Playoffs NBA

Jamal Murray et Donovan Mitchell ont été grands : un duel d’anthologie, l’avenir de la NBA est entre de bonnes mains

There can only be one. Il ne peut en rester qu’un. Pendant sept matchs, Jamal Murray et Donovan Mitchell ont enchaîné les cartons pour nous offrir une série mémorable. Il fallait un gagnant et un perdant, et c’est le premier qui continuera l’aventure du côté de Disney World. Mais au final, le grand vainqueur dans l’histoire, c’est le basket. Alors merci !

L’image est marquante. Juste après le buzzer final et l’incroyable finish ponctué par la gamelle de Mike Conley, Jamal Murray est allé voir Donovan Mitchell, effondré. Le meneur de Denver est venu consoler Spida, avant de lui montrer tout le respect qu’il mérite. Car s’il a perdu, Donovan peut sortir la tête haute, tandis que Jamal vient lui de changer de dimension en ces Playoffs 2020, ses exploits permettant aux Nuggets de franchir l’obstacle Jazz après avoir été menés 3-1 dans la série. Les deux ont proposé un duel qui restera dans les mémoires, même s’ils ont fini sur les rotules. Jamal Murray, touché notamment à la cuisse suite à une béquille involontaire de Joe Ingles, est redescendu de son nuage dans le Game 7 (17 points à 7/21 au tir, dont 1/6 à 3-points) et a laissé la vedette à son copain Nikola Jokic. Quant à Donovan Mitchell, s’il a réussi à mettre en difficulté Jamal à travers sa défense, il a connu un match vraiment compliqué offensivement si l’on excepte son troisième quart-temps, terminant avec 22 points à 9/22 au tir (2/8 de loin) et surtout 9 pertes de balle, dont une dans les dernières secondes. Le bouquet final n’a donc pas été aussi explosif que les matchs précédents, mais impossible de ne pas féliciter les deux jeunes stars tant elles ont brillé sur cette série.

Dès le Game 1, le ton était donné. Donovan Mitchell a flirté avec le record historique de Michael Jordan en Playoffs en claquant pas moins de 57 points dans la défaite. Défaite causée en grande partie par Jamal Murray, auteur de 36 pions et surtout exceptionnel dans le money time de cette première rencontre. Ensuite, il y a eu ce fameux Game 4. Après deux défaites très crades des Nuggets, Murray voulait sonner la charge. Boum, 50 points dans le quatrième match. Insuffisant cependant pour égaliser, Spida répondant avec… 51 pions en face. Bonjour le duel de mutants. À ce moment-là, on pensait que Denver était sur le point de prendre la porte, mais Jamal ne comptait pas quitter la bulle de Mickey si vite. 42 points et une fin de match de folie dans le Game 5 pour maintenir son équipe en vie, 50 dans le sixième acte pour forcer un Game 7, bienvenue dans la catégorie all-time. Même les grosses perfs de Donovan, auteur de 30 et 44 points dans ces deux rencontres, n’ont pas suffi face à l’explosion de Jamal Murray. La suite, c’était donc ce match décisif avec une victoire à l’arraché de Denver 80-78 dans un gros combat défensif, Game 7 style. Pour récapituler, on vient donc d’assister à une série de Playoffs avec quatre perfs à 50 pions au total, réalisées par deux joueurs qui n’ont même pas encore 24 piges. Les stats de Murray et Mitchell sur la série ? Les voici.

  • Jamal Murray : 31,6 points, 5,6 rebonds, 6,3 assists, 52,9% au tir, 49,1% du parking, 82,5% aux lancers francs
  • Donovan Mitchell : 36,3 points, 5,0 rebonds, 4,9 assists, 52,9% au tir, 51,5% du parking, 94,8% aux lancers francs

Jamal Murray et Donovan Mitchell ont été monstrueux pendant une bonne partie de la série, série qui restera dans les mémoires grâce à ce duel all-time. Jamal va désormais devoir enchaîner pour que les Nuggets aient une vraie chance face à l’armada des Clippers, et on a forcément une pensée pour Donovan ce matin. Mais si on dézoome un poil, on peut le dire, la NBA est entre de bonnes mains.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top