Nets

Les Nets officialisent le comeback du maillot “Stars and Stripes” des années 1970 : y’a comme une odeur de Julius Erving dans l’air

Bien années 70 tout ça.

Source image : YouTube

Décidément, on n’arrête plus nos franchises NBA. Après Detroit, Washington et plus récemment Phoenix, c’est au tour de Brooklyn de dévoiler son maillot “Classic Edition” pour la saison à venir. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Nets ont remonté le temps le plus loin possible de KD et de tout le bordel des ces dernières semaines. Eh oui, pour ce maillot classique, la franchise new-yorkaise a décidé de remettre au goût du jour le maillot “Stars and Stripes” porté par Julius Erving et ses copains dans les années 1970-1980. Bref, tout ce qu’il faut pour un nouveau point staïle à la sauce TrashTalk.

Pour comprendre le pourquoi du comment et l’importance de ce maillot, un petit saut quelques années en arrière s’impose. Alors accrochez-vous bien fort à votre siège ou on ne sait quel réceptacle sur lequel est posé votre royal fessier, parce qu’on décolle immédiatement près de… 50 ans en arrière, direction New York. Bon, le voyage entre Brooklyn et New York n’est probablement pas ce qu’il y a de plus long, mais qu’importe. Créés en 1967, les Nets – qui s’appelaient d’ailleurs les Americans à l’époque – disputent une première saison de ABA en tant que franchise du New Jersey. Visiblement, l’état est tout pourri puisque seulement une petite année après l’équipe déménage à New York et devient… les “Nets de New York”, tout simplement. C’est à partir de ce moment là que les choses sérieuses commencent puisque l’équipe écrit les premières pages de son histoire. Alors on prévient, y’a quand même pas mal de ratures sur celles-ci, puisque les mecs manquent un certain Lew Alcindor à la Draft, qui préférera la NBA et les Bucks. Si son nom ne vous dit rien, pas de soucis, le mec a fait un petit bout de carrière sympa mais rien de foufou, on vous laissera vous renseigner en tapant Kareem Abdul-Jabbar sur Google. Les types, accessoirement, perdent aussi Rick Barry, superstar de l’époque, qui a pour ordre de retourner jouer en NBA. Bref, des galères comme à peu près n’importe quelle franchise durant les premières années après sa création.

Heureusement, l’éclairci – ou plutôt le giga rayon de soleil – arrive en 1973 quand un type avec une coupe afro et un joli numéro 32 débarque en ville. Pour la faire courte, Julius Erving est un monstre absolu et permet à l’équipe d’exploser en terme de niveau mais aussi de popularité, devenant même plus sexy que les voisins Knicks. Tout va à peu près bien dans le meilleur des mondes, les Nets sont champions de ABA en 1974 et 1976 et Dr. J est nommé trois fois MVP entre ces deux dates. Finalement, la franchise fait son entrée en NBA en 1976 (ainsi que son retour dans le New Jersey un peu après) mais perd Julius Erving pour une histoire de gros sous, préférant l’envoyer chez les Sixers contre de l’argent. Le retour des galères donc, et l’équipe peine à enchaîner les bonnes saisons jusqu’à l’arrivée de Larry Brown au coaching en 1981, qui réalisera ce qu’on appelle en langage djeuns des travaux monstrueux. D’ailleurs, c’est ici qu’on s’arrête pour aujourd’hui, tout simplement parce que le maillot Stars and Stripes n’a ensuite plus été porté par les Nets, du moins plus pour un moment.

Eh oui, plus pour le moment, puisque l’équipe va finalement relancer le jersey entre 1983 et 1990. On ne s’étendra pas plus sur cette période qui est globalement faite de galères (encore). Quelques apparitions en Playoffs, des joueurs bannis de la Ligue pour consommation de drogue et l’arrivée du génie Drazen Petrovic, voilà un bref résumé de ce chapitre. M’enfin, ici c’est un point style et on est quand même plus Cristina Cordula que Stéphane Bern, alors causons un peu maillot. Pour l’édition Classic de cette saison, Brooklyn a décidé de rendre hommages à ses premières années en ressortant un maillot réclamé par une grande partie de la fanbase. Encore une fois extrêmement fidèle à son prédécesseur, le jersey ne comporte aucune modification ou presque. La base blanche a été conservée, tout comme l’inscription “Nets” au centre et la bande bleu aux trois étoiles blanches sur le côté. Le short ne bouge pas non plus. En réalité et comme souvent sur les maillots Classic, les seules changements se situent au niveau des logos, partenariats obligent. Pas vraiment de nouveautés donc, mais le recette fonctionne toujours. Le maillot est franchement sympa, et on a hâte de voir Joe Harris faire du Drazen Petrovic avec ce jersey sur les épaules. Euh, pas si sûrs de la dernière phrase finalement.

Parler des Nets sans évoquer les noms de Kevin Durant ou de Kyrie Irving, sah quel plaisir. Aujourd’hui les Filets font parler d’eux pour une raison autre qu’une rumeur de trade, et ça fait franchement du bien.  

Sources texte : @BrooklynNets / Bleacher Report

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top