Kings

Alvin Gentry n’est plus le coach des Kings : franchement, on espère juste qu’il va bien après six mois passés chez les fous

Alvin Gentry 12 décembre 2019

Allez, tu peux souffler va, et remplir ta demande de prise en charge par la sécu.

Source image : BeIN Sports

La fête continue chez les Kings. Après s’être offert le rêve d’une vie en s’adjugeant le record d’années sans participations aux Playoffs, la franchise californienne a finalement remercié ce matin Alvin Gentry, qui avait pris la tête de l’équipe à la mi-saison. On attend désormais avec impatience le prochain épisode de la série la plus humoristique du moment, de la décennie. 

« Allez, ciao Alvin. Tu n’as pas réussi à réussi à nous envoyer en Playoffs, donc je suis obligé de te virer ». C’est peut-être avec ce ton que Monte McNair, GM de Sacramento, a annoncé au coach des Kings qu’il ne l’était justement plus. En tout cas ça ne dénoterait pas avec le style plutôt unique de gestion de cette franchise qui, on l’avoue, nous priverait de beaucoup de tranches de rires si elle n’existait pas. En tout cas, pas de bile à se faire pour le nouvel ex de l’équipe la plus « spéciale » de NBA, car si on le remercie pour sa non qualification pour le play-in, beaucoup avant lui n’auront pas réussi non plus à achever cet exploit qu’on finirait presque par qualifier de divin. Bref, le CDD n’est pas converti en CDI, et les Rois auront désormais à trouver un remplaçant assez courageux (ou taré) pour s’offrir un frisson à la hauteur du défi que représente la tâche de coacher cette équipe.

Plus sérieusement, Sacramento confirme par cette décision que le rôle d’Alvin Gentry était bien, uniquement, de mener la saison à son terme et qu’un nouveau changement s’amorce pour l’équipe nord-californienne. Maintenant, il faut savoir dans quelle direction on veut aller côté Kings, parce que les changements de dynamique c’est un peu la spécialité du coin, mais en revanche les changements de dynamique… qui marchent, ça l’est beaucoup moins. Aller chercher un pick de Draft ? Ok très bien, bonne idée MAIS, vu qu’il y a toujours un « mais » qui traîne quelque part dans la phrase quand on parle de Sac-Town, c’est déjà le projet depuis dix ans et ce qui saute aux yeux c’est que c’est toujours la même histoire : le jeune est drafté, souvent bourré de talent, mais ça n’apporte jamais rien au groupe. Et cela même si le joueur en question apporte beaucoup statistiquement. Non, le problème semble venir d’ailleurs. En parlant de ça, un ancien employé de la franchise s’est confié il y a quelques jours au Sacramento Bee, le quotidien local avec des mots qu’on vous laisse juger : « Sacramento est un endroit toxique en matière de travail, et l’enfer en matière de basket« . Ambiance carrément glauque, on est d’accord, et surtout la phrase nous donne une infime idée de l’immense bazar qu’est actuellement en interne la franchise la plus spéciale de NBA.

Allez, merci pour tout Alvin, surtout pour ton courage. Oui, car coacher les Kings en 2022 devrait être remboursé par la sécu. Nouvel épisode du blockbuster de la comédie américaine très bientôt, Alvin Gentry pourrait d’ailleurs intégrer l’organigramme de Sacto mais dans un rôle plus discret, alors préparez le pop-corn, la suite s’annonce évidemment et comme toujours savoureuse.

Source texte : Sacramento Bee

1 Comment

1 Comment

  1. Dam Dou

    12 avril 2022 à 8 h 09 min at 8 h 09 min

    Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi l’échange Halliburton / Sabonis. J’arrive toujours pas à comprendre…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top