Nuggets

Emmanuel Mudiay rentre le tir de la gagne de la saison : Paris Plages de 10 mètres, ficelle !

S’il devait exister une action qui puisse résumer à la fois les quatre dernières saisons des Sixers et le concept de Mercredi Panzani, on l’a trouvée. Hier soir, le rookie des Nuggets a fait péter le jackpot au buzzer : victoire de Denver 104 à 103 !

Déjà, quand vous vous faites taper par un rookie, y’a ambiance. Ensuite, quand vous vous faites taper par un rookie au buzzer, y’a bonheur. Puis, quand vous vous faites taper par un rookie au buzzer sur un trois points, on monte encore plus haut. Après, quand vous vous faites taper par un rookie au buzzer sur un trois points du milieu du terrain, c’est le paradis. Et pour finir ? Quand vous vous faites taper par un rookie au buzzer sur un trois points du milieu du terrain sachant que le gosse en question ne rentre pas un tir sur 4 de cette distance, il n’y a plus de compétition. Ce mercredi, les Sixers ont perdu de la plus Sixers des façons, sur une action mémorable et qui n’aurait jamais dû se produire. Alors que Carl Landry, McConnell et Robert Covington espéraient passer une soirée paisible en quittant le Colorado sur une victoire, c’est Mudiay qui s’est emparé du ballon et nous a fait sa spéciale.

Du genre ? Cafouiller la gonfle, ne pas s’essuyer les mains et se retrouver mal en point. Bien pressée par Nik Stauskas, la pépite des Nuggets tente de récupérer le Graal comme il peut mais le temps s’écoule, il faut envoyer un ave maria dans les airs. On ne sait pas si la balle a quitté ses mains à temps, mais tant pis. Au point où on en est, autant tirer comme si on se croyait à Paris Plages, t’envoies ça au plafond et tu te marres en repartant sur le côté. Silence au Pepsi Center, dépression côté Sixers, l’ogive traverse le ciel et retombe finalement… dans le panier, pour la gagne d’un micro-point au buzzer. Mudiay exulte, les arbitres veulent vérifier que tout était en ordre : oui, c’est bon, Philly en a encore pris plein la gueule niveau karma. Voilà le genre de soirée et de moment qui nous rappelle qu’un Mercredi Panzani reste un Mercredi Panzani, c’est-à-dire le festival du n’importe quoi. Au final, ce sont 27 points que le rookie a marqué, mais surtout les trois plus beaux et invraisemblables de sa jeune carrière.

Couverture

Source image : Sports Illustrated

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top