Mavericks

Luka Doncic is back : 41 points, 14 rebonds, 7 passes et des gros stepback sur la gueule des Raptors, il est là le All-Star qu’on attend !

Luka Magic ? Luka Magic ! À la maison ce mercredi soir pour accueillir des Raptors fatigués, le franchise player de Dallas est sorti de sa boîte pour offrir ce qu’on peut considérer comme son meilleur match de la saison. Une masterclass à 41 points, 14 rebonds et 7 passes tout en étant clutch, pour offrir une 10ème victoire aux Mavs sur les 11 derniers matchs. Les Texans sont bouillants.

Comme un sourire en coin, avec une once de nostalgie.

Ah, il est de retour.

Non pas qu’on veuille commencer à sortir des blasphèmes, du genre Luka Doncic fait une saison de merde et ne mérite pas d’être mentionné pour le All-Star Game 2022, mais dans les faits, le prodige slovène était en-dessous de ses standards. Un step en moins sur ses déplacements, maladroit sur ses tirs, avec 43% de réussite au shoot dont 29% à trois-points on se demandait vraiment où était le gamin qui avait éclaboussé la Ligue sur ses premières saisons professionnelles. Il n’y avait pas vraiment de doute quant à la capacité du bonhomme à retrouver son meilleur niveau, et dans le management de Dallas on prônait justement la patience plutôt que l’inquiétude, mais certains fans fronçaient des sourcils en voyant les mauvaises soirées s’enchaîner. Ces derniers temps ? Entre Covid et pépins physiques, Luka nous offrait tout simplement un hideux 39% au shoot sur le mois de janvier dont 17% (!) du parking, de quoi faire vraiment tousser les observateurs. Non, clairement, quelque chose n’allait pas et on se demandait quand ça allait revenir.

La réponse, on l’a obtenue cette nuit.

Est-ce qu’il s’agira d’une étoile filante, ou bien le début de grandes choses ? L’avenir nous le dira. Mais Toronto peut confirmer que Doncic, le vrai Doncic, était bien de retour ce mercredi soir, dans un match dominé comme lui seul sait le faire. Bien évidemment, à l’image des excellents résultats récents des Mavericks, ce succès n’était pas acquis de par les seules performances du gamin fan de stepback. Kristaps Porzingis, à peine de retour, confirmait sa bonne forme malgré des pertes de balles frustrantes (18 points et 7 rebonds). Tim Hardaway Jr, qui était murmuré dans les rumeurs de transferts, envoyait la sauce en sortie de banc (16 points). Et sans pouvoir compter sur tant d’autres options, puisque l’impact de Jalen Brunson était limité sur cette rencontre, la défense des Mavs dont on faisait l’éloge récemment remettait les couverts. Boîte sur Fred VanVleet pour lui faire quitter ses zones de confort (4/20 au shoot), jeu physique au rebond pour éviter d’offrir des deuxièmes chances, du Dallas basketball comme on a pu le voir depuis quelques semaines et qui impose à pas mal d’adversaires des soirées particulièrement frustrantes en attaque. Encore un adversaire maintenu sous la barre des 100 points, le 8ème depuis le 1er janvier, ça commence à en faire des armées qui doivent déposer leurs armes dans la raquette des Mavs. Toronto était pourtant dans le match, et quand bien même VanVleet passait à côté de sa rencontre un gros shoot d’assassin dans le money-time allait peut-être sauver les Canadiens d’une grande désillusion. De la fatigue plein les rangs de Nick Nurse, mais un petit point d’avance à 1:55 de la fin du match, peut-être que ça va passer…

… ou pas.

Un spin move merveilleux dans la raquette de Luka Doncic redonnait un point d’avance à son peuple, avant que le public de Dallas explose sur sa spéciale : le step back à trois-points sur le fameux côté gauche, celui dont les Clippers se souviennent bien, devant un banc de Toronto désabusé. Temps-mort, quatre points d’avance pour les Mavs, et célébration du gamin devant des caméras remplies d’étoiles. Sur ce move, sa signature assassine dans le money time, on ne pouvait s’empêcher de laisser cette phrase sortir avec joie : yes, il est là le Luka qu’on connaît. Car il s’agissait ici d’un point d’exclamation sur une performance de MVP, de la taille du joueur et des attentes qu’on a autour de lui. La dernière fois qu’il avait dépassé les 30 points ? C’était fin-novembre contre Washington. Et depuis ce match ? Il n’avait planté qu’une seule fois plus de 4 tirs à trois points dans une rencontre. On n’avait pas droit à notre cadeau, au Luka qui nous a fait rêver jusque là, ce qui n’a pas empêché Dallas de garder sa place dans le haut de l’Ouest. Et ce genre de perf comme cette nuit face aux Raptors ne peut que nous donner le sourire et des ambitions concernant la deuxième partie de saison, les fameux fans MFFL observant de près la dégringolade du Jazz avec une réelle possibilité de remonter au classement. Et pourquoi pas viser un Top 4 de la Conférence Ouest ? Avec une défense solide, un Doncic qui doit confirmer et Porzingis sur deux jambes, tout est envisageable. Premier test de confirmation face à Phoenix ce jeudi soir, dans un match qui sentira bon la poudre et rappellera des souvenirs aux supporters des deux équipes. Autant dire que Doncic, étincelant ce soir, et Booker, monstrueux à San Antonio, seront attendus au tournant.

Dallas s’en sort de justesse, mais Dallas s’en sort quand même. Luka Doncic version superstar dominante est-il de retour ? C’est la grande question à laquelle l’intéressé devra répondre. C’est aussi une question que de nombreux adversaires se posent. Car si le crack recommence ses bêtises chez des Mavs dominants défensivement, attention à la seconde partie de saison des Texans…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top