Jeux Olympiques

Les Bleues craquent face à la Serbie : 70-63, peu d’adresse, trop de pertes de balle, pas de bronze

Les Bleues n’ont pu gratter cette médaille de bronze qui aurait fait tant plaisir. Mais la jeunesse est là et elles reviendront encore plus forte. Bientôt.

Si les garçons n’ont pas réussi à passer le stade des quarts de finale de ce tournoi olympiques, les filles jouaient pour une médaille de bronze cet après-midi. Mais, malheureusement, opposées à la Serbie – qui les avaient déjà fait déjouer en Finales du dernier championnat d’Europe, nos Bleues ont été dominées. Elles ont subi ce match et ce sont les compatriotes de Vlade Divac et Sasha Djordjevic – installés en tribunes – qui sont reparties avec une breloque.

D’entrée, on a senti les Françaises crispées et cette sensation a perduré sur l’ensemble du match. Résultat : une adresse bien moins bonne qu’à l’habitude avec seulement 39% de réussite au tir (la même chose de loin), seulement 60% sur la ligne des lancers et surtout, 20 pertes de balles. Les Serbes n’ont pas été plus adroites dans le champ (38% au tir et 40% derrière l’arc) mais elles ont converti leur lancers (14/16 soit 87,5%), ont fait beaucoup plus attention à la balle (14 pertes) et se sont montrées bien plus agressives ce qui leur a permis de prendre 7 tirs de plus (63 contre 56). Dans ce genre de match tendu, cela fait la différence. D’autant plus que si l’écart final n’est « que » de 7 points, c’est aussi parce qu’à 2’30 » du gong final, l’intérieure Jelena Milovanovic (18 points et 7 rebonds sur la rencontre) a posé un and-one qui a remis les siennes devant de 12 points (66-54), tuant ainsi le match. A partir de là, les Serbes ont un peu laissé filer le jeu et les Françaises ont eu le temps d’ajouter 9 points rapidement, réduisant ainsi un peu la différence finale au tableau d’affichage.

Menées 18-10 après le premier quart-temps où elles ont shooté à 3/16 en perdant 6 ballons, les Bleues avaient pourtant très bien réagi dans le deuxième. Olivia Epoupa apporte sa vitesse, Marine Johannes son culot et Sarah Michel son agressivité des deux côtés du terrain. Pour autant, l’adresse de ces trois-là n’est pas du tout au rendez-vous et ne le sera pas pendant tout le match. 2/7 pour Sarah, 1/7 pour Olivia et 1/9 pour Marine. Oui, ça fait du 4/23 pour cette triplette dont la jeunesse s’est beaucoup vue aujourd’hui mais qui a le potentiel pour nous faire tellement plaisir à l’avenir… Et en attendant, on ne peut pas leur reprocher de ne pas s’être données. En plus leur énergie a permis aux Bleues de prendre un peu l’ascendant dans les minutes avant la mi-temps. Elles ont trouvé des positions à l’intérieur sur Isabelle Yacoubou et Sandrine Gruda notamment. Et d’ailleurs, il y avait 27-27 à la pause, tout était encore jouable.

Mais le troisième quart va être fatal aux Françaises. La défense prend l’eau de toutes parts. Dans un premier temps, ça tient car les paniers rentrent en attaque notamment par l’intermédiaire d’Endy Miyem (18 points, gros match). Mais quand ça a craqué, ça a fait très mal. A envison 5 minutes de la fin du quart, après un lay-up de Valériane Ayayi, les Bleues menaient 40 à 37 et semblaient pouvoir prendre enfin la mesure de ces Serbes. Et bien non en fait. C’est un run de 18 à 2 que les joueuses de Marina Maljkovic – fille de Bozidar – vont passer aux tricolores ! A l’aube du dernier quart, le score est donc de 55 à 42 pour la Serbie. Les Bleues venaient de boire la tasse et d’avaler de travers. Valérie Garnier a tenté des choses mais rien n’a fonctionné, surtout pas cette défense de zone sur laquelle les Serbes se sont tellement bien amusées… Sur les 10 dernières minutes, l’énergie a fait défaut aux françaises pour vraiment espérer revenir. L’écart n’est jamais redescendu sous les 8 (sauf à la toute fin), il est même monté jusqu’à 15 unités d’entrée (57-42) ce qui a permis aux joueuses venues des Balkans de rouler tranquillement vers une médaille de bronze, laissant ainsi nos braqueuses au pied du podium.

Si cette défaite est bien évidemment très frustrante, on ne peut qu’être fiers du parcours de nos Bleues. Sans Céline Dumerc, elles ne se sont pas démontées. Elles ont été solidaires et ont tout donné. Nul doute qu’on va les retrouver très bientôt en bonne position dans les prochains tournois internationaux. En attendant ça, on leur dit bravo pour la superbe promotion du basket féminin qu’elles viennent d’assurer sur les deux dernières semaines ! 

boxscore Bleues

boxscore Serbie filles

Source image : France TV Sports

Cliquez pour commenter

0 Comments

  1. Rodzilla

    20 août 2016 à 23 h 59 min at 23 h 59 min

    Grosse frustration, les larmes de Yacoubou étaient légitimes… A la prochaine les filles et merci !

  2. GS_of_Mind

    21 août 2016 à 4 h 45 min at 4 h 45 min

    La différence d'envie avec l'edf masculine était tellement évidente..
    Les serbes supérieures dans le jeu off the ball. Trop de shoots dans le fauteuil.
    Les exter, et Marine 'baby face killer" Johannès en tête, trop friables au shoot.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top