Spurs

Spurs@Clippers : Reprise réussie pour les Texans

Première soirée NBA depuis le All Star Week End et premier choc la nuit dernière entre 2 prétendants sérieux à l’Ouest (voire plus…). Si du coté Clippers, on notait l’absence du sniper beau gosse JJ Redick, c’est une fois de plus une grosse partie du 5 majeur texan qui était  absente avec Splitter et Leonard toujours blessés et, plus problématique, Tony Parker, forfait de dernière minute pour des raisons encore obscures… 

Malgré tout on assiste à un début de match offensif, comme souvent entre les 2 franchises. Et si du coté Californien, c’est à l’intérieur que la différence se fait (les 11 premiers points pour le duo Blake/Dédé Jordan), l’entame met surtout en avant un inhabituel déchet du coté Spurs, symbolisé par une brouette de balles perdues en attaque et des fautes bêtes en défense qui envoient rapidement les Clippers sur la ligne pour compter jusqu’à 8 points d’avance (17-9). Le tout avant un premier gros passage de Boris Diaw au four et au moulin pour ramener les Spurs dans le match (24-26 à la fin du 1er quart).

A la reprise, l’intensité monte d’un cran avec une cravate du Prix Nobel de la Paix Ryan Hollins que n’aurait pas renié Sébastien Chabal. Une faute qui a le mérite de réveiller un 5 des Spurs composé alors des All Stars Aaron Baines, Matt Bonheur, Shannon Brown, Patty Mills et Danny Green, un plaisir pour les yeux… Et comme souvent, c’est le meneur Aussie qui prend les choses en main pour garder les Texans à distance des Clippers, emmenés par Jamal Crawford, une fois de plus très efficace, à base de catch-and-shoot ultra rapides et acrobaties dont il a le secret. Après 2 paniers from downtown de Crawford et de Griffin (oui oui Griffin), les Clipp’s prennent alors 6 points d’avance (48-42), le moment choisi par Danny Green pour activer le mode Finals 2013 pour passer un 11-2 à la défense de LA, les visiteurs en tête à la mi-temps (56-51).

Dès le retour des vestiaires, Blake Griffin démontre une fois de plus que sans les 2 extraterrestres que sont Lebron et KD, il aurait une bonne tête de MVP. Fade-away, shoot dans le périmètre, feintes sous le cercle, le rouquin tient à lui seul les Clippers en vie et endosse le rôle de leader, un rôle abandonné ce soir par Chris Paul. Un Chris Paul dans le dur toute la soirée, pas à l’aise avec son shoot et visiblement agacé de ne pouvoir peser plus sur le match. Pour répondre au festival de Griffin, les Spurs s’en remettent à Tim Duncan dessous et Belinelli qui fête son titre du weekend en envoyant ficelle sur ficelle. Les Texans passent devant à l’entame du dernier quart (82-76) et vont même poser un premier écart grâce à Patty Mills, aussi intenable en attaque qu’inutile en défense. 10 points consécutifs pour le meneur, à peine interrompus par le 487ème air-ball aux lancers-francs en carrière pour DeAndre Jordan…

L’écart est fait (93-81), et malgré Griffin et Crawford qui continuent de scorer, les Clippers ne reviendront pas, trop handicapés par la contre-performance de CP3, à l’agonie comme on l’a rarement vu, prenant même le temps de se prendre une petite calotte (involontaire) de Patty Mills visiblement dans tous les bons coups… La fin du match est gérée par Manu Ginobili, économisé cette nuit, qui maintient l’écart sur la ligne. Score final 113-103.

Coté statistiques, nouveau match de mammouth de Griffin avec 35 points et 12 rebonds alors que DeAndre Jordan finit lui avec 18 prises. Jamal Crawford termine lui avec une belle fiche à 25 points alors que Chris Paul  rend une de ses feuilles les plus mauvaises de la saison avec 11 points, 9 assists mais 1/10 aux tirs. Ouch… Coté Spurs, Patty Mills termine avec 25 points, Belinelli ajoute 20 unités et Tim Duncan répond aux rumeurs de retraite avec encore un match quasi-parfait (19/13/7) alors que Boris Diaw noircit une fois de plus la feuille avec 13 points et 8 rebonds.

Après un début d’année 2014 compliqué, les Spurs ramènent donc une victoire importante de LA, avant d’aller se frotter aux Blazers ce soir, toujours sans leur meneur All Star. Les Clippers, eux, devront se rassurer rapidement pour pouvoir sérieusement viser l’une des 3 premières places de la Conférence. Pas si facile puisque les joueurs de Lob City enchaineront jusqu’à la fin de la semaine des chocs face à Memphis, OKC et Houston. Après ce menu 3 étoiles, on en saura surement un peu plus sur la capacité des joueurs de Doc Rivers à aller bouleverser la hiérarchie à l’Ouest… A suivre…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top