kings), les limites de Fredette sont trop évidentes. Quatre franchises en cinq ans, plus de quolibets subis que de paniers rentrés et voilà comment une légende universitaire devient en quelques années l’un des plus gros galériens de la Grande Ligue… Les Kings, les Bulls, les Pels ou les Knicks n’y arriveront décidément pas, le natif de New-York n’est pas fait pour la NBA. Les quelques fans du joufflu poste 1/2 pourront bien avancer qu’il tournait encore à plus de 21 points de moyenne en 2016, les plus avisés leur répondront sans doute que c’était bien les Knicks, mais que c’était Westchester, et que c’était de la D-League.

Voilà finalement comment on se retrouve à émigrer vers la Chine, là où le seul fait d’être un bon joueur américain peut faire de vous une véritable légende. Direction donc Shangaï en 2016, à l’endroit même où Tintin combattit jadis d’horribles mafieux dans des fumeries d’opium. Résultat de sa première saison ? 37,6 points, 8,2 rebonds, 4,2 passes et 1,6 steal, à 46% au tir dont 40% du parking. Allez, emballez c’est pesé, c’est ça le Jimmer qu’on aime, celui qui ne se pose pas de question, celui qui se fait plaisir sur un terrain, même s’il est sans doute incapable de prononcer les blazes de ses partenaires. L’ancienne idole de BYU ira même jusqu’à coller 73 points sur la défense des Lions de Hangzhou le 19 février dernier, la quatrième plus grosse perf de l’histoire de la CBA, le record étant toujours détenu par Errick McCollum en janvier 2015 avec 82 pions inscrits. Tiens, regarde :

Tout ça pour dire quoi ? Et bien tout simplement que l’ancien coéquipier de Guerschon Yabusele a donc été re-signé par les Sharks histoire de valider cette belle première saison en Asie, qu’il touchera quasiment 2 millions par an pour envoyer du lourd en direct des parkings chinois, se partageant le job avec une autre légende puisque le deuxième cain-ri de l’équipe sera cette saison… Nick Minnerath, ancienne gloire du Havre et de Cholet notamment.

C’est donc officiel, Jimmer Fredette enverra de la filoche au moins une saison de plus en Chine. L’objectif ? Passer le premier tour des Playoffs (les Sharks avaient été upset par Shenzhen l’an passé) et éviter de devenir une espèce de Chris Paul du championnat chinois. La Chine, le jeune homme a en tout cas l’air de s’y plaire alors qu’il y reste, le garçon a bien mérité un peu de bonheur.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Kdawg

    24 juillet 2017 à 19 h 04 min at 19 h 04 min

    2 millions par année et non par mois

    • Benoît Carlier

      24 juillet 2017 à 20 h 17 min at 20 h 17 min

      Salut Kdawg ! Petite coquille corrigée, merci.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top