Pistons

Les Pistons, face au plus gros virage de leur saison : 9 matchs au Palace, Playoffs ou ça casse

Balayés salement à Washington hier soir, pour le dernier match de leur roadtrip (124-81), les hommes de Stan Van Gundy sont sortit du Top 8 et vont devoir se reprendre rapidement. Cela tombe bien, le calendrier leur tend la main.

En cumulant la branlée des Wizards avec la victoire des Bulls face aux Raptors, ce sont bien les soldats du Michigan qui ont dit au revoir au groupe qualifié pour les Playoffs, laissant Chicago se rassurer un peu malgré les nombreuses blessures handicapant l’Illinois. Et même si la défaite dans la capitale était impressionnante pour Detroit d’un point de vue statistique, ce n’était pas l’élément le plus perturbant dans le jeu récent des Pistons. Non, malheureusement pour les fans de la franchise, ce sont ces foutues montagnes russes proposées par un jeune groupe qui ont donné la gerbe depuis le début du mois de mars, chaque soirée de match proposant un nouveau profil dans l’armée bleue, blanche et rouge. Une vilaine claque chez les Knicks ? Reprise le lendemain contre les Blazers, avec une victoire de 20 points. Victoire à Dallas ? Charlotte en plante 118 et gagne. Redressement à Philadelphie ? Explosion à la Maison-Blanche. Voilà, en gros, ce qui a été proposé sur ces deux dernières semaines, pas vraiment le rythme idéal pour penser aux Playoffs et mettre le bronx dans le classement de la Conférence Est. Un classement qui, parlons-en, pourrait rapidement revoir les Pistons dans son peloton de tête puisque les copains de Reggie Jackson ont droit à un coup de pouce du calendrier : 9 matchs de suite à la maison, record de franchise, rien que ça.

Coup de pouce, ou coup de pression ? Telle est la question, car on ne sait pas vraiment comment prendre les récentes performances de ce groupe bourré d’inexpérience. Bien évidemment, l’envie première consiste à sourire et croire en un beau bilan, sorte de 6-3 ou 7-2 qui mettrait ainsi une bonne valise de transpiration dans le vestiaire des Bulls et des Pacers, actuellement sur les strapontins 7 et 8. Mais comme on ne peut compter sur un effectif qui semble aborder chaque match avec des envies différentes, là aussi la joie d’avoir une équipe jeune, on peut se poser la question. D’ailleurs, regardons de plus près ces adversaires, qui visiteront le Palace lors des deux prochaines semaines et tenteront eux aussi de bien terminer leur saison : Hawks (x2), Kings, Nets, Bucks, Magic, Hornets, Thunder et Mavs. Premier coup d’oeil ? Pas de quoi en faire des tonnes, seul le Thunder étant la véritable grosse cylindrée capable de dérouler, et encore on va se permettre d’en douter quand on voit le jeu d’OKC ces derniers temps. Trois équipes de l’Ouest, cinq de l’Est dont deux fois Atlanta, et dans ces cinq seuls les potes de Paul Millsap ainsi que ceux de Kemba Walker seront dans le haut de leur classement. On peut donc aisément sortir la carte de l’optimisme dans le Michigan, même avec un bilan peu flatteur à la maison (19 victoires pour 11 défaites, autant que les Pacers). Simplement, s’avancer et mettre tout son argent sur un bilan exceptionnel semble risqué, quand on voit l’irrégularité des poulains de Stan Van Gundy. Le coach l’a d’ailleurs dit lui-même : autant se prendre 9 défaites de suite à la maison, si c’est pour jouer comme hier soir.

Les habitants de Detroit n’ont pas connu les Playoffs depuis 2009. Un bon moyen de redonner des couleurs au Palace ? Faire de cette arène un enfer lors des deux prochaines semaines, et aborder le mois d’avril avec sérénité. C’est peut-être un peu tôt pour le demander, mais il faut grandir. Vite, et maintenant.

Les 9 matchs à venir dans le Michigan.

Les 9 matchs à venir dans le Michigan.

xs

Source image : Love-stadiums

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top