Los Angeles Clippers

Les Clippers mis à l’amende : 50 000 dollars le load management, y’a de la friture sur la ligne entre Doc Rivers et la NBA

Kawhi Leonard

En tout cas il y en a un que ça n’a pas l’air de stresser.

Source image : YouTube

C’était l’un des sujets les plus importants de l’été en NBA et tout est encore loin d’être réglé. Durcissant son règlement sur le load management, la Ligue est venue taper sur les doigts des Clippers pour ne pas avoir confirmé la version de son porte-parole. Il fallait se mettre d’accord avant les gars, c’est la base !

Léger symptôme de schizophrénie dans les bureaux de l’Association. Alors on se remémore les faits chronologiquement pour ne rien oublier. Arrivé à Los Angeles quelques jours seulement après avoir offert aux Raptors le premier titre de son histoire, Kawhi Leonard redistribuait totalement les cartes et plaçait les Clippers parmi les grandissimes favoris pour succéder à Toronto. Bon, on est peut-être retourné un peu trop loin en arrière, mais c’est le moyen de rappeler que la santé est devenue un critère très important pour le fun guy qui a manqué 22 rencontres de régulière au nord de la frontière la saison dernière, ce qui lui a permis d’arriver dans la forme de sa vie en Playoffs. En signant en Californie, le sujet a forcément été abordé avec le clan du joueur pour obtenir la promesse qu’il serait économisé du mois d’octobre au début du mois d’avril pour ne pas compromettre la suite. Etant donné le talent du joueur, les dirigeants se taisent en acquiesçant et c’est comme ça qu’on se retrouve avec un MVP des Finales en titre absent à deux reprises lors des neuf premiers matchs des Voiliers cette année, pour deux défaites contre le Jazz et les Bucks. Mais alors qu’on craint une sanction de la part de la NBA, le porte-parole officiel de la Ligue prend tout le monde à contre-pied et affirme que cette pratique est conforme au règlement car le joueur souffre réellement du genou et qu’il n’est physiquement pas encore capable d’enchaîner des matchs trop rapprochés sans mettre en danger sa condition physique. Sauf que le son de cloche est totalement différent chez Doc Rivers qui nie toute blessure partielle de son joueur en conférence pre-game.

« Je crois que Kawhi a déclaré qu’il ne s’était jamais senti aussi bien. C’est notre boulot de nous assurer qu’il se sente toujours ainsi. […] Il n’y a pas de crainte particulière sur son physique. […] Donc ce n’est pas relatif à une blessure. On veut juste qu’il continue de se sentir bien. »

Il faut toujours choisir de donner la même version avant de prendre la parole. Une erreur de communication flagrante entre le technicien et la NBA qui a forcé cette dernière à sévir pour sauver la face. Impossible de laisser Doc affirmer que son joueur est dans la forme de sa vie alors que le porte-parole de l’Association vient de confirmer publiquement que Kawhi est emprunté physiquement. Il fallait donc réagir et Andrew Greif du Los Angeles Times nous apprend ce matin qu’une amende de 50 000 dollars vient d’être infligée aux Clippers pour des propos « incohérents » sur le dossier. On imagine que plusieurs coups de fil ont été passés depuis pour mettre tout ça à plat et établir une vraie stratégie de communication pour la suite de la saison. Car contrairement à ce qui avait été annoncé cet été, The Klaw devrait continuer à rater les back-to-backs durant la saison, blessé ou pas. Une situation qui n’arrange pas la NBA vis-à-vis des fans et de ses partenaires et qui va donc la forcer à continuer d’explorer des pistes pour mettre fin à cette nouvelle mode parmi les franchises de la Ligue. Peut-être est-ce le moment de remettre sur le tapis cette idée de raccourcir la saison régulière pour permettre de faire disparaître les B2B et ne plus laisser d’excuse aux joueurs pour rater des matchs.

Le load management de Kawhi Leonard ne devrait pas cesser après cette histoire et la NBA va vraiment devoir trancher pour savoir quelle attitude adopter. Car cette fois-ci, Adam Silver et ses équipes n’ont pas marqué des points de crédibilité ou au niveau de la transparence.

Source texte : Los Angeles Times

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top