News NBA

Nikola Jokic sauve les miches de Denver dans le money time : c’est possible d’avoir un doggy bag pour le reste de Ja Morant ?

Nikola Jokic 1er février 2021

Meilleur marqueur, passeur et rebondeur.

source image : YouTube

Dieu de Justice, toi qui nous as sauvés de la déchéance jusqu’à ce jour, entends à présent nos voix et guide-nous vers la délivrance. Que ta main toute-puissante guide et défende le devenir de la patrie serbe, Dieu sauve, Dieu nourris les terres serbes et la lignée serbe ! Dans la Boze Pravde – hymne de la Serbie – il n’est désormais plus très compliqué d’identifier ce « Dieu » évoqué. Bon, pour « nourrir la lignée serbe » on repassera.

Et la jolie boxscore maison, c’est par ici

À l’aube de cet affrontement, les Nuggets restent sur quatre succès consécutifs et semblent enfin avoir trouvé leur rythme de croisière. Sur le plan personnel, Jamal Murray n’a pas scoré en dessous des 20 points depuis 12 rencontres et affiche une jauge de confiance pleine. Seuls Gary Harris et R.J. Hampton sont absents, laissant quasi carte blanche à Michael Malone dans la composition de sa rotation. En face, les Grizzlies sont dixièmes et partent en quête d’une position favorable au play-in tournament. Hormis Jaren Jackson Jr, tous les oursons répondent à l’appel, y compris Jonas Valanciunas qui reste sur un double-double de mammouth avec 29 points et 20 rebonds contre les Wizards. L’entre-deux est donné et très vite, le duel de golgoths fait rage : Nikola Jokic enfonce Jonas Valanciunas qui lui, enfonce Nikola Jokic. Les bras-roulés fusent et les pieds décollent peu, à tel point que le Serbe de Denver s’en va claquer un vieux tomar en fond d’arceau. Jamal Murray n’est que l’ombre de lui-même et envoie n’importe quoi de n’importe où : le guard termine la partie à 1/14 au tir. Son seul highlight du match sera probablement dans les compilations annuelles avec ce caviar dans le dos à destination de Nikola Jokic. Il est important de créditer la défense de Ja Morant, pas avare dans la débauche d’énergie. Will Barton joue juste, Paul Millsap aussi, mais c’est bel et bien le banc de Memphis qui s’applique davantage et offre aux Grizzlies deux points d’avance à la pause (Memphis 55 – 53 Denver).

Le retour aux affaires sent le sapin pour Memphis qui se fait piéger d’entrée : Michael Porter Jr. active le mode cyborg et confirme son excellent début de rencontre. De son côté, Will Barton continue d’appuyer là où ça fait mal et bombarde du parking (5/10). En face, ce sont Brandon Clarke et Dillon Brooks qui permettent aux Grizzlies de ne pas lâcher prise. La phrase précédente a été rédigée par un rédacteur sobre et à une distance minimale de dix mètres avec la bouteille. Quoi qu’il en soit, arrivent les dernières secondes et le show Nikola Jokic : l’intérieur des Nuggets envoie un premier tir primé à une minute du terme, portant l’écart à quatre points en faveur de Denver. S’ensuivent une interception et un petit tir de coquinou en fin de possession, avant que le Serbe ne réussisse la défense de la gagne sur Ja Morant. Le meneur sophomore crie à l’injustice et demande une faute qu’il n’obtiendra pas. Résultat, les Nuggets l’emportent et Nikola Jokic termine meilleur marqueur (28), meilleur rebondeur (15) et meilleur passeur (7) de la rencontre. Comme quoi, ne s’improvise pas MVP qui veut.

Il joue son jeu d’enfant et grand bien lui fasse, il n’est pas prêt de se voir arrêté en chemin. Oui, Nikola Jokic permet aux siens d’empocher une cinquième victoire de rang, et aligne peu à peu son écurie sur les standards des autres cadors de la ligue. Comment ne pas être hypé par les Playoffs ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top