News NBA

Clap de fin pour Ronny Turiaf : dans une vidéo réalisée par… Boris Diaw, Tutu annonce sa retraite sportive

Ronny Turiaf

Merci Ronny. Les parquets te saluent.

Source : YouTube / Bros. Stories

Il y a quelques semaines, Ronny Turiaf s’était montré indécis sur un probable retour sur les parquets. Il a depuis tranché. Dans une vidéo postée ce matin et signée Boris Diaw (Babac anticipe aussi sa seconde vie), le pivot originaire de Martinique tire sa révérence… Big up Ronny 

S’il y a bien une chose sur laquelle Turiaf peut se vanter, c’est de ne jamais avoir été étiqueté soft guy par les Ricains, bien que ceux-ci le font systématiquement (et donc souvent illégitimement) avec les Européens qui débarquent. De l’université de Gonzaga, où il signe 15,6 points et 7,3 rebonds en trois saisons NCAA, au circuit professionnel où le sort lui a réservé une entrée en matière qui en aurait découragé plus d’un, Ronny s’est toujours donné à 200% sur le parquet, et représentait à merveille ce qu’on appelle « un joueur avec du coeur »… Du cœur justement, l’intérieur aux dreadlocks a la particularité d’avoir subi une opération à cœur ouvert avant d’enchainer près de 500 matches NBA. Imaginez un peu le défi physique, et mental, d’une telle prouesse. Voici en sept dates clefs, un petit récap’ de sa carrière NBA  :

  • 28 juin 2005 : choisi au second tour de la Draft (37ème choix) par les Los Angeles Lakers.
  • 27 juillet 2005 : subit une opération du cœur, puis signe en CBA avec les Yakima Sun Kings.
  • 8 février 2006 : joue son premier match NBA sous les couleurs des Lakers.
  • Juin 2008 : participe aux Finales NBA avec les Lakers face aux Boston Celtics (perdues 4-2).
  • 11 juillet 2008 : signe quatre ans aux Golden State Warriors.
  • 8 juillet 2010 : transféré aux New York Knicks.
  • 21 juin 2012 : remporte le titre NBA avec le Miami Heat, après être passé par Washington et Denver.

À coté de ses 101 sélections avec les Bleus, Turiaf s’était imposé dans la grande Ligue comme un solide energizer en sortie de banc. Un intérieur avec une excellente mentalité prêt à aller au charbon avec un pot de mastic sous le bras pour colmater tout ce qu’il trouve. Pas étonnant que les Lakers l’aient conservé après sa très lourde opération ou que Kobe en avait fait son protégé. Il raccroche après 11 saisons NBA réparties dans sept franchises pour un total de 473 matches et une moyenne globale de : 4,7 points, 3,7 rebonds, 1,7 passes et 1,7 contres en 17 minutes par match. Ces dix, quinze, vingt minutes qu’offraient Ronny chaque fois qu’il retirait son survet’ étaient cruciales pour l’équipe. Typiquement le genre de séquences qui font basculer un match, à l’image de sa carrière : laborieuse mais victorieuse. Pour ta carrière et l’exemple, merci Ronny.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Rodzilla

    24 octobre 2016 à 23 h 37 min at 23 h 37 min

    Un bien bel hommage, et mérité tant le joueur aura été sous-estimé !

  2. Draghor

    25 octobre 2016 à 10 h 30 min at 10 h 30 min

    Les panneaux de Zadar se souviendront toujours de lui!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top