Equipes

La Conférence Est, ce réservoir à suspense : et si on avait déjà… nos huit futurs qualifiés en Playoffs ?

david fizdale

Spoiler, y’a pas les Knicks.

Source image : NBA League Pass

Souvent, en NBA comme dans d’autres compétitions d’ailleurs, le début de saison laisse place à des surprises, avec des équipes qui sortent de nulle part et d’autres qui ont du mal à répondre aux attentes. Mais aujourd’hui, quand on regarde la gueule du Top 8 à l’Est, on se dit qu’on a peut-être déjà les huit franchises qui participeront aux Playoffs au printemps prochain. Suspense, où es-tu ?

On est le 22 novembre 2019. Il y a un mois jour pour jour, la saison NBA 2019-20 débutait, avec beaucoup d’interrogations et d’incertitudes suite à l’été complètement fou qu’on a vécu. Un mois de compétition dans la Grande Ligue, c’est rien. En nombre de matchs, ça fait une quinzaine de rencontres au calendrier. 15/82, soit environ 18% de la saison. Autrement dit, c’est clairement trop tôt pour tirer des conclusions car le chemin est encore très long. Pourtant, aujourd’hui, lorsqu’on jette un œil aux premiers résultats et au classement de la Conférence Est, on a comme une impression de déjà-vu. Vous savez, cette impression d’inachevé, ou ça manque de nouvelles têtes. La preuve, le Top 8 est aujourd’hui quasiment identique à celui qui a terminé la saison dernière. Non pas au niveau des places, mais au niveau de sa composition. On retrouve Milwaukee, Boston, Toronto, Philadelphia, Indiana, Brooklyn et Orlando. Toutes ces équipes-là ont participé aux Playoffs en 2019. Le seul changement ? C’est Miami. Le Heat est venu bouleverser un peu la hiérarchie grâce à un début de saison bien kiffant et remplace ainsi les Pistons, eux qui sont complètement à la rue depuis quelques matchs (huit défaites lors des dix dernières rencontres).

Alors ça ne veut pas dire non plus qu’on se fait chier comme un rat mort à l’Est. Au sein même de ce Top 8, il y a des différences par rapport au scénario de la saison dernière. On a par exemple des équipes comme Brooklyn et Orlando qui n’ont pas connu un départ à la hauteur de leurs espérances, on a des équipes comme Philadelphia et Indiana qui connaissent des hauts et des bas, et surtout des satisfactions avec Toronto, Miami et Boston, qui montrent une superbe solidité collective derrière des Bucks une nouvelle fois au sommet de la hiérarchie. Mais c’est plus dans le sens où la bataille pour les Playoffs ne s’annonce pas très passionnante, contrairement à la Conférence Ouest où on a notamment des franchises comme Phoenix, Minnesota et Dallas qui jouent les trouble-fête en ce début de saison. Étant donné la deuxième partie du classement à l’Est, on ne voit pas vraiment quelles sont les équipes qui possèdent les capacités pour accrocher un spot en Playoffs. Les Hawks ? Ils étaient bien partis avec un Trae Young de feu, sauf qu’ils sont très vite redescendus de leur nuage, surtout avec un John Collins suspendu et un Kevin Huerter blessé. Les Bulls ? Avec Jim Boylen sur le banc, on a l’impression qu’ils ne décolleront jamais. Quant aux Hornets, actuellement neuvièmes, c’était l’histoire sympa du début de saison mais on ne va pas se le cacher, ça va être compliqué de suivre le rythme vu leur effectif. Concernant les Washington Beals, ça ne gagne pas des masses malgré un nombre élevé de points au tableau d’affichage, alors que les Cavaliers sont à nouveau au fond du trou après avoir montré des choses pas inintéressantes sous les ordres de leur nouveau coach John Beilein. On laisse volontairement les Knicks de côté parce que bon… les Knicks quoi. En fait, seuls les Pistons semblent vraiment avoir les armes pour gagner une place en Playoffs, mais vu leur forme actuelle et leur défense en mode portes ouvertes, difficile d’espérer quoi que ce soit aujourd’hui.

Évidemment, on n’est jamais à l’abri d’une équipe qui trouve soudainement l’illumination pendant qu’une autre se plante pour une raison X ou Y. On n’est pas non plus à l’abri d’une blessure qui peut tout chambouler. Exemple tout frais, le Magic sera privé de son pivot All-Star Nikola Vucevic pendant un mois. Pour une formation d’Orlando qui a beaucoup galéré en attaque en tout début de saison, c’est un coup dur. Tout ça pour dire que rien n’est gravé dans le marbre. Mais à l’Est, les vraies questions se posent au sein même du Top 8. À quel moment les Sixers parviendront-ils à tourner à plein régime ? Les Celtics peuvent-ils tenir leur formidable rythme toute l’année ? Et le Heat alors ? Les Dinos de Pascal Siakam sont-ils capables de rester au contact des meilleurs sans Kawhi Leonard ? Ça va se battre toute la saison pour obtenir les meilleures places en vue du printemps, et ça sera intéressant à suivre surtout si Orlando et Brooklyn passent dans le positif. Mais si vous voulez du suspense dans la course aux Playoffs, y’a moyen que vous soyez déçus.

Avec deux franchises en dessous des 50% de victoire dans le Top 8, la Conférence Est est fidèle à elle-même. Mais cela montre surtout que malgré les difficultés de certaines équipes qualifiées en Playoffs l’an dernier, comme Orlando et Brooklyn, y’a pas grand monde derrière pour prendre la place. Pour le suspense, on repassera. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top