Cavaliers

Joe Johnson aux Cavs en cas de buy-out : Tristan Thompson ne suffit pas comme escroc ?

Si les Cavs ont bougé avant la trade deadline en récupérant Channing Frye et en envoyant Anderson Varejao à Portland, l’effectif actuel n’est pas forcément celui que David Griffin veut voir accompagner LeBron James en Playoffs. Pour le renforcer, il gratterait bien Joe Johnson aux Nets. Mais en le payant bien moins que Brooklyn, ce qui signifie profiter d’un buy-out du joueur.

Sans surprise, les Nets n’ont pas trouvé preneur pour Joe Johnson lors des dernières heures du marché des transferts. Entre un GM tout juste arrivé dans la ville et le contrat mirobolant du joueur, on imagine qu’à Brooklyn on n’a même pas tenté de le refiler. Pour autant, rien ne dit qu’il bouclera la saison dans le borough de New York car la franchise de Mikhail Prokhorov ne serait certainement pas contre l’idée d’économiser quelques millions de dollars en se séparant de lui à l’amiable. Une hypothèse qui attire fortement les Cavs qui sont à l’affût pour renforcer leur effectif d’ici le début des Playoffs afin de contrecarrer les plans de back-to-back des Warriors. En effet, du côté de Cleveland on verrait d’un bon œil la possibilité de récupérer Joe Johnson, un shooteur expérimenté et réputé clutch à un moindre coût. Et l’intérêt serait réciproque selon le Plain Dealer :

Si Johnson, 34 ans, obtenait un buy-out de son salaire de 25 millions de dollars pour la saison, Cleveland serait sa prochaine destination d’après les sources proches des discussions.

Un lieu bien singulier pour prendre des vacances et claquer son argent aurait fait remarquer Joakim Noah en lisant l’information, mais un choix qui se comprend pour le joueur qui pourrait ainsi jouer dans une franchise ambitieuse. De là à accepter quelques sacrifices financiers ? On l’a déjà vu, « Joe Cool » n’a pas l’air de vouloir négocier un départ aussi facilement et faire une croix sur les liasses que lui doit Brooklyn. Comme du côté des Nets, le seul intérêt du buy-out est une économie, les deux positions ne sont pas des plus proches. En effet, les pensionnaires du Barclays Center ne gagneraient rien à se débarrasser d’un de leur meilleur jouer – même s’il est surpayé – en dehors du fric récupéré dans la manœuvre, car leur opération tanking ne leur servirait pas, leur pick appartenant à Boston. Donc quitte à payer le prix fort, autant ne pas le faire pour rien, sauf si faire cadeau de Joe Johnson aux Cavs leur semble une bonne action à réaliser.

Actuellement, Mikhail Prokhorov doit encore plus de 8 millions de dollars à Joe Johnson, soit approximativement 150 000 par jour. Dan Gilbert pour sa part ne pourra offrir qu’un peu moins de 9 000 dollars quotidiens au sextuple All-Star. Autant dire une misère pour l’escroc numéro un de la Ligue qui pourrait par contre rejoindre un de ses challengers dans cette catégorie, l’ami Tristan Thompson. L’occasion de lui apprendre encore plus les ficelles du métier pour que l’aspirateur le plus cher du monde maximise encore ses profits dans les années à venir. La leçon commence même dès maintenant, alors même que « Big Shot Joe » gratte tout ce qu’il peut à Brooklyn en y restant le plus possible au lieu de privilégier un aspect sportif plus sexy en s’asseyant sur un paquet de dollars.

Joe Johnson a encore jusqu’au premier mars pour trouver un accord avec les Nets pour le libérer afin de rejoindre une équipe – les Cavs donc – d’ici le début des Playoffs. Quelle somme sera-t-il prêt à sacrifier pour se souvenir du mot « ambition » ? Apparemment pas beaucoup pour l’instant.

Source : Plain Dealer

Source image : OurBKSocial

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top