Equipes

Les salaires des Hornets pour la saison 2017-18 : zoom sur la banque de Charlotte et son futur

salaires, dollars

Hello la luxury tax, merci Nico pour le cadeau.

Source image : youtube

L’acquisition de Dwight Howard, la Draft d’un Malik Monk signé dans la foulée pour cinq ans dont deux garantis, l’arrivée de Michael Carter-Williams. Voilà pour les principaux changements chez le banquier de Charlotte, qui aura cette saison un paquet de gros chèques à signer. L’essentiel de la troupe est d’ailleurs déjà qué-blo pour la saison prochaine, ne reste plus qu’à gagner des matchs pour amortir tout ça.

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

salaires Hornets

Situation financière par rapport au cap

  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 99 093 000$ cette année.
  • Le plafond de la Luxury Tax est fixé à 119 066 000$ cette année.
  • Le minimum salarial est prévu à 89 184 000$ cette année, soit 90% du salary cap.
  • Avec 120 579 179$ contractuellement prévus cette saison, les Hornets sont dans le rouge et il leur reste d’ailleurs deux mecs à signer pour être au complet. Les gros contrats seront encore là la saison prochaine, il faudra attendre un peu avant de pouvoir faire des économies.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante : 9

  • Dwight Howard
  • Nicolas Batum
  • Michael Kidd-Gilchrist
  • Marvin Williams
  • Cody Zeller
  • Kemba Walker
  • Jeremy Lamb
  • Malik Monk
  • Dwayne Bacon
  • Le roster 2017-18 est quasiment bouclé avec un « huit majeur » déjà sous contrat. Certains gagnent trop, d’autres pas assez, mais tout le monde est sous contrat et c’est le plus important pour Rich Cho et Michael Jordan.

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Cody Zeller : il est désormais le plus riche de la fratrie Zeller après avoir signé un joli contrat qui lui garantit de toucher 56 millions de doll’z pour les quatre prochaines saisons. Ça va faire le taf tranquillement en sortie de banc au relais de Dwight, ça va rentrer pépère chez lui sans se soucier des fins de mois difficiles. A 25 ans, Cody est aujourd’hui un NBAer accompli et c’est sans pression qu’il entamera sa cinquième saison à Charlotte.
  • Nicolas Batum : 22 patates cette année, 24 en 2019, 25 la saison suivante et même une player option à 27 dans trois ans. Ne cherchez pas plus loin, Nico a la vie belle et on attend désormais qu’il aille taper la bise au All-Star Game pour prouver une bonne fois pour toutes qu’il vaut tout cet argent. Two-way player largement reconnu en NBA, on sent que l’étape suivante n’est vraiment pas loin, mais ça fait déjà cinq ou six ans qu’on le sent.
  •  Kemba Walker : il a peut-être fait exploser ses stats depuis deux ans pour s’affirmer aujourd’hui comme l’un des meilleurs meneurs à l’Est, il est peut-être le leader évident de sa franchise de toujours… il n’empêche que Kemba arrive très loin dans la hiérarchie des mecs bien payés à Charlotte. 24 millions – seulement – encore à toucher jusqu’à la fin de la saison prochaine mais des odeurs de contrat max si jamais Kemba confirme tout le bien entrevu depuis deux ans. Allez bonhomme c’est le moment d’envoyer du 25/5/7 tous les soirs.

Le découvert a été atteint en Caroline du Nord mais peu importe, Chef Michael a de l’oseille. A voir l’évolution lorsque le franchise player des Hornets sera enfin payé à sa juste valeur, d’ici-là y’a des Playoffs à aller chercher. Alors let’s go.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top