Pistons

Jodie Meeks se fait le porte parole de Kobe Bryant à Detroit

Cet été, les Pistons étaient en galère. Absolument horribles en shoot extérieur l’an passé (environ 32% de réussite à 3 points), ils se sont mis à la recherche de joueurs pouvant compenser les briques posées par Josh Smith et ses potes. Ils ont ainsi offert un beau contrat à Jodie Meeks.

Il faut dire que l’ancien Angelino assure plutôt dans le domaine du 3 points. En shooter plus de 5 par match, et assurer plus de 40% de réussite, c’est beau. En lui proposant environ 20 millions de dollars en 3 ans, la franchise du Michigan s’est assuré les services d’un pistolero plutôt constant, et capable de coups de chaud, comme l’attestent ses 42 points sur la tête du Thunder l’an dernier.

Mais Jodie souhaite amener plus que sa science du shoot. Passer deux saisons avec un monstre de travail comme Kobe Bryant, ça donne quelques idées.

L’entraînement commençait à 11 heures, mais on devait être là dès 10 heures. Enfin, je voulais être là à 10 heures. Il (NDLR : Kobe) était déjà là, en tenue et en train de transpirer. J’étais arrivé au locker room à 9h30, pour être sur le terrain à 10 heures, et il était déjà là depuis une heure et demie, à bosser son jeu.

J’étais là, en train de me dire « Mec, c’est donc vrai ». Ce gars est en train de travailler comme ça, et à cette époque, il avait déjà 34 ans. Il se sentait comme s’il avait beaucoup à prouver, et il était encore en train d’essayer de prouver aux gens qu’ils avaient tort. Je me suis dit ‘Putain, quel joueur ».

Qu’il soit malade ou blessé, il n’a jamais utilisé la moindre excuse. Il continuait juste à bosser très dur. Là, il va mieux, et vous allez voir où il en est.

On connaît tous une histoire sur l’éthique de travail de Kobe. La star des Lakers continue de forger sa légende à travers des anecdotes de ce type. Comme a pu le titrer Sports Illustrated il y a quelques années, Kobe est sans doute « The last alpha dog ».

Une telle éthique de travail ne pourrait pas faire de mal aux Pistons, afin d’accéder aux playoffs. Jennings, Monroe ou encore Drummond pourraient sans mal tirer profit des enseignements de Kobe. En attendant, ils se contenteront de Jodie Meeks.

Source article : NBC Sports

Source image : LA TIMES

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top