Los Angeles Clippers

Le best-of des Clippers 2017-18 : quand Lob City devient Lou City, pas sûr que les mecs y gagnent au change

Lou Williams

Louuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !

En attendant le 16 octobre et la reprise des hostilités, TrashTalk vous offre chaque jour le best-of 2017-18 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du mois d’août, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights.

Ces dernières années, les highlights made in Clippers se résumaient le plus souvent à un pick de Blake Griffin, une passe de Chris Paul et un alley-oop conclu par BG ou DeAndre Jordan. Mais cette saison les fans des Clippers (il y en a ?) ont découvert une autre manière de jouer au basket. DeAndre Jordan était évidemment toujours là pour écraser ses défenseurs comme de vulgaires mouches à merde, mais c’est surtout sa version réduite Montrezl Harell qui a fait frémir les défenses. En attaque ou en défense d’ailleurs, l’ancien Rocket s’est révélé être une sacrée machine à highlights et ce ne sont ni Stephen Curry ni Jonathan Bender qui nous contrediront. Les autres athlètes à l’honneur dans cette spectaculaire rétrospective de l’exercice 2017-18 des Voiliers ? Sindarius Thornwell qui ouvre le bal d’une manière assez… violente, Milos Teodosic qui fait apprécier son déficit physique mais surtout son QI basket égal au total de celui de tous ses coéquipiers, ou encore Tobias Harris, qui avec ses allures de faux lent a finalement postérisé pas mal de monde après son arrivée de Detroit. Sam Dekker, Pat Beverley, Boban Bae Marjanovic, Danilo Gallinari, C.J. Williams et Willie Reed passent également vous faire une bise, alors que les anciens Blake Griffin et Auston Rivers laisseront quand même quelques bons souvenirs 2018 dans l’album photo. Même Wes Johnson tente de nous faire oublier que c’est bien lui qui s’est retrouvé sur le cul sur le cross le plus sanguinolent de la saison dernière, dommage c’est raté.

Mais le boss des Clippers la saison passée se prénomme bel et bien Lou. Wizards, Cavs, Rockets, Warriors, Wolves, Thunder, Lakers, Sixers, autant de franchises qui auront gouté au poignet en feu du bigame d’octobre 2017 à mars 2018. Elu meilleur sixième homme de la Ligue pour la seconde fois de sa carrière, Lou Williams a pratiquement fait oublier au Staples Center que les Clippers étaient redevenus tout pétés, alors +1 pour la performance…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top