Kings

Les Kings renouent avec la victoire face à Detroit : les mauvaises séries ça arrive, merci de ne plus recommencer

Buddy Hield

On respire.

source : NBA League Pass

Comme l’EPS au baccalauréat, les Detroit Pistons sont officiellement devenus des relanceurs de carrière. Comme s’ils n’étaient pas assez vannés depuis décembre, les trublions du Michigan ont évité aux Kings une dixième défaite consécutive en leur proposant aimablement une partie de basket-ball. Résultat ? Des joueurs heureux d’avoir traversé le pays, et des hôtes qui ont fait leur devoir d’hôtes, à savoir : l’hospitalité. 

Et voilà le ministre qui passe à la télé. Et voilà le ministre qui vient nous expliquer. Qu’y faut pas faire comme ci, qu’y faut pas faire comme ça. Que si t’es pas gentil, on tape sur tes doigts. Rendez-vous compte du niveau de Patrick Sébastien, nous vivons le prime de cet homme. Le single DANTON QUOI ? (désolé pour les majuscules mais c’est lui) fait référence à la période que nous traversons et ses quelques directives ministérielles, très discutées par bon nombre de citoyens.

Et à votre avis, si Detroit était un Français, que ferait-il face aux consignes gouvernementales ? On ne sait pas. Personne ne peut savoir. Detroit gagne contre les Lakers, contre les Nets et contre les Celtics, mais Detroit perd contre les Timberwolves et les Cavaliers. Les Pistons sont si imprévisibles qu’ils pourraient très bien cracher sur les vieilles dames en signe de protestation, ou au contraire fabriquer des masques en granit pour stopper le virus. Bien que le sujet ait été amené de manière peu évidente, nous avons un match à résumer et c’est en tout cas sans Tyrese Haliburton, Hassan Whiteside ni Chimezie Metu que les Kings se déplacent dans le Michigan. Honnêtement c’est bête parce que d’habitude Chimezie il Metu, en sachant que cette vanne sera peut-être la dernière d’un rédacteur bientôt licencié. En face, Jerami Grant porte sa mauvaise troupe sur ses épaules et, auteur d’un 23/5/3 de moyenne sur le début de saison, l’intérieur a pour mission de l’emporter en quasi-solitaire contre Sacramento. Tip off’s done et Richaun Holmes inscrit les deux premiers points de la rencontre. Le premier quart-temps est Californien et tout roule pour Marvin Bagley III, Buddy Hield, Harrison Barnes, Richaun Holmes et De’Aaron Fox. Le cinq majeur déroule et à Detroit, c’est la panique à tous les étages : les joueurs sont statiques, aucun écran n’est posé et même le ballon s’ennuie. Saddiq Bey plante un peu de loin, Josh Jackson tente quelques moves, Isaiah Stewart apporte du muscle, mais le tout reste très poussif. Avant la pause, Detroit réussit à placer un run qui réduit l’écart à trois unités et Dennis Smith Jr. profite d’ailleurs de cette belle phase pour exploser l’arceau (Detroit 52 – 55 Sacramento).

Dans la continuité de cette fin de première période, la sortie de vestiaire est favorable à Detroit. Le duo Dennis Smith Jr. – Jerami Grant insuffle un nouvel élan aux Pistons qui jouent enfin avec une belle justesse offensive, et sont défensivement plus rigoureux. Le temps de quelques minutes, Detroit est aux commandes de la rencontre, mais c’est finalement Sacramento qui repasse devant après un gros tir primé d’Harrison Barnes, qui s’est fait des boucles d’oreilles avec les chevilles de Mason Plumlee. Ce tir sera décisif puisque dans le money time, les Pistons courront indéfiniment après le score. C’est fait, Sacramento l’emporte et met fin à une série noire de neuf défaites de rang. L’homme du match est probablement Richaun Holmes, auteur d’un énorme double-double : 19 points, 17 rebonds et 2 contres à 75% au tir alors que De’Aaron Fox pose également 27 unités basées sur des pourcentages koussi-koussa (43% au tir dont 17% de loin). En face, Jerami Grant termine à 30 pions et 7 rebonds à 41% au tir dont 28% du parking. On aperçoit même Luke Walton échanger quelques mots – visiblement doux – avec Dennis Smith Jr., les deux hommes semblent s’apprécier et l’ancien assistant des Lakers félicite les 17 points et 6 assists du meneur. Allez, désormais le plus important est d’enchaîner pour Sacramento qui peut profiter d’un long week-end avant de recevoir lundi prochain, les Hornets de Gordon Hayward.

Que l’on respire, quand une série prend fin ! Si Houston a encaissé un dixième revers de suite, cette soirée fut meilleure pour les Kings qui mettent fin à une vraie série noire grâce à un Richaun Holmes de gala, un très bon Harrison Barnes, un De’Aaron Fox correct et un Cory Joseph à vendre sur Leboncoin, si si.

 

Stats Kings - Pistons

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top