Cavaliers

LeBron James a activé le mode cyborg : 46 points, 12 rebonds et 5 passes, les Cavs égalisent

lebron james
Source image : NBA League Pass

Menés dans la série après un Game 1 totalement foiré, les Cavs se sont repris à domicile cette nuit et ont pu évidemment compter sur un LeBron James de gala. Monsieur le patron a décidé de démarrer ses Playoffs, et ça a fait mouche : victoire de Cleveland, un partout balle au centre.

Les critiques avaient été telles qu’il fallait certainement s’attendre à ce genre de performance. Baladés pendant quasiment l’intégralité de la rencontre par des Pacers culottés et confiants dimanche dernier, les soldats de l’Ohio avaient quitté leur salle avec un goût amer dans la bouche et quelques sérieuses inquiétudes. Comment l’emporter à Indianapolis pour passer ce premier tour, et avant cela, comment savoir ce que ce Game 2 va donner ? Désintéressé au début de ce premier match, LeBron avait été la cible de plusieurs flèches envoyées à son endroit, ce qu’il devait évidemment régler personnellement. Et boy oh boy c’est peu dire si le King a pris la parole ce mercredi. Le score au bout de 4 minutes de jeu ? LeBron 16, les Pacers 1. Oui oui, un petit 16-1 personnel taille MVP, que le numéro 23 sucrait dans tous les registres. De quoi bien lancer ses troupes, avec des vétérans se bougeant enfin le cul en défense et se nourrissant dans l’ambiance au sein de la Quicken Loans Arena, afin d’intimider les visiteurs. Ce qui fonctionnait plutôt bien, puisque des fautes rapides d’Oladipo et le massacre personnel de James permettaient aux Cavs de démarrer la soirée sur les meilleures bases possibles : main sur le volant, le regard fixe.

La suite ? Ce fût… mi-bien mi-cheum, pour rester poli. De la séquence défensive de qualité, par moment, notamment venant de J.R. Smith sur Victor Oladipo ou de Kyle Korver. Des shoots rentrés plus fréquemment (11/28 de loin), aussi, après un Game 1 famélique dans cet aspect du jeu. Ajoutez la bonne intensité de Kevin Love malgré une maladresse frustrante et une main à nouveau touchée, et vous aviez une base sur laquelle avancer positivement. Maintenant, dans le côté dégueulasse, il y avait forcément cette ultra-dépendance envers LeBron, et donc un public halluciné de voir que les Pacers auraient pu remporter ce match alors que leur King était au sommet de son art, mais peu importe. Peu importe les lacunes défensives toujours existantes, le manque de supporting cast confiant ou certains cadres qui ont l’air effrayés par l’enjeu. Peu importe. Les problèmes des Cavs sont connus, mais une mission était impérative ce mercredi, et il s’agissait de gagner à domicile. Ce qui a été respecté, grâce à un LBJ évidemment stratosphérique. Les 20 points dans le premier quart, montés à 29 avant la pause, puis terminés par une température 46 en ce deuxième match de la série : ça y est, on peut l’affirmer, les Playoffs du cyborg sont lancés. Ce qui veut dire qu’on va assister à de nouvelles pépites du genre, mais ce qui veut aussi dire que Cleveland va devoir croiser les doigts. Car aussi rassurante fût cette victoire, un constat reste le même, il faut que LeBron atteigne un niveau absolument incroyable pour que les Cavs se débarrassent avec difficulté d’une équipe d’Indiana pourtant pénalisée par des soucis de fautes assez tôt. Allez, on se régale autour du King pour cette fois, direction Indy pour des prises de tête qui seront bien plus pertinentes en fin de semaine.

46 points, 12 rebonds, 5 passes et 2 interceptions, à 17/24 au shoot, 10/13 aux lancers et en 40 minutes sur Pluton. On pensait voir LeBron démarrer ses Playoffs dès le Game 1, il aura juste fallu attendre 3 jours de plus. Voilà la bête lancée, on demande la même et il faudra la même pour remporter le Game 3 chez les Pacers. Go Bron.

Couverture

1 Comment

1 Comment

  1. Gvar

    19 avril 2018 à 12 h 46 min at 12 h 46 min

    La « bonne intensité de Love » ? On n’a pas dû voir le même match…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top