Sixers

Preview Sixers – Raptors, Game 4 : balle de break pour Philly, et ça tombe bien car Joel Embiid a confiance en son service

On dit pas que la série se joue ce soir, mais on ne dit pas le contraire non plus.

Source image : YouTube

La série n’avait pas forcément commencé sur les chapeaux de roues pour les locataires du Wells Fargo Center, mais le scénario de cette demi-finale de Conférence a depuis évolué au point d’offrir ce soir une belle chance aux Sixers de faire le break et d’avoir ainsi une jambe et demi en finale de Conf’. Les planètes semblent s’aligner pour Joel Embiid et ses sauces mais attention, un assassin silencieux ne l’entend probablement pas de cette oreille côté Toronto…

Il y aura sans doute beaucoup de bruit au Wells Fargo aux alentours de 21h25, lorsque la cloche de Philly retentira pour chauffer le public des Sixers. On parle d’une finale de Conférence dans le viseur puisqu’à 3-1 une belle partie du chemin serait faite, une finale de Conférence qui serait la première en ville depuis 2001 et la période Allen Iverson, la deuxième seulement depuis l’époque dorée du début des années 80, quand les illustres Moses Malone, Julius Irving ou Maurice Cheeks ambiançaient la Pennsylvanie. Mener 3-1 et mettre une pression monstre sur le dos des Raptors, voici donc l’objectif pour ce Game 4, qu’il faudra aborder côté Sixers avec le même mood entrevue lors des deux derniers matchs. Mettre le feu à une défense qui devient infranchissable lorsqu’elle est mise en confiance tôt dans le match, nourrir un Joel Embiid qui devient indéfendable lorsqu’il est mis en confiance tôt dans le match, mettre tout Toronto dos au mur grâce à un starting five capable de faire exploser n’importe quelle défense grâce à son talent en attaque mais également en défense, partie souvent sous-estimée lorsque l’on évoque le cinq titulaire de Brett Brown. Jouer la quinte flush royale Embiid -Harris – Butler – Redick – Simmons en pleine possession de ses moyens ? Bon courage les gars mais attention car côté Dinos on a également quelques qualités à faire valoir.

La principale interrogation pour les Raptors, à l’heure de ces lignes ? La présence ou non de Pascal Siakam, probable futur MIP devenu cette saison le véritable lieutenant de Kawhi Leonard. Mais Pascalou ou pas Pascalou pour ce Game 4, les hommes de Nick Nurse devront hausser le ton de manière considérable, et notamment en attaque puisque les Games 2 et 3 n’ont pas donné satisfaction à ce niveau-là et c’est peu de le dire. Kawhi Leonard est parfait, soit, mais c’est au niveau du supporting cast offensif que le bât blesse. Efficace en défense, Marc Gasol n’en a pour l’instant rien à secouer de l’autre côté du terrain et devra faire chauffer sa papatte magique pour apporter l’upgrade nécessaire à l’attaque canadienne. Intraitable en défense, Kyle Lowry doit également assumer en attaque son statut de leader et arrêter d’envoyer des briques comme s’il était sur le plateau de Pyramide. Le banc est également dans le viseur, avec comme principaux accusés Serge Ibaka et Fred VanVleet, indigents depuis deux matchs et clairement dans l’obligation de se sortir les doigts dès ce soir, faute de quoi ils pourront se les sortir en vacances dans une petite semaine maximum.

Côte Raptors ? Retrouver le cadenas qui fait de la défense de Toronto l’un des problèmes les plus insolubles à résoudre en NBA et enfin offrir à Kawhi Leonard une alternative en attaque. Pour les Sixers ? Profiter du vent en leur faveur et de l’appui du public pour mettre la tête des Dinos sous l’eau et mener 3-1 dans une série dont ils n’étaient pourtant pas favoris. Le rendez-vous est pris, et comme la NBA est décidément parfaite, ce sera à… 21h30 heure française, juste après la p’tite gnôle du dimanche soir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top