Les Français en NBA

Et si Victor Wembanyama était drafté par les Minnesota Timberwolves ? Probabilité, lieux à visiter, cinq majeur projeté !

Couverture destination NBA Victor Wembanyama Wolves 2 novembre 2022

On est dans le turfu.

Source image : TrashTalk

Le 16 mai prochain aura lieu la Lottery de la NBA. La Lottery de 2023, évènement déjà identifié comme l’un des plus importants de l’histoire récente de la NBA, car c’est ce jour-là qu’on saura quelle franchise pourra sélectionner en premier lors de la Draft, le 22 juin. C’est donc ce jour-là qu’on saura, fort logiquement, quelle équipe pourrait drafter Victor Wembanyama, phénomène français de plus de 2m20 dont même ta tante parle lors des repas du dimanche.

Est-ce qu’il est trop tôt pour en parler ? Peut-être. Est-ce qu’on va donc en parler tous les jours dès cet instant ? Évidemment. Et pour rentrer dans le vif du sujet, voici une petite projection de la saison 2023-24, en imaginant ce que Victor Wembanyama pourrait donner dans… les 30 franchises de la Ligue. Pour certaines cela relève de l’utopie, pour d’autres c’est tout à fait possible et c’est même le projet, mais pas de jaloux donc on parle de tout le monde. Aujourd’hui ? On passe en mode Minnesota Timberwolves, ça serait marrant d’avoir 4m40 de français dans une raquette.

Liens pratiques

La situation actuelle des Wolves

A part deux participations au premier tour des Playoffs, en 2018 et 2022, il ne s’est absolument rien passé en postseason depuis les Finales de Conférence en 2004 sous l’impulsion de Kevin Garnett. Et même si les Loups sont bien mieux armés aujourd’hui, ils ont encore beaucoup à prouver lors du mois d’avril. Même si le 5 majeur a actuellement de quoi effrayer avec les tomars d’Anthony Edwards, la défense de Rudy Gobert, le talent de Karl-Anthony Towns et l’adaptabilité de D’Angelo Russell, il manque encore ce petit quelque chose pour aller encore plus loin. En tout cas, le front-office des Wolves se donne les moyens de rêver plus grand.

Le cinq majeur projeté (et très idéalisé) si Victor Wembanyama déménage à Minneapolis cet été

  • D’Angelo Russell
  • Anthony Edwards
  • Victor Wembanyama
  • Karl-Anthony Towns
  • Rudy Gobert

Dis donc, ça fait grand tout ça non ? Trois pivots de métier dans un même 5 de départ ? C’est l’idée totalement folle que pourraient mettre en place les Timberwolves à l’avenir. Avec Rudy Gobert comme point d’ancrage défensif et KAT qui peut enfoncer poste bas mais aussi s’écarter. Ajoutez à ça D-Lo qui peut prendre feu à tout moment et Ant-Man, le voltigeur attitré de l’équipe, qui pourrait bien imprimer la marque du ballon sur la truffe de quelques défenseurs, et vous obtenez une équipe qui passe facilement la tête au-dessus des nuages.

Sportivement pour Victor ? Un rôle de meneur de plus de 2 mètres 20 ? Le pire, c’est qu’il en est capable. Wemby pourrait très bien porter le ballon sur certaines séquences et faire jouer ses coéquipiers, tout en étant capable de créer pour lui. Avec lui et Rudy Gobert dans la peinture, c’est aussi l’assurance de voir les joueurs les plus téméraires réfléchir à deux fois avant de s’aventurer dans cette zone à danger. Et au moins, ce n’est pas lui qui finira sur la photo lorsque la fusée Anthony Edwards prendra son envol.

Un endroit à visiter pour Victor

Le jardin des sculptures de Minneapolis, situé au 725 Vineland Pl, Minneapolis, MN 55403. Ce jardin abrite de nombreuses sculptures et œuvres d’art en tous genres, et notre Victor Wembanyama national pourrait bien y implanter sa statue après quelques saisons passées chez les Timberwolves. Etant donné la dose de hype qu’il ramènera à une ville qui en a tout de même besoin, possible que les merveilles de Wemby à Minneapolis fassent réfléchir les tenanciers des lieux à y afficher notre Frenchy.

Jardin des sculptures de Minneapolis
Probabilité du scénario : 4%

Un tel effectif avec trois joueurs culminant ensemble à 6 mètres 48 serait un genre de prototype que personne n’avait osé jusqu’alors, mais clairement, il a peu de chances de voir le jour. Non pas que Minnesota soit l’une des places fortes de la ligue, mais les ambitions des décideurs de la franchise ne vont pas dans ce sens. Au minimum, une qualification en Playoffs est attendue, et au mieux, on peut essayer de pousser jusqu’au mois de mai. Une absence des Wolves en postseason serait un échec sportif, mais peut-être que dans ce cas, les Dieux du basket enverraient Wembanyama à Minnesota pour parler croissant et baguette avec Rudy Gobert.

Voilà pour cette édition Minnesota Timberwolves de notre grande série consacrée à la Draft de Victor Wembanyama. Ouais, sept mois avant la Draft. Et vous, vous aimeriez le voir atterrir où le grand Vic ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top