Mix

Les meilleures actions défensives de Draymond Green en 2016-17 : attention, chien très méchant

Après s’être fait griller la priorité à deux reprises par Kawhi Leonard pour le titre de Defensive Player of the Year – 2015 et 2016 – Draymond Green tient sa revanche et câline tous les rageux. Capable de défendre sur absolument tous les postes, le 35ème choix de la Draft 2012 revient de loin et cela fait chaud au cœur puisque son talent est enfin reconnu dans les plus hautes sphères de la NBA. Si vous êtes fragile psychologiquement, veuillez ne pas cliquer sur les vidéos. Vous avez été prévenus. 

Enfin, 2016/2017 restera une année formidable pour Casse-noisettes : champion NBA, présent dans la NBA All-Defensive 1st Team, sélectionné au match des étoiles et surtout, meilleur défenseur de l’année. Jackpot pour le meilleur marqueur à la culotte de la Ligue. Draymond Green a été tout simplement époustouflant cette année, tant sur le plan individuel que collectif. Véritable poumon des Warriors, le joueur a guidé son équipe sur le chemin de la Muraille de Chine. Avec un joli 104,0 de Defensive Rating et une deuxième place dans ce classement, Steve Kerr et ses hommes n’ont pas laissé respirer les meilleurs attaquants du circuit, et Dieu sait que Curry Draymond y est pour beaucoup. Avec l’arrivée de Durant, le karatéka a eu l’intelligence de se libérer des tâches offensives pour chopper un CDI dans ce qu’il sait faire de mieux : casser les couilles en défense, protéger le cercle, intercepter et gueuler sur tout ce qui bouge.

Jugé trop lourd lors de son arrivée en NBA, Mr Propre ne cesse de nettoyer les critiques années après années. Sa polyvalence, sa mobilité, son coffre et son énergie font de lui le joueur le plus difficile à attaquer au quotidien. Dray a noirci les feuilles de stat toute l’année, avec notamment un triple-double aussi improbable que difficile à réaliser avec, tenez vous bien messieurs-dames, 10 rebonds, 12 passes et 10 interceptions. Bordel garçon, t’aurais pu croquer un peu plus en attaque pour que la nuit soit encore plus historique. All around au possible et malgré sa corpulence, l’ailier ne cherche pas a être gourmand ou encore moins voler la vedette. Félicitation à lui pour son titre de Defensive Player of the Year, amplement mérité après deux places de dauphin dans cet exercice, en 2015 et 2016.

Messieurs Kawhi et Rudy, vous êtres prévenus : la concurrence n’a pas toqué à la porte, elle l’a carrément enfoncé. Véritable roc défensif, personne n’est à l’abri d’une interception ou d’un contre de Draymond. Dans une équipe ou les highlights et performances offensives pleuvent abondamment, Green a réussi le pari d’être le joueur le plus important de toute la franchise en étant la quatrième option offensive. Chapeau l’artiste, voila tes croquettes en guise de récompense. 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top