Magic

Lendemain de cuite au champagne : Evan Fournier pousse une gueulante après la défaite face aux Warriors

Quelques instants après une défaite 111-96 face à la furia des Warriors, symbolisée par un nouveau festival de Stephen Curry (28 points et 8 assists), Evan Fournier a pu, comme certains de ses petits copains, s’exprimer à propos de la contre-performance du soir. Et cette année, le Frenchie s’autorise à pointer les faiblesses de son groupe, une preuve de plus du leadership qu’il est en train d’acquérir en Floride.

Déjà, pour commencer, rassurons Evan. Toute bonne ou mauvaise performance qui soit, prendre une valise face aux Warriors en cette fin de mois de novembre n’a rien de honteux. Malgré tout, perdre sans combattre, ou du moins de la mauvaise façon, et bien ça a le don d’irriter le mec le plus « swaggement » coiffé du basket français… Parfaitement intégré dans sa nouvelle franchise, Evan montre donc maintenant un fort investissement quand il s’agit de monter au créneau pour expliquer les défaites. Vous avez dit leader ?

« Bien sûr, ils ont rentré de gros shoots, mais ce n’est pas la cause de notre défaite. On a perdu ce match parce que nous avons joué de manière égoïste… Nous n’avons pas su faire bouger le ballon et chacun regardait jouer l’autre. On doit jouer mieux que ça car si on continue sur ce rythme, on risque de ne pas gagner un seul match. »

Un petit scud’ à son équipe et à lui-même qui fera sûrement du bien à un groupe qui reste sur 3 défaites consécutives face aux Warriors donc, aux Cavs et au Heat. Un constat d’ailleurs partagé par un autre des leaders de cette jeune équipe, Tobias Harris (18,6 points, 8,5 rebonds):

« Nous n’avons pas assez joué ensemble ce soir. Les chiffres et les résultats ne mentent pas. Quand on réussit à faire vivre la balle, à se trouver les uns les autres, tout se passe bien, mais ce qui me désole c’est que l’on s’entête à aller à l’encontre de tout ça et c’est ce qui est le plus rageant d’ailleurs… C’est exactement ce qui s’est passé ce soir : quand on joue ensemble, en attaque mais aussi en défense, on gagne des matches. Mais ce soir, on était bien loin de tout ça… »

Autre réaction attendue, celle de Victor Oladipo, théoriquement franchise player du groupe, qui lui aura préféré appuyer son argumentation sur la force des Warriors, responsable selon lui de la purée de basket offerte par le Magic :

« Ce n’est pas facile. Ils ont fait un boulot énorme en défense en switchant énormément sur les écrans. Le rythme était décousu et tout a été compliqué. Ok on a pas réussi à bouger le ballon mais c’est compliqué quand il n’y a pas d’espace et quand l’équipe d’en face défend aussi bien… Quand ça se passe de la sorte, vous vous passez le ballon et au bout d’un moment, sans vous en rendre compte, il reste 5 secondes à l’horloge. De l’extérieur les gens peuvent se dire qu’en effet le ballon ne bouge pas assez mais quand vous êtes face d’une telle défense, vous pensez surtout à réussir à shooter avant que les 24 secondes ne soient finies… »

Deux sons de cloches mais c’est plutôt plaisant de voir cette jeune équipe chercher des solutions même après une défaite face à l’une des meilleures équipes de la ligue. Avec la moyenne d’âge des leaders du groupe, nul doute que l’heure ne peut être qu’aux ajustements et à la progression collective. Et même si ça risque encore de ne pas beaucoup gagner cette saison, on apprécie l’état d’esprit des cadres du groupe, dont Evan Fournier fait aujourd’hui partie. Un peu de patience, ça paiera un jour…

source : slamonline.com

source image de couverture : rmcsport.bfmtv.fr

1 Comment

1 Comment

  1. @Vizionnaire

    28 novembre 2014 à 12 h 00 min at 12 h 00 min

    Oladipo, ce sacré blagueur… il y est pas du tout… continue à te reposer et à t'entraîner ah…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top