Lakers

Kobe Bryant revient sur la naissance du Black Mamba : quand une sombre histoire forge un alter ego mythique

Kobe Bryant

Le Black Mamba en mode Confessions Intimes.

Source Image : Vimeo

Carrière professionnelle et parcours personnel se trouvent souvent étroitement liés. Et quand un événement intime majeur mène à la création d’un surnom et d’un des personnages les plus iconiques de la NBA, l’encre n’en finit jamais vraiment de couler pour le raconter. Dans un long dossier de Kevin Babb du Washington Post, Kobe Bryant revient sur ce qui a mené à la création de son alter ego, le Black Mamba. 

Décidément, la légende des Lakers aime tout ce qui fonctionne par paires : duel avec Jordan, duo avec le Shaq, deux fois MVP des Finales (2009 et 2010), avec et sans cheveux, n°8 puis n°24, et donc Kobe Bryant ou Black Mamba. Dans un entretien fleuve accordé au Washington Post, le troisième meilleur marqueur de l’histoire revient sur l’émergence d’un personnage marquant un tournant décisif, autant dans sa vie que dans sa carrière. En 2003, Kobe est accusé de viol par l’employée d’un hôtel du Colorado où la superstar passait sa rééducation. Quand l’affaire devient publique, les sponsors le fuient, les critiques et les attaques fusent, le basket passe au second plan. Peu importe la décision qui sera rendue par la justice, c’est catastrophe pour son image et une menace sur sa carrière : comment tenir mentalement et rester focus sur son game quand on est ainsi pris dans la tourmente ? Kobe Bryant raconte à quel point dédoubler sa personnalité a été déterminant :

« Je ne sais pas ce qui se serait passé si je n’avais pas géré cela. Car, pour moi, toute la question était de savoir comment faire face à cela. Je n’allais pas rester passif et laisser cette chose m’avaler. Tu as une responsabilité : la famille, le bébé, la franchise, la ville entière, toi-même. Comment surmontes-tu cela, ou du moins comment fais-tu avec et ne te laisses pas noyer ? C’était une quête constante. J’étais obligé de faire quelque chose parce que obnubilé par cela. […] Durant la situation du Colorado, j’ai dit : ‘Tu sais quoi ? Je vais simplement être moi.’ Et puis merde. Si je n’aime pas la question d’un journaliste, je lui dirai. S’il me pose une question sur cela, je leur dirai simplement la vérité. (Tapant son poing sur la table) Aime-moi ou ne m’aime pas pour ce que je suis. »

On sait bien que Kobe est un très bon communicant, et on ne parlera pas ici de son degré d’honnêteté sur cette affaire. Selon Kevin Babb, la stratégie était claire : devenir une légende, pour que le public se souvienne de ces performances plus que de cette affaire. Intéressons-nous donc plutôt à ce que cette personnalité alternative a apporté là où Kobe se sent encore le mieux : les parquets. Car à partir de là, on rase tout et on repart. Départ du Shaq pour Miami et, quelques temps plus tard, changement de numéro : bye bye Kobe n°8, voici le Black Mamba n°24. C’est une nouvelle carrière qui commence, histoire d’oublier tout ce qui s’est passé. Et si l’on avait déjà pressenti le côté individualiste déjà bien visible en Kobe, veuillez accueillir désormais le croqueur ultime avant l’arrivée de Pau Gasol, ce fou de l’isolation. Dans son esprit, plus qu’un seul système : shoot, shoot, shoot, shoot (et c’est pas un bug de clavier). Bien aidé par l’évolution du jeu, il passe notamment de 2,5 tirs à trois-points de moyenne jusqu’en 2003 à 5 par match sur le reste de sa carrière. Deux fois plus de shoot pour deux fois plus de fun. La sélection de tir ? Jamais entendu parler, du moins en sortie d’affaire au tribunal. Désormais dans son esprit, c’est lui contre le reste du monde, et Kobe Bryant a décidé de l’éblouir… ou de lui casser la gueule, chacun son interprétation. Changement de personnalité, changement de mentalité, changement de jeu. Suivront notamment ses explosions offensives connues, et un leadership qui va se développer pour aller enfin chercher deux titres en tant que patron de sa propre équipe, en tant que Black Mamba tout simplement.

Il est rare de voir Kobe Bryant aborder cette affaire et les origines de son personnage. D’une période sombre, il en est ressorti une figure iconique de la NBA et une référence dans l’approche du jeu : la Mamba Mentality. Un tournant qui a probablement eu une influence sur toute la Ligue au vu du nombre de joueurs qui s’inspirent de Kobe : que serait devenu la NBA sans la naissance du Black Mamba ?

Source : The Washington Post

Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. doc

    19 novembre 2018 à 11 h 05 min at 11 h 05 min

    que serait devenu la NBA sans la naissance du Black Mamba ?
    elle aurait continué à être la NBA!!! tout simplement. Faut pas mettre dans la tete des ptits que kobe avec sa « black mamba mentality » a changé la NBA.
    PLEASE!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top