Lakers

LeBron James devrait prolonger chez les Lakers : contrat garanti jusqu’en 2024, année optionnelle en 2025 car Bronny James pourrait débarquer

LeBron James 19 mars 2022

On imagine que LeBron n’est de toute façon pas très inquiet sur le plan financier.

Source image : YouTube

Si la signature d’une extension de LeBron James avec les Lakers paraissait acquise depuis quelque temps, des doutes subsistaient encore quant à la forme que prendrait celle-ci. Un an ? Un an avec une player option ? Deux ans ? Il semblerait que la deuxième possibilité soit celle envisagée, puisque le King pourrait alors avoir une totale liberté sur son avenir à l’été 2024, quand son fils Bronny débarquera dans la grande Ligue.

À quoi reconnaît-on un des joueurs les — si ce n’est le — plus important de la NBA ? Tout simplement au fait qu’alors qu’il n’est même pas agent-libre, l’avenir de ce dernier façonne d’ores et déjà les événements actuels. Vous l’aurez compris, LeBron James fait bien évidemment partie de cette catégorie. Éligible à une extension de son contrat depuis jeudi, le King doit prendre une décision qui aura d’une manière ou d’une autre un énorme impact sur la Ligue lors des prochaines années. Et si aucun accord n’a encore officiellement été trouvé, plusieurs sources rapportent que LBJ devrait signer pour un an supplémentaire — en plus de l’année restante de son contrat actuel — avec une player option pour la saison 2024-25. On récapitule pour ceux qui n’ont pas suivi au fond de la classe : selon toute vraisemblance, LeBron devrait encore être sous contrat avec les Lakers pour deux ans, soit jusqu’en 2024, avec une player option pour la troisième année. Une extension 1+1 classique, dont le montant peut théoriquement atteindre les 97,1 millions de dollars. Comme nous vous l’expliquions il y a quelques jours, James avait affirmé se sentir bien à Los Angeles et n’envisageait pas de quitter la franchise dès la prochaine Free Agency. C’est donc toujours en ce sens que les dernières rumeurs continuent de s’orienter, annonçant bien sûr l’été 2024 comme pierre angulaire de l’avenir de la superstar, qui a clairement affiché son plus grand but à l’heure actuelle : jouer avec son fils Bronny, où qu’il soit, et qui sera sans doute drafté cette année-là.

« La plupart des gens avec qui NBC Sports a parlé au sein de la Ligue s’attend à ce que LeBron signe une extension, quelle que soit sa forme. Au final, il pourrait bien utiliser l’effet de levier pour envoyer un message à propos des changements dans le roster — ce n’est pas comme si Rob Pelinka et compagnie n’avaient pas essayé de trader Westbrook — mais au bout du compte, LeBron ne donne pas l’impression de vouloir la mettre à l’envers à Los Angeles. La plupart des sources à laquelle NBC a parlé s’attend à ce que LeBron prenne l’option 1+1, mais il pourrait prendre son temps pour la signer. Rien n’est pressé. Et si cela permet de garder la pression sur les Lakers afin d’améliorer le roster, c’est pour le mieux. »

— Kurt Helin de NBC Sports

Mais si tout paraît aussi simple, pourquoi rien n’a encore été signé ? Très bonne question Russell, on a presque l’impression que tu te sens concerné. Si les deux parties ne sont pas encore parvenu à un accord officiel malgré des discussions « productives » selon Dave McMenamin de chez ESPN, c’est avant tout car rien ne presse, la date à ne pas dépasser étant le 30 juin 2023. Plus officieusement, il y a surtout une grosse part de stratégie là-dedans, notamment de la part de LeBron qui tente de faire pression sur les Lakers comme l’explique bien Kurt Helin de NBC Sports. C’est simple : le King ne serait pas vraiment satisfait du roster actuel des Purple and Gold. En faisant ainsi monter la température, LBJ espère pouvoir faire avancer le dossier Kyrie ou Westbrook, dans lequel Rob Pelinka semble avoir sorti les rames depuis quelque temps maintenant. Les noms de Buddy Hield ou Myles Turner sont aussi sur la table. Au vu des résultats catastrophiques de la précédente saison, certains pensaient que le cyborg désirait quitter la franchise dès l’été prochain. Certes, il n’en sera certainement rien, mais le message est clair : améliorez-moi cette foutue équipe où je reconsidèrerai l’option « faire mes valises le plus tôt possible ». De son côté, Los Angeles a évidemment tout intérêt à conserver sa superstar. Dans l’impossibilité d’entamer immédiatement une reconstruction en raison de son manque de picks de Draft pour les toutes prochaines années, L.A. compte aussi énormément sur les bénéfices économiques qu’apporte la présence d’un LeBron. Et si on a du mal à voir les Lakers remporter le titre en 2023 dans l’état actuel des choses, on sait tous qu’avoir sous contrat stable un joueur tournant en 30/8/6 à 52,4% au tir la saison passée ne se refuse pas vraiment. Vous imaginez la franchise demain si LeBron partait soudainement ? Eh bien ne réfléchissez pas trop, vous risqueriez d’endommager irrémédiablement votre cerveau.

À bientôt 38 ans, LeBron James ne peut pas signer une extension de plus de deux ans en raison de la « Over-38 Rule« . De toute façon désireux d’être libre à l’été 2024 dans le but de rejoindre la franchise où Bronny atterrira, le King pourrait donc rajouter un an à son contrat actuel, avec une petite player option sur la saison 2024-25, au cas-où. Patience Lakers Nation, LeBron est un habitué des petits coups de pression dans le genre, demandez aux fans des Cavs.

Source texte : NBC Sports / Yahoo Sports / CBS Sports

1 Comment

1 Comment

  1. Sijiel

    5 août 2022 à 14 h 13 min at 14 h 13 min

    On va quand même bien ce marrer quand Brownie va arriver à Utah ou à Indiana, juste pour les 30 preview !!! Je me marre d’avance 😅

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top