Lifestyle

La NBA de papel : découvrez en avant-première le casting de la saison 4 de la série préférée des loubards espagnols (Partie 1)

casa de papel

Et dire que Chris Paul connait déjà la fin.

Source image : Netflix

Les aficionados de séries en tout genre ne l’auront raté sous aucun prétexte, Netflix a sorti il y a quelques semaines la saison 3 de la Casa de papel, espèce de nanard haletant dont personne ici ne se risquera à la moindre critique, paraît que ce n’est pas notre métier. Toujours est-il que la série espagnole a trouvé son public, au contraire des Hawks en NBA, et c’est pour cela que l’on vous dévoile aujourd’hui et en exclusivité… le pitch de la saison 4, ou plutôt la distribution « spécial NBA » que l’on a imaginé pour vous. C’est très imagé mais c’est dimanche, alors on vous laisse seuls juges de cette imagination.

Le Professeur, Rio, Tokyo, Denver, Stockholm, Bogota, Berlin, Nairobi, Marseille, Palerme, Moscou, Oslo, Helsinki, Lisbonne. Vous les connaissez tous, mais pour la saison 4 la production de la Casa de papel a décidé de faire la part belle à la NBA. Si, si, on vous jure, sur la tête de Mario Chalmers. On vous dévoile donc en avant-première le casting de cette saison 4, et on compte sur vous pour ne pas trop ébruiter les infos, on garde ça pour nous.

Houston : la barbe dépasse allégrement du masque de Dali mais il est l’un des braqueurs les plus rapides de la bande. Pas besoin de M16 pour s’échapper avec Houston, son jeu de jambes lui permet d’éviter la police en donnant l’impression de se déplacer à cloche-pied, et avec un peu de chance il mettra même la Guardia Civil à la faute. L’un des leaders de la bande, assurément.

San Francisco : on l’appelle le sniper. Capable d’atteindre n’importe quelle cible, à des kilomètres à la ronde. Le Professeur pourrait l’utiliser sur les toits, afin d’éliminer un à un les tireurs planqués autour de la banque. Avec lui pas de preuve, pas d’indice, pas de balles perdues, sauf peut-être dans le final.

Les jumeaux Los Angeles : à jamais liés par le jour de leur naissance, les deux frangins seront au cœur de l’intrigue. Clairement parmi les gars les plus référencés de la bande, les deux ne peuvent pas se blairer et mettront en péril les opérations, d’autant plus que, dehors, la foule se divisera pour l’un ou pour l’autre.

Salt Lake City : peut-être le plus discret de tous, mais pas le moins talentueux. Sa plus grande force ? Se faire passer pour un représentant avec ses petites lunettes rondes et son trois pièces taillé sur mesure. Pendant longtemps la police le prendra même pour un otage, une carte intéressante dans la manche du Professeur.

Memphis : paysan un peu bourru, en pleine réflexion sur son mode de vie. Autrefois dur au mal et peu adepte du feu des projecteurs, il se remet aujourd’hui à imaginer profiter du star system grâce à une jeunesse retrouvée. Mais Memphis prend les choses les unes après les autres et garde ses valeurs. L’un des piliers de la bande.

Minneapolis : un danger permanent car très instable. Minnie sort d’une relation destructrice avec un certain Jimmy et peine à retrouver le sourire. Introvertie, elle s’affiche très vite comme l’un des gros points faibles de l’opération.

Denver : homonyme du gros dur devenu père de famille responsable, la version 4 de Denver ne paie pas de mine mais est un véritable monstre. Un peu pataud au premier abord, il passe son temps à se goinfrer en cuisine mais sait absolument tout faire, et il le fait bien. Une belle gueule de chef dans la saison 5.

Phoenix : il est beau, il a un magnifique teint, mais il est jeune et surtout con comme ses pieds. A surveiller car sa bêtise et son inexpérience pourrait coûter des vies. Ouais, carrément.

Portland : un peu sous-estimé au début de la saison, Portland est discret mais jouera un grand rôle dans le bouquet final, malgré les blessures contractées au gré des attaques de la police. Dur au mal et surtout toujours à l’heure, une valeur sûre.

San Antonio : il a la particularité d’être muet, difficile donc de savoir ce qu’il pense. Autre originalité chez San Antonio, il a 80 ans et est le plus vieux braqueur de la bande. Vu comme ça le mec a tout d’un boulet, sauf qu’il est le plus malin de tous.

New Orleans : attention à l’évolution de celui que tout le monde appelle Nola. Présenté en début de saison comme un jeune surdoué, son envie de tout dominer trop vite alors qu’il est encore fragile pourrait mettre en péril le projet du Professeur, qui tentera donc de le préserver un maximum.

Sacramento : on apprend très vite que Sacramento est dans la bande pour se venger de Los Angeles, car ce dernier… l’a braqué il y a plus de quinze ans. Une inimitié qui rythme les premiers épisodes, décidément Los Angeles ne s’entend pas avec grand monde…

Dallas : un sacré phénomène. Multi-millionnaire avant même le braquage, Dallas ne se sépare jamais de son chapeau de cow-boy et a un drôle d’accent allemand. Toujours le premier pour lâcher de la bonne grosse blague graveleuse, mais son détachement pourrait coûter cher à toute la bande, même s’il n’a de cesse de répéter « qu’il paiera l’amende ».

Oklahoma City : la particularité de celle que l’on appelle Okaissy ? Elle a tout perdu juste avant d’entrer dans la banque. En difficulté pour garder les hommes qu’elle aime, elle se retrouve de surcroît à devoir bosser de concert avec plusieurs de ses exs, Houston notamment. Leur relation sera d’ailleurs au centre de l’intrigue, les deux passant leur temps à se jeter des regards glaçant au lieu de mettre en place le plan.

Voilà pour la première partie du casting tant attendu de la NBA de Papel, qui sortira sur nos écrans, on le rappelle, autour du 20 octobre prochain. La hype est palpable, hâte de découvrir comment Chris Paul se débrouille pour subtiliser le butin.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top