Los Angeles Clippers

Wesley Johnson et Austin Rivers vont tester le marché : attention Papa, interdit de causer avant le 1er juillet

Le marché des transferts, le mercato, la foire à la saucisse, la vente à la criée, bref la free agency ouvrira bientôt en NBA et les différents acteurs de ce délire commencent tranquillement à placer leurs pions sur l’échiquier. Focus aujourd’hui sur deux membres des Clippers qui ont semble-t-il décidé de passer à une vie un peu plus clinquante en annonçant vouloir casser leur contrat la saison prochaine.

Ce sont donc Wesley Johnson et Austin Rivers qui ont annoncé hier vouloir opt out leur contrat, c’est à dire s’asseoir dessus afin de signer un papier un peu plus intéressant pour eux en vue des prochaines saisons. Une stratégie déjà utilisée ces jours par Bismack Biyombo et qui devrait pulluler cet été du fait des moyens financiers beaucoup plus vastes des franchises NBA à partir du 1er juillet.

 Wes Johnson n’exercera pas sa player option de 1,2 millions l’année prochaine, selon son agent. Mais il aimerait rester aux Clippers.

Austin Rivers a décidé de ne pas exercer sa player option l’an prochain et testera le marché cet été.

Wesley Johnson tournait cette saison à 6,9 points et 3,1 rebonds en 20,8 minutes et s’il était pressenti en début de saison pour débuter les matchs au poste 3, il s’était vite fait supplanter dans le starting five par Lance Stephenson puis par la suite Luc M’Bah a Moute, beaucoup plus solide en défense que l’ami Wesley. Celui qui atteignait pratiquement les dix unités de moyenne il y a deux saisons avec les Lakers (est-ce vraiment une référence) devait toucher un peu plus de 1,2 millions de doll’z l’année prochaine et testera donc le marché pour voir si son profil de 3 and D attire quelques pêcheurs estivaux.

Austin Rivers devait pour sa part encaisser 3,3 millions la saison prochaine et peut logiquement espérer un peu plus de la part de son futur acquéreur, même si ce doit encore être les Clippers. Auteur d’une saison correcte à 8,9 points de moyenne en sortant du banc le plus souvent, Austin a surtout montré en Playoffs que son courage et son abnégation n’avaient d’égal que l’amour de son papa pour les trophées individuels de ses joueurs. Après avoir fini les Playoffs la gueule en sang et les armes à la main, il a peut-être déjà convaincu ses dirigeants de gonfler un peu le chequos et ce serait plutôt logique au vu des services rendus… « Ses dirigeants » qui sont d’ailleurs notamment… son père, le Doc ayant les pleins pouvoirs ou presque sur le sportif à Los Angeles. Attention donc au règlement imposé par la NBA qui veut que toutes sortes de discussions contractuelles soient interdites avant le 1er juillet. Interdiction donc de chantonner « Fais dodo, t’auras un beau chèque » à son fiston avant d’aller au lit, interdiction aussi de priver Austin d’épinards s’il refuse de signer pour lui l’année prochaine. Quoiqu’il en soit, si jamais la famille Rivière respecte le règlement, les choses devraient se passer plus ou moins tranquillement autour du barbeuk de Tata Jeanine début juillet.

Rendez-vous donc dans quelques semaines pour savoir si oui ou non Wesley Johnson et Austin Rivers se verront proposer un deal intéressant par leur franchise actuelle. Pas sûr pour Wes, probable pour Austin. Dans tous les cas il y aura du pognon sur le territoire cain-ri et les deux ne devraient pas avoir de mal à faire péter l’augmentation en 2016/17. C’est vraiment con qu’il n’y aie pas de salary cap et de droits TV à Pôle Emploi tiens, ça donne des idées ça…

Source texte : nbcsports.com

Source image : dailywords.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top