Grizzlies

Et si Victor Wembanyama était drafté par les Memphis Grizzlies ? Probabilité, lieux à visiter, cinq majeur projeté !

Couverture destination NBA Victor Wembanyama Grizzlies 2 novembre 2022

On est dans le turfu.

Source image : TrashTalk

Le 16 mai prochain aura lieu la Lottery de la NBA. La Lottery de 2023, évènement déjà identifié comme l’un des plus importants de l’histoire récente de la NBA, car c’est ce jour-là qu’on saura quelle franchise pourra sélectionner en premier lors de la Draft, le 22 juin. C’est donc ce jour-là qu’on saura, fort logiquement, quelle équipe pourrait drafter Victor Wembanyama, phénomène français de plus de 2m20 dont même ta tante parle lors des repas du dimanche.

Est-ce qu’il est trop tôt pour en parler ? Peut-être. Est-ce qu’on va donc en parler tous les jours dès cet instant ? Évidemment. Et pour rentrer dans le vif du sujet, voici une petite projection de la saison 2023-24, en imaginant ce que Victor Wembanyama pourrait donner dans… les 30 franchises de la Ligue. Pour certaines cela relève de l’utopie, pour d’autres c’est tout à fait possible et c’est même le projet, mais pas de jaloux donc on parle de tout le monde. Aujourd’hui ? On passe en mode Memphis Grizzlies, comme si les Oursons n’avaient pas déjà assez de hype.

Liens pratiques

La situation actuelle des Grizzlies

À Memphis, le basket a repris ses droits. Sauf blessure de Ja Morant, Desmond Bane, Santi Aldama, Dillon Brooks, Danny Green, Brandon Clarke, Tyus Jones et Taylor Jenkins, les Grizzlies – actuellement 6e à l’Ouest avec 7 victoires pour 4 défaites – devraient se qualifier directement en Playoffs. Cela fait deux ans que la franchise du Tennessee ne part plus en vacances dès avril : on est loin de la logique de reconstruction nécessaire pour accueillir Victor Wembanyama à l’été 2023. Et pourtant… non pourtant rien. Ça va être compliqué d’avoir Victor c’est tout.

Le cinq majeur projeté (et très idéalisé) si Victor Wembanyama déménage à Memphis cet été

  • Ja Morant
  • Desmond Bane
  • Victor Wembanyama
  • Santi Aldama
  • Jaren Jackson Jr.

Un lineup de contender, rien à ajouter. On enlève Dillon Brooks – agent libre à l’été prochain – et on glisse Victor Wembanyama sur le poste 3. Oui oui, c’est bon, il se débrouillera dans l’aile. Le type est capable de dégainer à 3-points sur un pied à 18 ans, il pourra largement défendre sur Kevin Durant et Jayson Tatum à 19. Où vont les Grizzlies avec cet effectif 8.0 ? Jusqu’aux Finales NBA sous deux ans grand maximum. On a déjà Ja Morant qui fout un barouin pas possible à la mène avec 28.5 points de moyenne à 46% à 3-points en début de saison : tu rajoutes le plus grand prospect de l’histoire à l’intérieur et v’la la relation 1-5 sortie des enfers. « Oui mais TrashTalk, vous venez de dire qu’il jouerait poste 3… ». Bouclez-la. Le coach qui accueillera Victor Wembanyama devra s’adapter à toutes les situations de jeu. Si Jaren Jackson Jr. et Santi Aldama sortent, tu envoies Vic à l’intérieur pour récupérer les lobs de Ja Morant. Si les intérieurs ressortent du banc, Vic s’écarte et joue loin du cercle. Une seule et unique règle à respecter : Vic joue 48 minutes. Pas de temps de repos, de load management, pas de patati patata, le grit-and-grind est une affaire d’homme.

Un endroit à visiter pour Victor

On a tous déjà eu un pote au primaire qui nous agrippait un téton en nous demandant de dire « Elvis » et lui pouffait de rire en répondant « Presley ». À Memphis, Victor Wembanyama aura l’occasion de découvrir qui était vraiment Elvis Presley en se rendant à Graceland, la résidence du chanteur défunt devenue un musée en son honneur. Pourquoi conseiller à un gamin français de 18 piges d’aller y faire un tour ? L’un des sons d’Elvis s’intitulait If I Can Dream et était dédié au cousin du chanteur qui faisait du basket dans une bourgade voisine de Memphis. Ce cousin s’appelait Théodore Salssagnan et rêvait de jouer en NBA. Le souvenir laissé par cet ailier de 1m84 est celui de l’un des meilleurs basketteurs universitaires de la région, promis à la NBA dès qu’il atteindrait sa majorité. Mais voilà : ses parents ont refusé qu’il se fasse drafter « trop loin de la maison », or les Grizzlies jouaient à l’époque à Vancouver. Il n’y avait donc aucune franchise dans le Tennessee et Théodore Salssagnan a dû faire une croix sur ses rêves de Grande Ligue. Il est aujourd’hui sapeur-pompier à Darmsbourg dans le Dakota du Nord et vit avec Séverine, expatriée française et ancienne maître de midi pendant trois émissions, dont Jean-Luc Reichmann vantait les qualités d’« historienne ». Sans regrets.

Graceland

Probabilité du scénario : 5%

À moins d’un trade rocambolesque qui envoie tout le roster de Memphis (excepté Ja Morant), le patrimoine de la ville et les enfants de monsieur le maire, difficile d’imaginer une situation dans laquelle les Grizzlies récupèrent le 1er choix de la Draft 2023. Pourquoi avoir écrit ce papier ? Parce qu’elle a beau être impossible, la relation fictive entre Ja Morant et Victor Wembanyama nous comblerait de bonheur. C’est pour ce genre d’association de malfaiteurs qu’on paie notre League Pass.

Voilà pour cette édition Memphis Grizzlies de notre grande série consacrée à la Draft de Victor Wembanyama. Ouais, sept mois avant la Draft. Et vous, vous aimeriez le voir atterrir où le grand Vic ?

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top