Magic

Jameer Nelson revient sur le départ de Dwight Howard du Magic en 2012 : spoiler, la fin est cheum

Dwight Howard Stan Van Gundy

L’interview la plus étrange de l’histoire, au paroxysme de la tristesse pour la franchise du Magic.

Source image : YouTube

C’était il y a sept ans, en décembre 2011, Dwight Howard avait réclamé son transfert à la direction du Magic qui n’accédera à sa demande qu’au mois d’août 2012 en l’envoyant chez les Lakers. Et les longs mois qui ont mené à ce divorce sont une triste page de l’histoire de la franchise : des conflits en internes, une ambiance flinguée dans le vestiaire et des déclarations houleuses qui fuitent toutes les semaines. Jameer Nelson, ancien coéquipier de Superman, s’est exprimé sur cette période et ça n’arrange pas vraiment le bilan de l’époque.

Aujourd’hui, si l’on parle de rédemption pour la jolie saison que réalise D-12 en sortie de banc, de retour à L.A. (7 points, 7 rebonds et 1,4 contre en 20 minutes de moyenne), c’est bien parce que jadis, il était considéré comme l’un des intérieurs les plus dominants de sa génération, si ce n’est le plus dominant. Sa meilleure saison, celle de 2010-11, il tournait à 22,9 points à 59,3 % de réussite au tir, 14,1 rebonds et 2,4 contres. Il est tout de même le seul joueur de l’histoire à avoir remporté trois titres de défenseur de l’année d’affilée en attendant que Rudy Gobert l’imite… on ne l’appelait pas Superman pour rien. Le plan en 2012, c’était qu’il continue de martyriser les raquettes pendant encore quelques belles années. Vous imaginez donc qu’un tel joueur qui demande son transfert d’une équipe au sortir de Playoffs foirés (sortie au premier tour par les Pacers), ça peut faire l’effet d’une bombe dans un club… Et c’est effectivement ce qui s’est produit. Jameer Nelson, meneur titulaire à Orlando pendant huit ans aux côtés de Dwight, a donné son avis sur le climat de l’époque et a passé un petit coucou à son ancien coéquipier, au micro d’Alex Kennedy de Hoopshype :

« Tous les jours, il était sujet de Dwight qui voulait être transféré ou de Dwight qui voulait que [Stan Van Gundy, ndlr] soit viré ou ce genre de choses. […] On jouait quand même et on s’est battu. Mais ça faisait beaucoup de poids sur les épaules de tout le monde. Des joueurs au coaching staff. […] Beaucoup de choses dans le sport professionnel doivent juste rester au vestiaire ou dans le bureau. […] Si tu veux demander un transfert, fais le discrètement. Ensuite, il n’y aura pas de retombées négatives pour ton coach, tes coéquipiers et tes fans. Ça a eu un effet sur tout le monde, […] plus personne ne s’amusait. C’était presque comme la fin d’un super film, et c’était une fin triste. »

Toutes ces histoires nous rappellent étrangement le cas Anthony Davis… deux époques et deux franchises bien différentes mais des dégâts similaires pour le club, causés par une demande de transfert mal gérée par tout le monde. Parce que même si Nelson en place une pour son ancien coéquipier sans le nommer, il rappelle aussi que les torts étaient partagés (entre Dwight, le front office d’Orlando et Stan Van Gundy, le coach du Magic) :

« Ce n’est pas juste de tout mettre sur le dos de Dwight. Dire que ‘s’il était resté, les choses auraient été les mêmes…’ ou ‘qu’il est la raison pour laquelle tout s’est cassé la figure,’ n’est pas juste […]. Je suis certain qu’il y a des choses que nous ne saurons probablement jamais. Mais j’aimerais vraiment m’asseoir et discuter avec lui un jour. Et je l’ai toujours soutenu ; j’étais de son côté et je voulais le voir atteindre le sommet. Mais j’ai vraiment hâte de ce jour où je pourrai m’asseoir et lui parler et régler certaines choses. »

Tout n’est pas à reprocher à l’intérieur mais il semblerait que le Jameer en ait encore gros sur la patate. On invite donc Dwight Howard à rattraper ses enfantillages d’il y a sept ans et à inviter son ancien pote dans un café pour lui présenter ses excuses. Il pourra en profiter pour étendre ces dernières à toute la fanbase d’Orlando, qui garde certainement un souvenir assez vif de cette sombre époque.

Source texte : Hoopshype.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top