Lakers

La pré-saison s’est achevée dans une ambiance festive, rendez-vous mardi pour officiellement se mettre sur la gueule

LeBron James

Ça se tapera moins des barres au Game 7 des Finales de Conférence.

Source image : NBA League Pass

Cette nuit marquait la fin de la pré-saison 2018-19 avec un grand match opposant les Golden State Warriors de Stephen Curry aux Los Angeles Lakers d’Alex Caruso (cadeau). La préparation s’est finie sur une soirée où chacun avait envie de rigoler avec ses copains, c’était mignon. Mais maintenant, on veut officiellement la guerre et du sang.

Ceux qui ont tenu le coup jusqu’à 4h30 du matin étaient probablement déçus en voyant que Kevin Durant, LeBron James, Rajon Rondo et Alex Caruso n’auraient pas de temps de jeu et resteraient sagement assis sur le banc. Ainsi sont les règles de la pré-saison et il est logique que les coachs ne prennent pas de risque à trois jours de la reprise (trois jours d’hibernation pour certains). En revanche, Draymond Green, sur le flanc pendant plusieurs jours, était bien en tenue ce soir et sera donc présent lors de la reprise officielle contre le Thunder, pour le plus grand bonheur de Steven Adams. Pour ce qui est du match, nous avons pu assister à un jeu assez débridé et désorganisé, surtout du côté de Los Angeles qui ne semblait pas accorder beaucoup d’importance à ce dernier match de préparation. Heureusement que les Splash Brothers répondent toujours présents quand il s’agit de divertir et c’est ainsi que Stephen Curry et Klay Thompson s’échauffaient tranquillement les poignets avant de rendre fous leurs adversaires les six prochains mois. Mais la palme de la plus belle action revient à Javale McGee isolé dans le corner, prenant le tir à 3-points avec une vraie confiance dans son geste. La salle s’arrête de respirer, plus un bruit, on entend une mouche voler avant d’entendre la balle orange déchirer le filet et c’est alors que le public, les deux bancs, les coachs, les commentateurs, les arbitres et même mon chat se lèvent et s’exclament devant ce geste inattendu du pivot des Lakers qui paraissait presque vexé que ses coéquipiers réagissent de la sorte. Mais ce geste était magique, les sourires n’ont plus quitté les joueurs sur le banc et le reste de la rencontre a été une succession d’images de LeBron en train de déconner avec Draymond, de Luke Walton rigolant avec Steve Kerr,… une vraie cour de récréation.

On sera honnêtes avec vous, ce n’était pas un match de basket qui transpirait le beau jeu et l’envie de batailler tant la bonne ambiance était au rendez-vous. Presque, car avec des joueurs comme Michael Beasley et Lance Stephenson, il y a toujours un risque de voir un craquage et il n’y pas eu d’exception. Sur une action anodine, l’ailier-fort des Lakers décide de se frotter à Draymond Green qui (pour une fois) n’avait rien demandé. Conscient de sa bêtise, Beasley s’excuse et accepte sa faute technique, tout va bien. Mais non, apparemment les arbitres NBA se faisaient chier et décident de coller une deuxième technique sortie de nulle part qui renvoie le bad boy aux vestiaires, sans pression. Puis c’est au tour de Lance Stephenson de montrer un signe d’énervement justifié et inoffensif, mais comme son poto de l’asile, il est éjecté sous les rires du King et de Draymond (décidément ces deux là). On imagine que les arbitres voulaient simplement respecter leurs réputations. Mais la joie et la bonne humeur sont toujours au rendez-vous, tout le monde est content, le banc en a rien à foutre du match et semble plus occupé à faire des vannes, même les cameramen sont plus intéressés par ce qu’il se passe à côté du parquet. On va pas se mentir, ça fait du bien un peu de légèreté dans ce monde de brutes.

La pré-saison est officiellement finie et nous aura fait vivre quelques beaux moments de basket, elle aura été un formidable teaser pour l’ouverture de la saison officielle mardi. Mais bon, ça fait quatre mois qu’on se tourne les pouces alors maintenant lâchez les fauves. La bonne ambiance, c’était sympa pour une soirée mais on veut la guerre sur les parquets pour les six prochains mois. Vivement le retour de DeMarcus Cousins.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top